ARTICLE SUIVANTfermer

Raeto Raffainer: «L'équipe de Suisse a fait un pas en avant»

LIRE LA SUITE

Laurent Perroton: «Les matchs de SRL seront de haut niveau»

22/05/2017 à 10:24:21Morges, Patrick PittonArticle vu 21 601 fois
Après 6 saisons passées au Moju du HC Forward-Morges, Laurent Perroton ne se consacrera désormais plus qu'au Star-Forward. Sur le banc, le nouveau Manager général sera assisté par le Tchèque Ondrej Mertl. Petit tour d'horizon sur le projet sportif du club de Swiss Regio League.
© Photo Patrick Pitton - Ondrej Mertl assistera désormais Laurent Perroton

Laurent Perroton, vous quitter le mouvement juniors du HC Forward-Morges après 6 ans. Quel bilan en tirez-vous?
Cela a parfois été difficile, car dans les débuts nous n'étions pas nombreux mais aujourd'hui le Forward-Morges a une pyramide idéale. Lorsque nous évoquions la possibilité d'aller chercher un titre suisse de Juniors Top, cela faisait bien rigoler mais au final nous y sommes tout de même  parvenu. Nous comptons 7 titres de champion romand dans les différentes catégories en cinq saisons. Donc, pour moi, il s'agit d'une grande fierté que d'avoir accompli tout ceci. Aujourd'hui, le club est entre les mains de Malik Benturqui, qui connaît bien le hockey sur glace pour avoir joué en NLA. Tout ce qui est désormais en relation avec le scouting, le recrutement des entraîneurs ainsi que la politique du club, nous n'avons plus rien à y voir. Les relations qui nous aurons désormais sera au sujet de la gestion des clubs partenaires et le placement des joueurs dans ceux-ci. Cela se fera en relation notamment avec Olivier Keller, chef technique du mouvement junior. Ce que je retiens encore, c'est que nous avons réussi à créer des équipes présentes dans toutes les catégories de jeu et toutes les tranches d'âge, y compris une équipe féminine. Dans tous les clubs de SRL, nous serons les seuls à posséder une telle structure complète. Je souhaite plein succès au comité ainsi qu'aux entraîneurs du Moju pour l'avenir. Et en tant qu'entraîneur de la première équipe, j'espère de tout coeur que cette pyramide que nous avons mise sur pied continuera. Le plus difficile sera de maintenir  tout ceci.

Vous avez, il y a quelques jours, annoncé le mise sur pied d'un nouveau projet sportif. Pouvez-vous nous en parler?
Oui il s'agit d'un travail au niveau du Moju et des clubs partenaires de la région afin d'offrir aux jeunes la possibilité de pouvoir évoluer dans un niveau qui est le leur et également de pouvoir continuer à jouer quand ils sortent du mouvement Juniors.

La SRL sera donc une ligue qui viendra combler un manque pour les jeunes joueurs?
Oui exactement. La réalité aujourd'hui sur l'arc lémanique est qu'il y a deux clubs de NLA, des équipes de quatrième division et nous, nous serons au troisième niveau. Il est très important pour la formation d''avoir une équipe dans cette catégorie de jeu et de pouvoir à moyen terme monter cette équipe en NLB, afin de pouvoir permettre aux joueurs qui ont du talent de continuer à se développer. Si nous perdons cette catégorie de jeu cela deviendra compliqué d'avoir des équipes en NLA et une formation en quatrième division seulement. Pour moi, ce sera une équipe d'utilité publique.

Il faudra par contre que les clubs de ligue nationale jouent le jeu et qu'ils envoient leurs jeunes joueurs évoluer en SRL.
Exactement. Ce sont des discussion que nous menons à l'heure actuelle avec certains clubs. Il y en a qui ont refusé, mais d'autres qui sont intéressés. Il y aura, au sein de la Ligue, une votation en vue de permettre à des jeunes joueurs de NLA de pouvoir évoluer dans cette catégorie, malgré les deux ligues d'écart. Ce sera très important, d'autant qu'il y aura aussi de matchs prévus le mercredi, donc pour un joueur qui ne joue que quelques shifts le mardi soir, il pourra jouer un match complet le lendemain dans un club qui n'est qu'à quelques kilomètres de chez lui. Je pense que dans le développement du joueur on est dans le vrai, maintenant il faut que cette votation passe et que nous, à Star-Forward, nous puissions trouver un partenaire de NLA.

