accueil articles Forward l’emporte face à Meyrin. Mais la confusion a été la triste gagnante

2ème ligue - gr. 6 / Play-off, 1/2 finale, acte I

Article vu 2 552 fois

Forward l’emporte face à Meyrin. Mais la confusion a été la triste gagnante


Match haché et dur, terminé avec la bagatelle de 147 (!) minutes de pénalités pour cette première demi-finale du Groupe 6. Dommage, car les deux équipes ont les moyens de développer un beau hockey

0

0

0

1

2

1

B. Melliard
L'une des trops rares phases de hockey à 5 c. 5

Morges, B. Melliard, le 02/03/2008 à 17:50:11

Les amoureux de beau hockey n’auront pas trouvé leur compte hier soir à Morges et c’était vraiment dommage pour les 264 spectateurs qui avaient fait le déplacement aux Eaux-Minérales. Disons-le très nettement : ce match n’était pas une réclame pour le hockey et même, il est regrettable de ne pas avoir pas pu y faire figurer un carré rouge à destination des enfants. Certes, le hockey moderne est un sport de contact, mais il y a des limites qui ont été certainement franchies et heureusement, ce match n’a pas été au bout des prolongations, quoique les six minutes et quelque de jeu supplémentaire n’étaient pas les pires.

La faute à qui ?  A ceci, on peut répondre : à la nervosité ambiante, aux deux équipes qui ont joué dur, aux deux arbitres, qui, dans leur désir de bien faire, ont finir par perdre le contrôle du match et aux palabres qui ont enlevé toute possibilité de maintenir un rythme à la rencontre. L’enfer n’est-il pas pavé de bonnes intentions ?  En tout cas, dans leur désir de bien faire, les arbitres ont oublié que "trop de démocratie tue la démocratie" et que les discussions  fréquentes entre les joueurs, le banc et la table ont eu un effet contraire au but souhaité. A ce jeu en tout cas, l’entraîneur de Meyrin, l’expérimenté Martin Bergeron, a su en tirer un parti maximum : son contingent étant numériquement limité, ces pauses à rallonge ont permis à ses joueurs de récupérer. Utile certes, mais limite. C’est dommage de devoir parler du déroulement d’un match après avoir émis de si sérieuses réserves. Laissons le bénéfice du doute : aucune des deux équipes n’avait planifié un tel scénario.

Le match commença avec un CP Meyrin volontaire qui mit la pression d’emblée sur un Forward Morges bien timide pour dire qu’il jouait à domicile. Ce qui ne veut pas dire que Morges n’avait pas les dents acérées, puisqu’à la 3ème minute, le gardien de Meyrin, Gonzales, sauvait in-extremis un but tout fait. Mais Meyrin avait décidé de jouer haut afin d’entraver la puissance offensive des Vaudois, qui était supérieure à la leur. Et avec d’autant plus de bonheur que Morges sembla timoré au point de balbutier son hockey en ne sachant pas faire plus de 3 passes consécutives. Cette lacune durera d’ailleurs presque tout au long du match. Cette incapacité à trouver un homme démarqué fut même grave lorsque Meyrin eut vers la 5ème minute coup sur coup deux pénalités qui le firent jouer en box-play à 3 contre 5 : malgré la disproportion des forces, Meyrin trouva moyen de tenir la dragée haute à Forward. Ces bonnes dispositions offensives des visiteurs se concrétisèrent en plusieurs occasions, par exemple à la 10ème minute lorsqu’une équipée offensive emmené par Bondaz se présenta à 3 contre 1 contre l’excellent gardien vaudois San Vincente. Puis plus tard, on notera trois autres occasions du style, à la 11ème et deux fois à la 14ème. Ce qui ne veut pas dire que les locaux furent en reste question actions dangereuses. Mais (toujours en raison de cette retenue un peu incompréhensible ?) elles échouèrent parce que le geste final semblait être téléphoné ou que l’individualisme primait sur le sens du jeu collectif. Puis des pénalités tombèrent sur la fin du 1er tiers, mais il est à souligner qu’à chaque fois que les banlieusards genevois héritèrent du puck en box-play, ils surent manœuvrer pour rester dangereux sur des contres.

Au début du 2ème tiers, le match était correct (seules 10 minutes au total de prison avaient été sifflées) et rien ne laissait présager la catastrophe qui s’annonçait. Arrivèrent des funestes périodes entre la 23ème et la 30ème minute où tout partit de travers. En 6 minutes de jeu effectif, 91 minutes de pénalités diverses (dont 1x5’+ PM Stämpfli) furent constatées dans le plus grand des désordres possibles, tellement l’énervement et les palabres étaient à leur comble : des coups furent échangés, le banc de Meyrin prit une ou des pénalités pour retarder le jeu et le match fut complètement gâché. Dans l’aventure, Meyrin réalisa le 1-0 d’un tir raz la glace signé Bondaz. Mais comment parler de hockey dans ces conditions ?

