accueil interviews Gregory Hofmann: «La NHL est un rêve pour moi»

Gregory Hofmann: «La NHL est un rêve pour moi»

Article vu 4 416 fois

Alors qu'il pourrait être parmi les prochains joueurs suisses sélectionnés en Amérique du Nord, Gregory Hofmann garde la tête sur les épaules.


Ambri-Piotta, Frédéric Willener, le 03/02/2011 à 00:00:00

Avant tout, Gregory Hofmann, comment vous portez-vous après la blessure subie au genou après votre charge sur le défenseur de Genève-Servette Brian Pothier le 22 janvier dernier?
Je vais bien, j’ai eu de la chance dans mon malheur car ma blessure aurait pu être plus grave. Je tiens à dire que je ne voulais absolument pas blesser Brian Pothier: j’ai pris de la vitesse pour le charger et hélas, je l’ai également blessé. Je lui ai d’ailleurs écrit pour prendre de ses nouvelles.

Voilà maintenant plusieurs saisons que vous portez le maillot d’Ambri-Piotta. Comment vous êtes-vous retrouvé en terre tessinoise?
En fait, j’ai débuté le hockey du côté de Tramelan. Après quelque temps, j’ai rejoint Neuchâtel puis La Chaux-de-Fonds. A cette époque je suivais un programme de “sport étude” et je vivais dans une famille d’accueil. Pour la petite histoire, j’ai vécu avec la famille de Romain Loeffel et celle d’Anthony Huguenin. J’ai ensuite décidé de rejoindre mon père qui se trouvait déjà au Tessin. C’est ainsi que je suis arrivé à Ambri-Piotta et que j’ai intégré l’équipe des novices-élites. Là-bas, j’ai eu la chance de pouvoir me développer et poursuivre mon apprentissage jusqu’en équipe première.

Alors que vous évoluiez avec les juniors-élites d’Ambri-Piotta en 2009/2010, vous avez littéralement explosé en inscrivant 55 points (25 buts - 30 passes) en seulement 34 matchs. Comment avez-vous vécu cette saison?
Cette année a été très bonne pour moi en effet. Nous avions la chance d’avoir un excellent entraîneur en la personne de Luca Cereda qui entraîne toujours l’équipe d’ailleurs. En plus des juniors-élites, je pouvais m’entraîner avec la première équipe d’Ambri-Piotta. J'avais donc un très bon rythme.

Au terme de la saison 2009/2010, le club vous a offert une chance en or d’évoluer avec l’équipe première. Comment cela s’est-il passé?
En fait, durant la saison, les dirigeants m’avaient fait savoir qu’ils pensaient à moi pour intégrer l’équipe A l’année suivante. Finalement, j’ai eu ma chance un peu plus vite car j’ai pu disputer le dernier match de la saison avec Ambri-Piotta. Au début de cette année, j’ai pu suivre le camp de préparation ainsi que le camp d’entraînement physique. J’ai ensuite disputé un tournoi à Langnau et l’entraîneur m’a donné ma chance en NLA.

Justement, parlez-nous un peu de ce premier match en NLA. Comment l’avez-vous vécu?
C’est un excellent souvenir! C’était contre Zoug et je me souviens que j’étais très nerveux avant d’entrer sur la glace car j’avais beaucoup de pression. Pour la petite histoire, lors de ma première présence, Zdenek Kutlak avait tiré et, sur le rebond, le puck était alors arrivé jusqu’à moi. Le gardien Jussi Markkanen était hors de position et j’avais la cage grande ouverte. J’ai alors tiré en direction du but mais un défenseur de Zoug est parvenu à m’empêcher de marquer mon premier but en NLA. En y repensant, le souvenir aurait pu être encore meilleur si j’avais pu mettre le puck au fond.

Parlez-nous un peu de votre saison actuelle?
En fait, cette saison a été en deux parties. La première, celle de Benoit Laporte, qui nous disait à nous les jeunes que nous devions travailler
très fort car il n’y avait pas beaucoup de place pour nous. Il voulait que nous démontrions que nous avions notre place à ce niveau. Après 12 matches, Benoit Laporte a été licencié et j’ai passé par un moment difficile. En effet, après avoir montré ce dont j’étais capable, je devais tout recommencer à zéro avec un nouvel entraîneur. Malgré mes inquiétudes, l’arrivée de Kevin Constantine s’est très bien passée et je profite de ses bons conseils. Il est un très bon entraîneur.