Avez-vous déjà pris contact avec des clubs de NLA?
Oui bien sûr, il y a plusieurs clubs qui peuvent être concernés, maintenant la proximité voulait que nous nous adressions aux deux clubs lémaniques de NLA que sont Lausanne et Genève. Si le LHC n'est pas du tout intéressé à travailler avec nous, le GSHC pourrait l'être. Donc nous allons essayer de trouver une entente avec le club du bout du lac. Il ne faut pas que les joueurs concernés aient 350 kilomètres aller-retour à effectuer juste pour jouer un match. 

Des contacts avec des clubs de NLB existent-ils déjà?
Le problème est que les clubs de NLB en Suisse romande il n'y en a pas beaucoup et qu'ils ont surtout déjà des formations de SRL à proximité d'eux. Donc, pour nous, l'opportunité réelle en terme de distance et de projet crédible c'est le Genève-Servette HC, en espérant que les dirigeants acceptent.

Le championnat va changer en championnat national pour vous, avec de plus longs déplacements partout en Suisse. Le budget de l'équipe va certainement être augmenté.
C'est mon nouveau rôle, car je suis également désormais responsable de rechercher des partenaires. Nous voulons créer un engouement autour de cette équipe. Il faut que nous arrivions à augmenter le budget dès cet été, donc j'ai encore de nombreuses personnes à rencontrer ses prochaines semaines, afin d'obtenir un budget plus conséquent pour cette première saison, où l'objectif sera le top 8. Pour la suite, le projet que nous présentons se base sur les trois prochains exercices, nous visons à terme le top 4 pour aller chercher les deux premières places, sachant que la Ligue va s'ouvrir et qu'il y aura une possibilité de promotion en NLB. Bien entendu tout ceci dépendra des moyens financiers à notre disposition, ainsi que des moyens structurelles par rapport à un partenariat avec un club de NLA. Aujourd'hui le «produit» est attractif puisqu'il y aura la télévision. Et avec les partenariats que nous créons avec les clubs régionaux nous représenterons une belle plate-forme de formation.

L'an passé, on parlait d'un budget de l'ordre de CHF 400'000. Quel sera le montant de celui-ci pour la saison à venir?
Un budget qui avait été abaissé à 250'000.-. Donc, un des plus petits budgets de la 1ère ligue. Si l'on compare, le HC Sierre en avait un de près d'un million, c'est quatre fois plus. Nous avons tout de même fait une belle saison avec des joueurs qui ont été fantastiques. L'idée c'est de pouvoir leur proposer un véritable staff avec deux entraîneurs professionnels, un pour les défenseurs et un pour les attaquants, un entraîneur des gardiens, un coach vidéo qui sera aussi responsable du multimédia et des réseaux sociaux afin de mettre de la vie autour de cette équipe et de se faire mieux connaître. Et bien entendu un staff médical, des responsables matériels etc, tout ce dont une équipe a besoin pour bien travailler. Entre chaque saison ces dernières années, j'ai à chaque fois perdu entre 60 et 80% de mon contingent. Donc l'idée est de créer un véritable amalgame au niveau sportif, une certaine stabilité avec des joueurs qui restent en leur proposant des augmentations pour les saisons à venir. Car c'est très difficile de commencer un exercice avec des joueurs qui ne se connaissent pas.

Pouvez-vous nous articuler un chiffre?
Nous aimerions arriver à CHF 600'000 afin de pouvoir valoriser les joueurs, avoir un staff complet et surtout d'être compétitif afin d'accrocher le top 8. 

Votre nouvel entraîneur-assistant sera Ondrej Mertl. Pourquoi l'avoir choisi lui?
Avec Ondrej c'est une longue histoire. Nous étions déjà ensemble à Martigny lorsque nous avions réalisé une saison de toute beauté avec 22 victoires consécutives l'année de la promotion. Mais cela remonte encore plus loin, car nous nous sommes connus lorsque j'étais entraîneur à Gap en Ligue Magnus. Ondrej était l'un des joueurs étrangers de notre formation et nous avons immédiatement accroché, par rapport à sa mentalité, sa façon de jouer et surtout ce qu'il amenait véritablement sur la glace. Après, nous nous sommes un peu perdu perdu de vue. Et lorsque j'étais à Martigny, je recherchais une personne qui adhérait à ma façon d'entraîner ainsi qu'à ma philosophie. Nous avons très confiance l'un en l'autre. Si une fois je dois lui laisser l'équipe pour une raison ou une autre, il n'y aura aucun souci. C'est une personne extrêmement compétente et il était important pour moi de pouvoir compter sur quelqu'un comme lui.

