Bernard Stalder: «Je n'ai aucun souci pour l'intérêt sportif du Tournoi des Bains»

22/06/2017 à 12:25:47Yverdon-les-Bains, B. MelliardArticle vu 3 342 fois
A une semaine de la reprise du championnat se déroulera la 13ème édition du Tournoi des Bains. Son animateur, M. Bernard Stalder, a accordé à Planète Hockey une interview où il présente ce qui est presque 'son' tournoi tellement il est impliqué à la réussite de ce rendez-vous incontournable du hockey romand.
© Photo PH -

Commençons par l’actualité : quelle est votre réaction suite à la mise en faillite du Martigny Red Ice, ceci avec la vision du professionnel de hockey que vous êtes ?
Tout d’abord, je trouve que c’est triste pour la ville, pour les supporters, pour le Comité qui s’est dévoué et pour les joueurs bien entendu. On peut aussi espérer que cela servira un peu de leçon à ceux qui cherchent la planche de salut auprès de mécènes improbables qui font miroiter de trop de belles choses souvent irréalistes. Comme le centre de glace promis qui devait faire du hockey à Martigny un endroit phare et qui ne s’est jamais réalisé.

Quelles erreurs peuvent avoir été commises ?
Quand cela ne va pas, c’est que des erreurs ont été commises, comme partout. Pour moi, il y a d’abord le fait d’aller chercher des joueurs que des clubs de NLA ne voulaient plus. Dans le choix de ces « renforts », je pense qu’il y a eu un manque de professionnalisme. Il y a des joueurs qui jouent en NLA comme en NLB : ce sont des porteurs d’eau, mais ils ne font pas tourner un match à eux seuls. Sans doute fallait-il trouver des joueurs de NLA capables de faire la différence et là, vous auriez eu des joueurs leaders en NLB. Cela n’a pas été le cas.

L’organisation d’un tournoi est bien évidemment différente de celle d’un club. Mais quels sont les pièges que vous devez éviter pour ne pas tomber en déficit ? Et arrivez-vous chaque année à l’équilibre ?
Oui, j’arrive à l’équilibre. Mais pas au tout début car j’ai aussi commis des erreurs. Par exemple, d’écouter tout le monde ou de croire que beaucoup de monde allait être derrière moi et que j’allais être le «king» du tournoi. Je me suis très vite rendu compte que si je ne me retroussais pas les manches, je prenais des risques financiers que j’étais le seul à assumer puisque ni la Ligue, ni les Communes ne viendront combler le budget.

D’où un énorme travail…
Il a fallu commencer par le commencement et aller chercher le sponsoring pour faire tourner la manifestation. Puis il faut aussi la santé et une bonne épouse pour y arriver. C’est 10 mois de travail à assumer. Cela fait 13 ans que j’organise ce tournoi et jamais je n’ai eu autant de sponsors que je remercie vivement au passage. C’est aussi une satisfaction personnelle que de constater cela.

A partir de quel niveau de spectateurs arrivez-vous à l’équilibre financier ?
L’équilibre financier est d’abord assuré par le sponsoring, mais aussi j’essaie d’attirer le monde par de belles affiches. Cette année, nous aurons Lausanne, Lugano et Fribourg, lesquels vont jouer un match d’exhibition le vendredi soir.

La recette d’un tournoi réussi, c’est de présenter une belle finale, n’est-ce pas ?
C’est vrai. Mais c’est lié à la fête que le LHC organise à Malley chaque année avant le début du championnat. Lausanne est, rappelons-le, présent depuis toujours au Tournoi des Bains et c’est donc important de bien collaborer avec eux. Il est clair qu’organiser une finale comme le 31 décembre à Davos nous rapporterait un peu plus d’argent, mais on ne peut pas tout avoir et je remercie ainsi le LHC pour leur longue et sympathique collaboration. Je suis aussi sûr aussi que le match du mardi entre Lausanne et Stockholm sera une belle affiche qui vaudra bien une finale et cela attirera du monde. On peut en dire de même pour le match Fribourg – Lugano du vendredi.

Maintenant, vous nous promettez trois équipes étrangères d’un bon niveau. Pouvez-vous nous en parler et pourquoi ces équipes-là ?
AIK Stockholm et Malmö sont deux équipes ambitieuses dans le championnat de Suède et Zvolen a été finaliste du championnat slovaque. A mon avis, ces équipes pourront assurer de belles parties, y compris contre les équipes suisses.

