Jason O'Leary: «Procéder rapidement à des ajustements»

11/10/2017 à 15:52:07Genève, Vincent CriblezArticle vu 5 045 fois
Au lendemain de la défaite du Genève-Servette HC à Lausanne (8-4), Planète Hockey vous propose l’interview de Jason O’Leary, l’entraîneur-assistant du club des Vernets. Sacré champion de Swiss League avec Langenthal l’hiver dernier, le Canadien de 39 ans vit des moments difficiles avec son club. Avec seulement trois victoires engrangées en onze sorties, Genève veut réagir au plus vite.
© Photo PH -

Jason O’Leary, au lendemain de la déroute lausannoise, votre club ne s’est pas entraîné ce matin. Était-ce prévu ou est-ce une réaction à la mauvaise prestation d’hier soir?
Non, c’était prévu comme cela. Nous disputons trois matchs en quatre jours, les joueurs ont besoin de repos. La semaine prochaine s’annonce chargée elle aussi. Demain face à Ambri, puis vendredi à Kloten, deux gros matches nous attendent et il s’agira d’avoir un maximum d’énergie. Par contre, nous avons fait des visionnages videos avec les joueurs aujourd’hui. Et quelques entretiens individuels ont eu lieu.

Vous n’aurez donc pas eu de véritable entraînement entre la défaite à Lausanne et la réception d’Ambi-Piotta. Cela signifie-t-il qu’il n’y aura pas de changement de blocs pour demain soir?
Mais il est tout à fait possible de changer des blocs sans s’entraîner. Nos joueurs se connaissent, d’ailleurs nous procédons régulièrement à des modifications. Ils doivent être prêts à jouer avec n’importe quel joueur sur la glace, et ce à n’importe quel moment. Le fait de ne pas s’entraîner ne veut pas dire qu’il n’y aura pas d’autres trios sur la glace, demain face à Ambri.

Comment était l’ambiance dans l’équipe hier soir, après la rencontre perdue à Malley 2.0?
Nous traversons un moment difficile, donc c’est logique que les joueurs étaient très déçus hier après la rencontre. Pour moi, il est important de ne pas être trop euphorique lorsque les résultats sont bons, mais également de ne pas être trop négatif lorsque cela ne tourne pas. La réaction viendra de l’équipe et j’ai confiance en elle.

Au vu du départ catastrophique du GSHC dans la nouvelle saison, cueillir six points ce weekend doit forcément être votre objectif?
Pour moi, chaque partie est importante. A Genève, on veut faire des points chaque soir de match. Donc oui, au vu de notre classement, les parties face à Ambri et Kloten seront importantes et nous voulons absolument faire des points. Mais j’ai presque envie de dire que c’est le cas à chaque journée de championnat. En battant Zurich et Berne, nous avons d’ailleurs prouvé que nous en sommes capables. 

Revenons au match de Lausanne. En sus des pénalités inutiles que votre équipe a récolté, c’est le nombre de buts accordés à la suite d’un rebond dans le slot qui nous a surpris. Se trompe-t-on?
Oui, c’est vrai. A Lausanne, nous n’avons pas assez protégé Robert Mayer. Ce sont des points à améliorer. Il y a plusieurs ajustements à faire et nous en sommes conscients. C’est à ce genre de choses que nous nous sommes attelés aujourd’hui.

D’une manière générale, est-ce que votre défense vous a lâché hier?
Non! Défendre, c’est le travail de tous. Nos attaquants n’en ont pas assez fait, nos défenseurs non plus. Nous attaquons en équipe, nous défendons en équipe. Encore une fois, il s’agit d’ajustements à mettre en pratique au plus vite. Nous avons inscrit quatre buts à Lausanne, c’est positif. Mais, en raison de petits détails mal exécutés, nous en avons encaissé huit. C’est sur ces points là qu’il faut travailler.

Autre point d’étonnement, ni Gauthier Descloux, ni Christophe Bays n’étaient présents en tant que doublure de Robert Mayer à Malley 2.0. Vous pouvez nous en dire plus?
(il hésite). Non, cela fait partie de la gestion du groupe. Moi, je me concentre sur les joueurs présents et ces deux éléments ne l’étaient pas. Il faut poser la question au staff médical.

