accueil interviews Benoît Pont: «Le hockey m’offre l’adrénaline dont j’ai besoin»

Benoît Pont: «Le hockey m’offre l’adrénaline dont j’ai besoin»

15/06/2010 à 01:18:10

Sierre, B. Melliard Article vu 5 851 fois

En marge de la conférence de presse du HC Sierre-Anniviers de la semaine dernière, Planète Hockey a pu s’entretenir avec Benoît Pont, le jeune directeur technique du club valaisan. Interview d'un homme qui sait où il veut aller.

Photo PH
Le binôme sierrois Bob Mongrain et Benoît Pont


Photo PH
Le nouveau comité du HCSA
Dans sa conférence de presse de fin de semaine dernière, le HC Sierre-Anniviers a annoncé s’être doté d’un comité porté à cinq membres, MM. Jean-Daniel Epiney, Alain Schoepf et Gerold Cina étant rejoints par deux membres supplémentaires, MM Christian Rion et Eric Kuonen, qui vont être actifs dans le marketing et la communication afin de trouver de nouvelles ressources financières. Ils seront aidés en cela par Alexandre Latrille, responsable marketing de Crans-Montana. A noter que ce renfort n'est pas encore officiellement élu.

 

Reste que parmi les problèmes qui attendent le nouveau comité, il y a un souci financier : pour diverses raisons, le public a été moins assidu qu’attendu. Ce qui fait qu’il manque CHF 250'000.- par rapport au résultat budgétisé (soit le montant d’un déficit de 500 spectateurs x 20 matchs x CHF 25.- par place).

 

Dans un premier-temps, le comité en place a envisagé la piste de l’augmentation de capital afin de répondre à ce besoin de liquidités. Trop coûteuse, cette piste a été abandonnée au profit de «l’action licence», qui permettra au public de s'offrir la licence virtuelle des joueurs : chacun peut sponsoriser un joueur en faisant un don d'au minimum CHF 100.- qui doivent permettre au club d'obtenir sa licence pour les prochaines saisons.

 

L’action sera conduite par 70 ambassadeurs qui aideront à placer ces fragments de licences auprès du grand public et dont le club du Valais central espère un apport de CHF 400'000.- afin de servir aux besoins courants.

 

 

 

Benoît Pont, on ne peut pas parler d’actualité au HC Sierre-Anniviers sans parler du triste départ de Mathias Lauber et qui a marqué les esprits ici en Valais?  Est-ce que vous aviez joué avec ou contre lui dans votre longue carrière?

Nous sommes tous deux Valaisans et nous nous connaissions un peu, même si j’ai plutôt joué contre lui. Nous nous étions vu 2-3 fois cet hiver et je garde de lui le souvenir de quelqu’un de très lumineux et chaleureux. Vraiment un super gars. Son décès a vraiment choqué tout le monde ici. C’était inattendu, autant pour ses proches que pour moi. Il était venu voir quelques matchs cet hiver, nous avions pu parler encore ensemble à cette occasion. Il était encore actif à Lens où il jouait comme attaquant pour s’amuser et pour le hockey. C’était d’ailleurs quelqu’un qui aimait bien vivre.

 


Photo PH
Benoît Pont, directeur technique du HCSA

Si l’on revient à votre carrière, vous avez passé de la glace au poste de directeur technique depuis maintenant une grosse année. Le jeu vous manque-t-il? 

J’ai 35 ans, dont 32 passées sur la glace. Même si j’ai fait d’autres choses à côté –des études notamment-, on sait que tout va vite. On est vite en haut, on est vite en bas, on passe d’un petit club à un grand club, on peut aller de la NLA à la NLB et donc, tout peut arriver. On peut être blessé du jour au lendemain, On peut perdre un contrat. Le hockey est un monde habitué à des changements. Etant polyvalent de nature, j’ai su m’adapter à des rôles offensifs ou défensifs. J’ai eu une opportunité de faire un job très varié avec le HC Sierre-Anniviers, dans la formation, avec la 1ère équipe et avec les juniors. C’était une super-chance de reconversion et je sors d’une première année hyper-riche en expérience. Il y avait des décisions à prendre, des gens à connaître, des émotions à vivre…

 

Mais après des études en biologie, pourquoi ne pas avoir poursuivi dans cette direction?

C’était effectivement une grosse question. Soit rester dans le hockey, soit partir dans l’enseignement ou dans un domaine où mes études «m’auraient servi». Je crois que le besoin d’adrénaline a été le plus fort et le hockey m’offre cette adrénaline: prendre des décisions, des défaites, des victoires… Et s’il fallait que je reste dans le monde du hockey, il fallait que je le fasse tout de suite. Ce d’autant plus que je connais pas mal de monde dans ce milieu. Et en restant même cinq ans loin du hockey, cette chance aurait passé.

 

En tant que responsable sportif, vous fonctionnez plus ou moins en binôme avec Bob Mongrain. Comment cela se passe-t-il?

On a effectivement eu de la chance de pouvoir engager quelqu’un d’aussi charismatique que Bob Mongrain. Mais je m’occupe plus spécifiquement d’administratif, de scouting, de formation dans le mouvement juniors, donc je ne suis pas là à regarder ses faits et gestes. Mais je suis les entraînements et les matchs. J’essaie de m’impliquer en regardant plus les joueurs que la tactique, par exemple.

