Christian Dubé: «Je pense que cette année le contingent est solide»

07/08/2017 à 11:25:08Fribourg, Réal RaemyArticle vu 8 988 fois
Ce lundi 7 août, le HC Fribourg-Gottéron a retrouvé la glace pour effectuer un camp d’entraînement de deux semaines et mettre un nouveau système de jeu en place. Christian Dubé, directeur sportif depuis trois saisons, revient sur un été mouvementé, miné par l’affaire Berra et les transferts. Explications.
© Photo Réal Raemy -

Au début de votre prise de fonction, votre management apparaissait froid, quasi sans sentiments. A-t-il évolué ces derniers temps?
J’ai beaucoup appris en deux saisons. J’ai des positions ainsi que des décisions à prendre. Ce n’est pas toujours facile, mais cela fait partie de mon travail. Je conçois que certains choix ne soient pas  compréhensibles vus de l’extérieur, mais on ne peut pas tout expliquer et se justifier sans cesse.  J’ai osé dire certaines choses, mettre mes sentiments de côté et prendre mes responsabilités. Il faut comprendre que mes décisions sont toujours mûrement réfléchies. Je pèse le pour et le contre – plutôt deux fois qu’une – et n’agis jamais sur un coup de tête.

Quel regard portez-vous sur ces deux premières années en tant que directeur sportif ?
Je ne referais peut-être pas tout de la même manière, mais je n’ai aucun regret. J’ai fait de bonnes et de moins bonnes choses. Mais nous avons tout de même terminé au 6ème rang, lors de saison 2015-2016, malgré de gros changements dans l’effectif. J’ai fait des erreurs, je les reconnais et les assume. De plus, j’ai encore beaucoup à apprendre dans le milieu.

Quel est votre objectif personnel pour 2017-2018 ?
Mon objectif personnel est de réaliser une saison ‘’tranquille’’, façon de parler… Je souhaite plein succès à mon équipe. Sans blessure, ni départ, ni chamboulement. Pour le moment, le feeling est excellent et le staff établit sa marque.

Lors de votre explication vidéo sur l’affaire Berra, vous disiez ‘’devoir rechercher un autre gardien’’. Vous n’aviez donc aucun plan B ?
J’ai été profondément marqué en apprenant cette nouvelle. Je n’y croyais pas car je m’étais renseigné auprès des scouts de NHL qui ne donnaient que 1% de chance à ce revirement brutal de situation.
C’est quoi un plan B ? J’appelle un club pour leur dire que si Berra part en NHL,  il me prête un gardien !  Allons, un peu de sérieux. Par contre, je savais pertinemment qu’il y aurait des opportunités de trouver un portier étranger sur le marché. Et de toute manière, mon choix de ne pas faire jouer Benjamin Conz cette saison était acté depuis belle lurette. Je n’allais pas retourner ma veste.

Est-ce que l’arrivée de Barry Brust change vos plans initiaux en ce qui concerne les joueurs de champ, voire les étrangers ?
Oui c’est sûr. Michal Repik est devenu 5ème  étranger, ce qui nous posait un gros problème. Je l’ai engagé pour qu’il joue, qu’il performe et qu’il garde – par la même occasion - sa place au sein de l’équipe de République Tchèque en vue des prochains Jeux Olympiques en Corée du Sud. Or son entraîneur national a été clair : il doit avoir du temps de jeu. De ce fait et d’un commun accord, on l’a libéré. En revanche, Jim Slater a accepté le rôle. Il va nous faire du bien sur la glace comme dans le vestiaire, car c’est un  leader exceptionnel.

Arno Del Curto fait volontiers confiance aux jeunes gardiens. A-t-on des chances de voir Ludovic Waeber jouer quelques matchs cette saison ?
Il faut trouver un juste équilibre entre la ‘’formation’’ d’un jeune gardien et la ‘’performance’’ d’équipe au sein du championnat. Ludovic a des qualités et va avoir sa chance comme N° 2. Il sera certainement engagé lors de matchs amicaux. Malgré de graves blessures (Ndlr: ligaments croisés du genou), il  a démontré de belles prestations en NLB ces dernières saisons.

La campagne de transfert est, selon vos dires, terminée. Etes-vous satisfait de celle-ci ?
Oui j’en suis satisfait. Il nous manque un joueur suisse d’expérience. Mais à part cela, tous les postes sont attribués. Comme 13ème attaquant, nous pouvons compter sur deux jeunes talents, à savoir Nelson Chiquet et Nathan Marchon, qui ont très bien terminé le précédent exercice. J’ai également fait tout ce qui était en mon pouvoir pour acquérir Christoph Bertschy. Malgré une excellente proposition de contrat, il n’a pas accepté l’offre de son club formateur. Cependant, je pense que le contingent est solide.

Assez solide pour terminer du bon côté de la barre ?
Oui !  Cette année l’objectif est de retrouver les play-offs. On a bâti cette équipe dans cette optique-là. Et rien d’autre.

Martin Pluss ou Goran Bezina ne correspondent-ils tous deux au profil du joueur qu’il vous manque. Non ? 
Martin Pluss peut correspondre à ce profil. Mais je ne me vois pas amener un  nouveau joueur – malgré son palmarès – dans le vestiaire lors du camp d’entraînement. C’est trop tard et très cher (rire). Bezina m’aurait intéressé par le passé, mais plus maintenant.