Le 3ème tiers voit Meyrin repartir à l’attaque selon le même schéma qui lui avait si bien réussit : jouer haut, tenter sa chance et… presque réussir le 0-2 à deux reprises. Mais sur une pénalité subie par les visiteurs à la 44ème, le box-play meyrinois craqua et dans un cafouillage, l’égalisation tant désirée arriva par Kursner. Il fallut attendre 12 minutes de jeu (mais au moins 25 minutes effectives vu les mauvais gestes, bagarres, re-palabres etc…) pour que Forward réussisse le 2-1 par Gabella. On était à la 56ème et pratiquement toute l’assistance pensait que les visiteurs allaient être définitivement à terre. Les puristes voyaient dans ce score l’occasion de liquider cette mauvaise partie, mais le puck choisit son camp à 4 secondes de la sirène de fin du temps réglementaire lorsque que Meyrin, après un temps-mort, sortit son gardien et joua à 6 joueurs de champ contre 4, Steiger étant en prison. Cette égalisation est certainement la résultante d’erreurs manifestes de la défense vaudoise qui, au lieu de dégager le puck, réussit à réaliser une passe parfaite… sur Bondaz, qui n’en demandait pas tant pour scorer.

Les prolongations commencèrent dans la confusion et, faut-il le dire, la fatigue ou la tension du temps réglementaire se remarquèrent dans le faible tempo du temps additionnel. On cru un moment que Meyrin pourrait s’imposer à l’occasion d une ultime pénalité (la 42ème sifflée !), mais le box-play de Morges a bien tenu le coup. Ironie du sort, c’est sur l’une des –trop- rares actions collectives de Morges que la délivrance vint grâce à Gabella à la 66ème minute. Morges se retire de la partie en étant au bénéfice d’un point précieux dans l’optique de finales basées sur le principe du « best-of-three »  Si seulement ce match avait été à l’image des deux dernières minutes de jeu…

Epilogue : franchement, on espère que le match retour sera un vrai match de hockey à la mesure des capacités réelles des deux équipes.

Ils ont dit :

Olivier Blanc (Capitaine du CP Meyrin) : « C’était un match dur, mais qui s’est finalement joué sur un détail, Forward Morges profitant d’une petite erreur pour marquer le but décisif en prolongations. Personnellement, je regrette que les arbitres n’aient pas été à la hauteur d’une demi-finale de championnat, même s’il y a, il faut bien le dire, équivalence des décisions pour les deux côtés. Le match a été haché, parce qu’il y a eu beaucoup de pénalités. Et on ne peut pas garder un rythme de jeu quand il y en a autant. Par exemple, au 1er tiers, on a joué bien plus de 5 minutes à 3 contre 5. Ce n’est donc pas possible d’avoir du collectif et du rythme. De notre côté, on aurait pu faire plus, bien sûr, mais je trouve que nous avons plutôt assez bien joué collectivement. On devrait avoir à nouveau un match très serré mardi soir à Meyrin, bien que la pression soit plus sur les épaules de Forward vu que nous avons perdu de peu en prolongations ici. Nous allons continuer sur la même lancée que pour ce match-ci, c’est sûr, et nous pouvons gagner ».

Patrice Pellet (Coach du HC Forward Morges) :  « On était très, très nerveux surtout au début du match : les gars veulent bien faire. C’était aussi la première fois que nous avions autant de public et cela a pu impressionner les plus jeunes. On a eu de la peine à avoir les bonnes passes et il y a eu du déchet dans notre jeu. De plus, cela a fait depuis janvier que l’on n’a pas eu un vrai match à enjeu et c’était dur de rentrer dans ce genre de match à l’état d’esprit play-off. Notre championnat cette saison s’est bien déroulé et on a eu des matchs faciles où l’on n’a pas eu à forcer notre talent. Là, on se trouve face à Meyrin qui a dû batailler plus que nous. Ils ont cette habitude, nous pas et il a fallu retrousser les manches. Et il faut dire que Meyrin a bien joué le coup et nous a attendu. On a donc beaucoup trop porté le puck sans toujours trop quoi savoir faire avec. On aurait certainement dû plus fore-checker. On n’a pas non plus eu toute la rigueur défensive nécessaire. Peut-être que les gars ont voulu sauver le match à eux tout seuls. C’est ce qu’on va corriger pour mardi et sûr également que le puck va mieux circuler avec plus de vitesse. On va jouer complètement différemment c’est sûr »

Commentaires

Le reste des articles

14/03/2013 à 01:15:38
2ème ligue - gr. 6
2L, gr.6: Genève-Servette Ass. champion de groupe

Victoire logique de Genève-Servette Ass. après un parcours exemplaire en championnat (22 matchs, 19 victoires), puis en play-off au cours desquels aucun match n’a été perdu. Le titre semblait dès lors logique. Remarquable saison donc du coach St-Hilaire et de son équipe, qui sont de beaux champions de groupe....
21/02/2013 à 04:11:26
2ème ligue - gr. 6
2L: Meyrin perd ses nerfs et l’acte IV des quarts de finale du gr. 6

C’est un problème qui semble récurrent et qui se retourne contre les banlieusards genevois depuis bien longtemps: la perte de self control lorsque le cours d’un match ne va pas dans le sens souhaité. C’est dommage pour les efforts consentis et en plus, cela donne une mauvaise connotation au CP Meyrin....
voir tous les articles

Autres actualités

Les derniers matchs

samedi 15 mars 2008
mardi 11 mars 2008
jeudi 06 mars 2008
mardi 04 mars 2008
samedi 01 mars 2008

NEWS Hockey amateur, féminin et junior

CLASSEMENT 2ème ligue - gr. 6 J Pts
VOIR LE CLASSEMENT DÉTAILLÉ

NEWS Hockey suisse NLA et NLB

NEWS Hockey étranger

ANNIVERSAIRE

Albert MALGIN

HC Red Ice


48 ans


INSCRIPTION NEWSLETTER