Ressentez-vous des tensions entre l’équipe et le trio d’entraîneurs que vous formez avec Craig Woodcroft et Louis Matte?
Sincèrement, non. Nous sommes une équipe et comme je l’ai déjà dit, il faut savoir raison garder lorsque les résultats ne suivent pas. Les joueurs sont positifs et nous allons tous dans le même sens.

Avez-vous eu vent du licenciement de Dan Ratushny, annoncé par le Lausanne HC il y a quelques heures?
(Etonné) Vous me l’apprenez. Non, c’est une surprise pour moi.

De votre côté, avez-vous peur pour votre avenir, qui est forcément lié à celui du critiqué Craig Woodcroft? 
Ce ne sont pas des questions qu’un entraîneur se pose. Nous exerçons un métier magnifique, nous sommes des privilégiés. La seule chose que nous pouvons faire, c’est de travailler dur tous les jours pour amener l’équipe là où nous le voulons. Le reste, nous ne pouvons pas l’influencer.

Dernière question, Jason O’Leary. Après avoir été champion de Swiss League avec Langenthal, vous êtes aujourd’hui assistant à Genève. Quel est votre rôle exact aux Vernets au vu du fait que vous vous partagez la tâche avec Louis Matte?
En fait, Louis Matte s’occupe du coaching des défenseurs lors des rencontres. De mon côté, je suis responsable des attaquants. Et au dessus de nous, Craig Woodcroft gère le tout. J’apprends tous les jours de nouvelles choses et je ne regrette pas mon choix d’être venu à Genève. Même si ma femme et mes enfants sont restés à Langenthal, je vis une belle expérience aux Vernets. 


Nouveau: vous pouvez désormais rejoindre notre forum afin de débattre de cette news ou encore de l'actualité de votre club préféré.

Commentaires

Le reste des interviews

14/02/2018 à 00:27:16

Ryan Gardner: «Je garde un bon souvenir de chaque club»

Une semaine après l’annonce du retrait définitif de la compétition de Ryan Gardner, Planète Hockey vous propose l’interview du Canado-Suisse de 39 ans. Arrivé en Suisse il y a vingt ans, l’Ontarien d’origine quitte les patinoires avec l’un des plus beaux palmarès qui soit : quatre titres de champion de Suisse, une coupe de Suisse, trois coupes européennes et une médaille d’argent mondiale avec la « Nati » à Stockholm. Rien que ça !...
21/12/2017 à 00:14:00

Philippe Bozon: «Honoré que mon maillot soit retiré»

A l’occasion de la rencontre opposant Genève-Servette à Kloten, le 21 décembre prochain, Philippe Bozon verra son mythique numéro 12 être retiré et suspendu par son ancien club. Aujourd’hui entraîneur des Boxers de Bordeaux, l’ancienne légende des Vernets a accepté de répondre aux questions de Planète Hockey. Agé de 51 ans, le Chamoniard affirme se plaire dans le sud-ouest de la France....
voir tous les interviews

Autres actualités de Genève-Servette HC

Les derniers matchs de Genève-Servette HC

vendredi 02 février 2018
jeudi 01 février 2018
mardi 30 janvier 2018
samedi 27 janvier 2018
vendredi 26 janvier 2018
Derniers résultats
sa 03.02.18 - 2 - 0
sa 03.02.18 - 2 - 7
voir tous les résultats
Fil actualités en continu
Actualités les plus lues
Derniers articles
Classement
1 CP Berne 47 j 95 pts
2 EV Zoug 47 j 86 pts
3 HC Bienne 47 j 82 pts
4 HC Lugano 47 j 79 pts
5 ZSC Lions 47 j 75 pts
6 HC Davos 47 j 73 pts
7 HC Fribourg-Gottéron 47 j 72 pts
8 Genève-Servette HC 47 j 66 pts
9 SCL Tigers 47 j 64 pts
10 Lausanne HC 47 j 59 pts
11 HC Ambri-Piotta 47 j 51 pts
12 EHC Kloten 47 j 44 pts
voir le classement détaillé
Partenaires
Derniers tweets