Et aussi d’autres nouveautés à nous signaler ?
Cette année, on va agrandir la tente VIP parce que l’on a eu plus de demandes pour les espaces « entreprises », ce qui fait que l’on a aussi agrandit les tribunes. Nous aimerions mettre sur pied un match pour des Bambinis ou Piccolos entre deux parties pour que ce soit aussi une fête du hockey. Et enfin, un repas entre VIP et joueurs se fera dans cette fameuse tente, de façon à pouvoir côtoyer un moment les joueurs. Je veux que ce tournoi reste familial comme au temps de mes débuts.

Vous choisissez de plus en plus régulièrement des dates tardives (29 août au 2 septembre cette année) pour votre tournoi. Une raison à cela ?
Si l’on fait ce tournoi à ces dates-là, c’est simplement parce que l’école a repris, donc que les supporters sont de retour et petit détail, la paie a été versée juste à ce moment-là. Il y a donc plus de spectateurs, la manifestation est mieux couverte par les médias –à preuve, la RSI viendra faire un reportage TV- et tout le monde est plus décontracté.

Avec trois équipes suisses présentes, soit une de plus que traditionnellement, ne craignez-vous pas que les matchs directs ne soient faussés pour des raisons de dissimulation de leurs forces ?
Il n’y aura qu’un match entre deux équipes suisses (Ndlr : Fribourg - Lugano), le reste se fera contre des équipes étrangères. C’est sans doute mieux ainsi, car il ne faut pas oublier que si l’on prend deux clubs de NLA, ils peuvent se retrouver jusqu’à 14  fois dans une même saison. De plus, les équipes étrangères viennent ici pour gagner ce tournoi et montrer qu’elles sont prêtes avant le début de leur championnat. Donc je n’ai aucun souci pour l’intérêt sportif que représente le tournoi des Bains.

Pouvez-vous nous rappeler ce que cela signifie en termes d’organisation la mise sur pied d’un tel tournoi ?
A notre échelle, c’est un travail énorme. C’est une passion partagée par beaucoup par ici, à commencer par les autorités et pour moi personnellement, je ne sens  ainsi pas filer les années…  La réussite de ce tournoi motive aussi beaucoup, comme le fait d’avoir pas mal de monde derrière moi qui m’encourage et que je remercie. Seul, je n'y serai jamais arrivé.

Commentaires

Le reste des interviews

11/07/2017 à 11:19:20

Alexandre Burkhalter: «L'idée sera d'être vraiment au coeur du sport»

Alors que UPC a informé la presse, ce matin, des futurs contours de sa chaîne sportive «MySports», Planetehockey vous propose l’interview de son rédacteur en chef, M. Alexandre Burkhalter....
09/01/2017 à 11:56:04

Beat Kaufmann: «Nous ne reviendrons pas en arrière»

Instaurées au milieu du mois de décembre, les nouvelles règles d’arbitrage ont beaucoup fait parler d’elles en raison de leur sévérité. L’occasion est donc idéale pour discuter avec Beat Kaufmann, le patron des arbitres de la Ligue. A 63 ans, le Bernois voit le changement d’un bon œil et promet qu’il a été instauré dans le but de rendre le hockey suisse encore plus attractif....
voir tous les interviews

Autres actualités

Derniers résultats
je 23.11.17 - 2 - 3
voir tous les résultats
Fil actualités en continu
Actualités les plus lues
Derniers articles
Classement
1 CP Berne 22 j 52 pts
2 HC Lugano 21 j 41 pts
3 ZSC Lions 23 j 41 pts
4 HC Fribourg-Gottéron 23 j 41 pts
5 HC Davos 23 j 39 pts
6 EV Zoug 22 j 37 pts
7 HC Bienne 23 j 30 pts
8 Lausanne HC 21 j 27 pts
9 SCL Tigers 24 j 27 pts
10 HC Ambri-Piotta 23 j 26 pts
11 Genève-Servette HC 21 j 25 pts
12 EHC Kloten 22 j 16 pts
voir le classement détaillé
Partenaires
Derniers tweets