Comment voyez-vous le niveau de cette nouvelle ligue?
J'ai suivi un peu l'évolution de certains contingents comme Bülach ou Dübendorf et le niveau sera très élevé. Il va falloir être prêts physiquement et c'est pour cela que nous avons aussi noué certains partenariats comme avec Fitness Park Malley pour l'entraînement cet été, car ils ont des programmes d'entraînements bien particuliers et des coachs spécialisés dans le spinning, yoga ou encore cardio-training. Nous devrons être plus vite en forme que les autres, car en terme d'expérience et de niveau de jeu cela sera compliqué pour nous au début du championnat, comme je l'ai dit avant. Le niveau se rapprochera de la NLB. Il y aura un plus grand écart entre la SRL et la 1ère Ligue et des matchs de haut niveau pour du hockey amateur. En plus, il y aura du monde dans les patinoires. On se réjouit de tout ceci.

Une nouvelle équipe très jeune pour la saison à venir?
Oui, il y a toujours un rapport avec le budget que nous avons à disposition. Nous serons très prudents, mais il y a une dizaine de joueurs que nous conserverons. Des joueurs qui ont la capacité de par leur talent et leur engagement de jouer bien au-dessus. Pour le reste, nous avons pas mal de contacts, mais la moyenne devrait rester autour des 21 ans. Nous devons travailler sur les trois prochaines saisons donc nous cherchons à créer un bon amalgame.

Avec l'arrêt de la compétition de Sébastien Duc et Sébastien Schneider, vous allez là perdre deux joueurs d'une grande expérience.
Oui, ce sont deux joueurs qui sont très importants dans une équipe. Mais nous sommes en train de créer un nouveau comité élargi au sein duquel j'aimerais bien les avoir avec nous, avec pour eux un rôle bien défini dans notre organisation. Il y aura d'ailleurs d'autres personnalités de la région, des anciens hockeyeurs. Nous devons être bien sportivement mais également politiquement. C'est ma première victoire dans mon nouveau rôle que d'avoir réussi à convaincre des gens d'adhérer à notre projet sportif. C'est très important d'avoir des personnes comme eux autour de nous. Des annonces seront d'ailleurs bientôt faites.

Pour terminer, quels seront selon vous les formations qui domineront la SRL?
Je discute beaucoup avec les directeurs sportifs des autres clubs, en plus nous avons déjà eu quelques séances tous ensembles, Düdendorf sera une grosse cylindrée. Il y aura également Brandis, même Bâle est en train de monter une jolie équipe. Il est bien clair que nous ne partons pas dans les favoris, mais, on l'a vu avec le HC Sion-Nendaz, il est possible pour un club romand de créer la surprise et de s'imposer. Mais je ne m'occupe pas trop des autres, nous devons créer notre structure et travailler plus fort au niveau de la préparation. Pour que tout ceci fonctionne bien, nous nous devons aussi travailler sur la durée.


Commentaires

Le reste des interviews

voir tous les interviews

Autres actualités de Star-Forward


Fil actualités en continu
Actualités les plus lues
Derniers articles
Classement
1 HC Davos 0 j 0 pts
2 CP Berne 0 j 0 pts
3 HC Bienne 0 j 0 pts
4 Lausanne HC 0 j 0 pts
5 SCL Tigers 0 j 0 pts
6 HC Ambri-Piotta 0 j 0 pts
7 EV Zoug 0 j 0 pts
8 HC Fribourg-Gottéron 0 j 0 pts
9 EHC Kloten 0 j 0 pts
10 HC Lugano 0 j 0 pts
11 ZSC Lions 0 j 0 pts
12 Genève-Servette HC 0 j 0 pts
voir le classement détaillé
Partenaires
Derniers tweets