 

On sait que Bob Mongrain n’a pas d’assistant-coach actuellement. Est-ce un job envisageable pour vous?

Cela n’a jamais été évoqué, car mon rôle dans le club est différent. A Ambri, j’ai connu un chef technique qui était assistant coach. C’est envisageable.

 

Si l’on revient sur l’équipe-fanion du HC Sierre-Anniviers version 2010/11, on sait que, sauf opportunité, le staff est complet. On annonce une équipe jeune et ambitieuse, cela signifie-t-il que l’équipe sera résolument offensive?

Cela dépendra de ce que l’on verra au moins d’août sur la glace. Notamment concernant la chimie entre les lignes: si on a une équipe rapide, qui fore-checke ou qui est plus derrière. Mais on a essayé de garder un bon quatuor de base en défense qui peut nous tenir dans chaque match. On a une équipe qui peut tenir un résultat, mais aussi marquer des goals. On a enfin des joueurs, tels Jérôme Bonnet, qui auront un rôle à prendre. On attend de lui qu’il joue offensif. On va essayer de faire du spectacle, si l’on peut.

 

Question étrangers, il n’y a pas de changement. Une force ou une faiblesse?

S’ils sont là, c’est qu’il y a plus d’avantages que d’inconvénients à les garder. Nos étrangers, on les adore à Sierre, car ils sont bons sur la glace et bons en dehors de la glace. Derek Cormier, 37 ans, en est à sa 9ème saison cette année. C’est un leader et le 4ème compteur de la ligue. Jinman reste spectaculaire en dépit de quelques blessures. Dont celle avant les play-off qui a fait venir Jamie Wright pour quelques matchs où il a été incroyable.

 

Mais il manque le petit coup de pouce financier pour garder un tel calibre…

Certainement. On ne peut pas conserver trois étrangers comme Lausanne par exemple. On doit prendre ce qui nous convient et qui est disponible.

 

Si on parle de la patinoire en tant qu’outil de travail, on a parfois l’impression que tant que ce problème n’est pas résolu, l’évolution du HC Sierre-Anniviers est freinée…

Bien sûr qu’une nouvelle patinoire donnerait une nouvelle dynamique, déjà un niveau du mouvement junior. On peut progresser en dépit de ce problème. Mais si l’on veut passer à l’échelon supérieur, le choix n’existe pas.

 

Et à quand un club valaisan en NLA?

C’est vrai que souvent en dehors du Valais, les gens ne comprennent pas que le Valais n’ait pas de club dans la ligue supérieure ou que les Valaisans n’arrivent pas à s’entendre pour réaliser un projet bien dimensionné. Et l’on n’a pas de NLA en Valais parce que tout seul, aucun des deux clubs n’a les ressources  nécessaires pour être un club de NLA.

 

Face au rival cantonal, le HC Viège, vous voyez un peu favori?

Le HC Viège aura à peu de choses près la même équipe. Ils ont un des meilleurs entraîneurs de la ligue avec Real Paiement, ils sont structurés et ils vont jouer les premiers rôles en NLB comme l'an passé, c’est certain. On a battu cinq fois Viège la saison passée. C’est un derby et on veut être devant.

Commentaires

Le reste des interviews

06/10/2014 à 09:58:15
Jörg Reber: «L'objectif minimal de Langnau est d'être champion cette saison»
Planète Hockey vous propose en ce début de semaine l'interview de Jörg Reber, le responsable sportif des SCL Tigers. L'ancien défenseur, en poste depuis cet été, évoque pour nous l'actualité de son club, mais également les objectifs à moyen terme de l'organisation emmentaloise.
28/08/2014 à 00:51:17
Josh Primeau: «Au HCA, nous aurons l’énergie de notre jeunesse!»
C’est à la patinoire de Porrentruy que Planète Hockey a rencontré le solide attaquant du HC Ajoie, Josh Primeau, pour faire le point sur la préparation de son équipe et sur ses sentiments sur la saison à venir. Le Canadien à licence suisse, qui évoluera certainement dans le deuxième bloc offensif, se réjouit de porter le maillot «jaune et noir».
voir tous les interviews

Autres actualités de HC Sierre

30/04/2013 à 15:02:49
Le HC Sierre en NLB, c'est fini !

Les derniers matchs de HC Sierre

dimanche 10 février 2013
vendredi 08 février 2013
dimanche 03 février 2013
vendredi 01 février 2013
mardi 29 janvier 2013

NEWS Hockey suisse NLA et NLB

CLASSEMENT NL B J Pts
1 SCL Tigers 13 29
2 GCK Lions 14 20
3 HC Red Ice 12 19
4 HC Viège 11 18
5 HC Olten 10 16
6 Hockey Thurgovie 11 16
7 SC Langenthal 12 15
8 HC La Chaux-de-Fonds 12 15
9 HC Ajoie 13 14
VOIR LE CLASSEMENT DÉTAILLÉ

NEWS Hockey amateur, féminin et junior

NEWS Hockey étranger

ANNIVERSAIRE

Roman MORDASINI


27 ans


INSCRIPTION NEWSLETTER