Pour revenir à Kevin Constantine, celui-ci vous a donné sa confiance en vous donnant beaucoup de temps de jeu. Quel sont ses attentes à votre sujet?
Vous avez raison, je pense qu’il compte sur moi. Je dois notamment profiter de ma jeunesse pour apporter de l’énergie, de la vitesse et de la fougue. J’apprécie cette confiance qu’il me donne et qu’il donne aux autres jeunes de l’équipe. J’ai la chance de pouvoir jouer régulièrement et également d'être aligné lors des situations spéciales.

Quels objectifs vous étiez-vous fixés en début de saison?
Mon principal objectif était de disputer 20 matches en NLA. Je voulais également pouvoir me rendre aux championnats du monde M20 avec l’équipe de Suisse. Je suis donc très satisfait car j’ai atteint et même dépassé mes objectifs. Ce que j’ai accompli en une année, je pensais le faire en deux ans.

A Ambri, vous avez la chance de faire partie d’une équipe qui compte plusieurs jeunes joueurs. Bénéficiez-vous d’une attention particulière de la part du staff?
Dès que j’ai intégré l’équipe, en compagnie d’autres jeunes comme Inti Pestoni, nous avons très vite été traités comme tous les autres, sans distinction. Nous avons des responsabilités lors des matches comme celles d’évoluer sur les situations spéciales. C’est très motivant et ça fonctionne. La preuve, Inti occupe le premier rang des compteurs de l’équipe alors qu’il n’a que 19 ans. Pour ma part, j’occupe le 7ème rang et je suis très satisfait de ma saison.

Comment expliquez-vous les résultats de l’équipe?
Nous avons vécu une année difficile. En début de saison, plusieurs leaders étaient, notamment Mirko Murovic et Erik Westrum. Leurs absences ont été difficiles à combler. En route, nous avons également vu Yannick Lehoux nous quitter. Il était alors le topscorer de l’équipe. Et puis, il ne faut pas oublier une chose, Ambri-Piotta n’a pas la masse financière de certaines autres formations de NLA et c’est également un facteur.

Comment se déroule une semaine au Tessin pour vous?
En fait, je suis actuellement en train de terminer ma dernière année d’apprentissage en tant que maçon. Il ne me reste que cinq mois avant d’avoir mon certificat. Le lundi, je dois suivre des cours de formations. Le reste de la semaine est divisé entre le travail le matin et les entraînements l’après-midi. Lorsqu’il y a un match, je ne travaille pas. Il m’arrive également de m’entraîner avec les juniors-élites.

En 2009, vous avez été sélectionné pour disputer les championnats du monde M18 en Biélorussie. Quel souvenir gardez-vous de cette expérience internationale?
Ce fut un excellent tournoi (ndlr: 5 buts en 6 matches). J’avais dû me battre pour avoir ma place. A l’époque, je n’étais que le 14e ou 15e attaquant de l’équipe. A force de m’entraîner avec Ambri-Piotta, j’avais été sélectionné. Je pense que ces Mondiaux ont été un véritable tremplin pour ma carrière.

Cette année, vous avez intégré l’équipe des M20 pour les Mondiaux à Buffalo. D’un point de vue personnel et collectif, comment décririez-vous votre prestation?
D’abord au niveau de l’équipe, nous avons très bien joué. Nous avons perdu face au Canada en quart de finale et avons décroché une bonne 5ème place. Il faut bien l’avouer, les Canadiens étaient supérieurs et nous avons bataillé avec nos armes. Au Canada, il y a un potentiel de joueurs que nous n’avons pas en Suisse. Mais chaque année, nous faisons de belles choses sur le plan international. Ainsi, nous pouvons promouvoir notre pays sur le plan mondial. Personnellement, pour ma première année à ce niveau, j’ai vraiment apprécié. Certes on peut toujours attendre plus d’un joueur et je suis conscient que je dois encore travailler et garder les pieds sur terre. J’espère que je ferai partie de l’équipe l’année prochaine à Calgary.



