Nicolas Burdet: «il y a toujours en Valais une problématique d'identité»

16/06/2018 à 23:43:23Martigny, B. MelliardArticle vu 3 011 fois
A trois mois de la reprise et un mois après l'annonce de la création du HC Valais Chablais issu du rapprochement de Red Ice et de Sion, il a paru opportun de faire un point de la situation sur les grandes articulations de la nouvelle structure avec Nicolas Burdet, le Directeur sportif de la SA et de la relève.
© Photo PH -

Dans un passé récent, Il y avait déjà eu un essai de rapprochement entre Sion et le Red Ice. Qu’est-ce qui fait penser que cette fois, cette tentative sera la bonne ?
La différence, c’est qu’aujourd’hui, on passe par la base. C’est-à-dire que l’on procède en passant par les jeunes. Dans le passé, l’on a voulu fusionner des équipes premières. Aujourd’hui, c’est principalement une réunification à partir des mouvements juniors, qui auront une équipe en MSL comme porte-drapeau.

Et avec Sierre, cela a été la même problématique ?
Je ne sais pas car je n’étais pas là. Mais il y a toujours en Valais une problématique d’identité, ce qui fait que c’est toujours difficile de faire accepter de perdre une identité locale forte au profit d’une nouvelle identité plus large.

Justement, vu de l’extérieur, l’on a parfois l’impression que des particularismes régionaux prennent le pas sur des considérations rationnelles ?
En Valais, c’est un canton de passionnés et lorsque les gens soutiennent un club,  ils le vivent à fond. C’est aussi une qualité. Maintenant, les changements sont toujours pris avec beaucoup de prudence. Le Red Ice a été créé en 2008. Il a fallu quelques années pour que cela soit accepté et lorsque c’est rentré dans les mœurs, on est tombé sur la zone de turbulences que l’on sait. Aujourd’hui l’angle d’attaque est axé sur les 500 jeunes joueurs qui font partie de cette entité. Une fois que l’on aura des équipes de catégories seniors avec des jeunes formés dans le cru, l’identité sera sur la glace et le public pourra supporter des joueurs qui viennent de leur région.

Toujours vu de l’extérieur, l’on a l’impression que le hockey sur glace en Valais passe dans l’affectif des Valaisans après le FC Sion…
Le FC Sion, c’est la grosse cylindrée du Valais. Le hockey n’a pas en Valais la notoriété du football, aussi parce que le FC Sion est au sommet de la pyramide. Sans doute que lorsqu’il y aura un club de hockey valaisan en National League l’on aura la même notoriété que le FC Sion.

Par rapport à vos ambitions, ne vous manque-t-il pas une patinoire ?
Ce problème n’est pas seulement valaisan. Le manque d’infrastructure est un problème symptomatique un peu partout en Suisse romande. Lorsque l’on discute entre clubs, je constate que nous parlons tous de comment trouver des heures de glace et aussi, de comment les partager avec le curling ou avec le patinage artistique qui ont autant le droit que nous de les utiliser. Certes, en Valais nous disposons de davantage de patinoires que par exemple, dans le Canton de Vaud, mais il nous manque clairement une patinoire phare.

Mais n’est-elle pas en cours de construction, à Viège ?
Viège construit patiemment sa structure depuis des années. Toute collaboration future avec eux devra obligatoirement être de type « win-win ».

Ce qui veut dire d’un jour, un rapprochement avec Viège est tout à fait envisageable…
Je dirais qu’aujourd’hui, il s’agit de faire le mieux possible les choses chez nous, donc de faire en sorte que le regroupement nouvellement créé fonctionne. Une fois que nous aurons une base solide chez nous, il sera possible d’envisager l’avenir autrement, par exemple en y ajoutant d’autres structures ou de s’ajouter à d’autres structures.

Aurez-vous les budgets de vos ambitions et à combien se monte-t-il approximativement ?
Le budget a été le gros travail de ces derniers mois. Certes, on doit être humble, tirer les leçons du passé pour en extrapoler le futur. Les budgets seront raisonnables en regard des ambitions et tiendront compte de toutes les identités du club.