Avec la plus mauvaise défense du championnat la saison dernière, Jonas Holos suffira-t-il à stabiliser la défense ?
Ce n’est pas seulement le gardien ou les défenseurs qui défendent. Ce sont les cinq joueurs sur la glace qui doivent être impliqués, comme les cinq doigts de la main. On va avoir un gros changement cette année, en modifiant notre système de jeu. De plus, des joueurs ont sous-performé la saison passée et veulent prendre leur revanche. L’attitude des joueurs, ainsi que l’esprit d’équipe, a totalement changé cet été. Cela s’est senti durant toute la préparation physique.

Avec Barry Brust et Jim Slater en juillet, vous avez signé deux beaux coups...
On s’en sort bien vu le timing. Depuis cinq ans, Barry est l’un des meilleurs gardiens de KHL. Il est ‘’crazy’’ et va très rapidement s’acclimater au jeu tout en étant le chouchou des fans. Slater était capitaine du GSHC la saison passée et possède une belle expérience en NHL.

Comment composer la meilleure équipe pour accéder aux play-offs ?
C’est un savant mélange et il faut trouver la bonne alchimie pour intégrer chaque joueur dans son rôle. Cependant, par rapport aux saisons passées, je suis convaincu que nous avons besoin d’expérience et de leadership. Pour ce faire, j’ai recruté Slater, Holos, Laurent Meunier et Matthias Rossi. Ils ont tous été capitaines ou assistants dans leurs anciennes formations. Mais cela ne suffit pas. Il faut également des gars qui vont devant le but, dans les coins et qui patinent dans les deux sens de la patinoire. Du talent, un buteur et des créateurs : On en a !  Pas besoin de citer les noms. Toutefois, malgré ces ajustements, et c’est cela la beauté du sport, rien ne nous garantit le succès.

Avec un début de préparation de deux semaines sans matchs amicaux, votre équipe prend exemple sur les franchises de NHL. Est-ce un vœu de Marc French?
Je tiens tout d’abord à dire que le programme du mois d’août a été bouclé avant la signature de notre entraîneur. J’ai pris cette décision pour qu’il ait le temps de mettre un nouveau système en place à raison de sept entraînements par semaine durant le camp. Ensuite, nous pourront enchainer les matchs amicaux avec une base solide.



En trois mots :

Berra :          Pas de regrets, car il reste sous contrat avec le HCFG  
Bezina :        Pas une option 
M. Plüss :     Pourrait devenir une option
L. Huras :      Respect 


Vert ou noir :

Crosby / Mc David
Gretzky / Lemieux
NY Rangers / Canadiens
Jouer
/ Manager

                                                                                                   

Commentaires

Le reste des interviews

11/10/2017 à 15:52:07

Jason O'Leary: «Procéder rapidement à des ajustements»

Au lendemain de la défaite du Genève-Servette HC à Lausanne (8-4), Planète Hockey vous propose l’interview de Jason O’Leary, l’entraîneur-assistant du club des Vernets. Sacré champion de Swiss League avec Langenthal l’hiver dernier, le Canadien de 39 ans vit des moments difficiles avec son club. Avec seulement trois victoires engrangées en onze sorties, Genève veut réagir au plus vite....
04/10/2017 à 15:59:29

Mark French: «Fribourg peut s'améliorer dans plusieurs domaines»

Planète Hockey vous propose l’interview de Mark French, l'entraîneur à succès du HC Fribourg-Gottéron. A 47 ans, l’Ontarien, passé notamment par les Hershey Bears (AHL) et Medvescak Zagreb (KHL), découvre la National League. Avec 21 points récoltés après 10 journées de championnat, Mark French semble s’être parfaitement adapté à sa nouvelle ligue....
voir tous les interviews

Autres actualités de HC Fribourg-Gottéron

Les derniers matchs de HC Fribourg-Gottéron

vendredi 20 octobre 2017
mardi 17 octobre 2017
dimanche 15 octobre 2017
vendredi 13 octobre 2017
samedi 07 octobre 2017
Derniers résultats
ve 20.10.17 - 2 - 1
ve 20.10.17 - 3 - 2
ve 20.10.17 - 3 - 4
ve 20.10.17 - 4 - 1
ve 20.10.17 - 1 - 3
voir tous les résultats
Fil actualités en continu
Actualités les plus lues
Derniers articles
Classement
1 CP Berne 14 j 34 pts
2 HC Lugano 15 j 29 pts
3 HC Davos 15 j 28 pts
4 EV Zoug 15 j 27 pts
5 ZSC Lions 16 j 27 pts
6 HC Fribourg-Gottéron 16 j 27 pts
7 HC Bienne 15 j 22 pts
8 Lausanne HC 14 j 19 pts
9 HC Ambri-Piotta 16 j 18 pts
10 SCL Tigers 15 j 17 pts
11 Genève-Servette HC 16 j 16 pts
12 EHC Kloten 15 j 9 pts
voir le classement détaillé
Partenaires
Derniers tweets