Parlons maintenant un peu de votre avenir. Vous êtes actuellement classé au 19ème rang des joueurs européens pour la draft de la NHL de juin prochain. Que vous inspire ce classement?
Vous savez, la draft ce n’est qu’un seul jour. Je dois surtout être bon les années qui suivent pour pouvoir avoir ma place dans une organisation de NHL. Je dois encore travailler et être constant.

Plusieurs formations de la NHL ont envoyé des recruteurs afin de vous observer. Avez-vous eu des contacts avec l’un ou l’autre des organisations ?
Non, je sais par les journaux que les Toronto Maple Leafs, les Predators de Nashville et les Stars de Dallas ont envoyé des recruteurs. Je crois que les Blue Jackets de Columbus et les Blackhawks de Chicago aussi mais je n’ai absolument eu aucun contact avec ces organisations pour mon avenir.

Quel regard portez-vous sur l’Amérique du Nord?
Comme chaque hockeyeur, j’aimerai évoluer en NHL un jour. Il s’agit d’un rêve pour moi. Je regarde souvent ce qui se passe là-bas. J’ai eu des contacts avec Dave Sutter qui évolue avec les Thunderbirds de Seattle. J’ai aussi parlé avec Lino Martschini, Nino Niederreiter et Sven Bärtschi dans le cadre de l’équipe nationale.

Si vous aviez l’opportunité de rejoindre une formation en Amérique du Nord l’an prochain, quelle serait votre décision?
Aujourd’hui, il m’est impossible de répondre car je me sens bien avec Ambri-Piotta. Je possède cependant une clause sur mon contrat qui me permettrait de quitter la Suisse pour l’Amérique du Nord. L’an dernier, j’ai appris que trois équipes voulaient me drafter lors de l’Import Draft (repêchage de CHL). Je venais alors de m’engager avec Ambri-Piotta et j’ai décidé d'honorer mon contrat avec mon club.

J’ai de la chance, mon entraîneur connaît très bien le monde du hockey nord-américain et il m’a donné d’excellents conseils. Je pense que je vais continuer de me développer avec Ambri-Piotta avant de vouloir passer à l’étape supérieure. Mais vous savez, c’est une décision qui doit aussi se prendre en famille et si le 19 juin, une formation de NHL me repêche, j’ignore encore ce que je ferai. C’est certain que j’aimerais suivre un camp d’entraînement de recrue mais mes priorités actuelles sont surtout de jouer avec le HCAP.

Commentaires

Le reste des interviews

11/09/2014 à 11:57:43
Tristan Vauclair: «Je pense que nous avons trop de respect pour les bonnes équipes»
Tristan Vauclair entame sa quatrième saison avec le HC Fribourg-Gottéron après un long périple au Tessin au sein du HC Lugano. Le Jurassien de 29 ans revient pour Planète Hockey sur le début de la présente saison, mais aussi sur les différents événements qui ont marqué sa carrière.
09/09/2014 à 22:31:40
Ossi Louhivaara: «Nous sommes prêts pour ce début de championnat»
Cette saison, le Lausanne HC aura de forts accents scandinaves dans sa légion étrangère avec un Suédois, Daniel Bang, ainsi que trois Finlandais, Juha-Pekka Hytönen, Harri Pesonen et Ossi Louhivaara. A l’aube de la saison 2014/2015, Planète Hockey vous propose de faire plus ample connaissance avec le dernier nommé.
voir tous les interviews

Autres actualités de HC Ambri-Piotta

Les derniers matchs de HC Ambri-Piotta

samedi 20 septembre 2014
vendredi 19 septembre 2014
mardi 16 septembre 2014
samedi 13 septembre 2014
vendredi 12 septembre 2014

NEWS Hockey suisse NLA et NLB

CLASSEMENT NL A J Pts
VOIR LE CLASSEMENT DÉTAILLÉ

NEWS Hockey amateur, féminin et junior

NEWS Hockey étranger

ANNIVERSAIRE

Steeve HELBLING


27 ans


INSCRIPTION NEWSLETTER