A-t-on un ordre de grandeur du budget ?
Oui, la MSL va avoisiner entre CHF 800 et 900'000.-, la 1ère Ligue aura un montant entre CHF 200 et 250'000 et le mouvement juniors avoisine le demi-million.

Aurez-vous une politique de partenariat avec des clubs de National League ?
Pourquoi pas ? Le sujet est ouvert…

Il n’y a pas si longtemps, l’on avait parlé d’un projet de Sport-Etudes assez avancé. Est-ce toujours d’actualité ?
Il existe déjà une structure Sportif-Artistes avec l’Etat du Valais prévoyant des allégements scolaires pour les bénéficiaires. Il y a aussi dans un 2ème temps un projet d’académie en Valais sur lequel on est en discussions.

Dans la nouvelle équipe, y aura-t-il un noyau de joueurs valaisans et aussi, y aura-t-il des joueurs valaisans exilés qui viendront vous rejoindre ?
Il y aura en tout cas un fort noyau de joueurs valaisans : le but est qu’entre 50% et 70% de nos joueurs soient Valaisans. Il y aura des joueurs issus de la formation, il y aura des joueurs qui vont venir hors des contrées du Valais et hors des contrées de notre club. Notre identité deviendra ainsi plus cantonale qu’auparavant, mais on veut surtout des identités sur la glace qui représentent nos clubs.

Votre entraîneur Adrian Plavsic sera-t-il essentiellement au service du club de « MySports League » ou sera-t-il également en fonction dans la formation ?
Son rôle sera d’être coach de « MySports League », mais il aura un suivi très étroit des jeunes sous contrat de formation afin de leur donner l’évolution nécessaire à leur développement.

Pouvez-vous préciser le rôle de l’ancien coach Emmanuel Tacchini ?
Emmanuel Tacchini rentre dans l’organisation en tant que Team manager des équipes de 1ère ligue et de « MySports League ». Il aura donc à la fois un rôle administratif et technique.

Commentaires

Le reste des interviews

20/07/2018 à 10:28:10

Sarah Forster: « Jusqu'à la saison passée, nous n'étions pas dédommagées pour nos frais »

Peu avant son départ en Suède, Sarah Forster s'est confiée à Planète Hockey. Elle nous parle avec franchise des difficultés qu'elle rencontre pour vivre sa passion au quotidien et de son nouveau contrat en Suède, pays qu'elle connaît déjà pour y avoir déjà été trois mois durant la saison 2014-2015, mais au HC Linköping....
03/07/2018 à 12:16:06

Timur Shiyanov: «Mon objectif est de pouvoir évoluer en National League»

Rencontre avec le jeune gardien des Elite A du Lausanne HC, Timur Shiyanov. Après le CSKA Moscou, il a également connu une expérience au Canada. A 18 ans seulement, le Russe a déjà évolué dans trois pays différents....
02/07/2018 à 10:06:40

Jann Falett: «Dübendorf, c'est comme une grande famille»

Rencontre avec Jann Falett, capitaine de Dübendorf, le premier club champion suisse de l’histoire de la Mysports League. C’est avec sincérité et bonne humeur qu’il s’est confié à Planète Hockey....
voir tous les interviews

Autres actualités de HC Valais Chablais

Derniers résultats
ve 27.04.18 - 0 - 2
voir tous les résultats
Fil actualités en continu
Actualités les plus lues
Derniers articles
Classement
1 CP Berne 0 j 0 pts
2 SC Rapperswil-Jona Lakers 0 j 0 pts
3 EV Zoug 0 j 0 pts
4 HC Bienne 0 j 0 pts
5 HC Lugano 0 j 0 pts
6 HC Fribourg-Gottéron 0 j 0 pts
7 HC Davos 0 j 0 pts
8 ZSC Lions 0 j 0 pts
9 Genève-Servette HC 0 j 0 pts
10 SCL Tigers 0 j 0 pts
11 Lausanne HC 0 j 0 pts
12 HC Ambri-Piotta 0 j 0 pts
voir le classement détaillé
Partenaires
Derniers tweets