Paul Adey: «Notre 1ère place doit être surprenante pour beaucoup»

21/10/2010 à 17:58:41Porrentruy, DRArticle vu 4 911 fois
Québécois de 47 ans né à Greenfield Park (Rive-Sud de Montréal), Paul Adey a été engagé au HC Ajoie pour remplacer Réal Paiement. En tant que joueur, il a principalement évolué en Grande-Bretagne, avec Nottingham, où il a connu une formidable carrière (1182 points en 11 saisons). Son chandail, le 22, a été retiré. Un point commun avec Martin Rauch. Il a ensuite entrainé en Angleterre et en Italie. Il habite à Porrentruy avec sa compagne Gayle et ses deux enfants Max, son fils de 2 ans, et Rae, sa fille de 5 ans. Rencontre.

© Photo Photo Stéphane Mure -

Paul Adey, racontez-nous comment s'est déroulée votre carrière de joueur...

J’ai d’abord joué en ligue majeur junior au Québec pendant trois années. Ensuite, j’ai évolué dans la ligue internationale, notamment avec Peoria, la filiale de l’équipe de NHL des Blues de St-Louis. Puis, je suis allé à Briançon. Après mon passage en France, je suis parti pour l’Angleterre où j’ai effectué 11 saisons. J’ai également joué à Milan. A l’époque, l’équipe évoluait dans le championnat de France. Enfin, je suis retourné en Angleterre pour une dernière saison en tant que joueur.

 

Quelle est la différence entre le championnat britannique et helvétique?

Dans le championnat anglais, les formations peuvent avoir entre 11 et 12 joueurs étrangers, ce qui fait que le niveau est assez fort. Quand j’ai commencé à entraîner en Grande-Bretagne, il y avait 16 mercenaires: c’était trop. Il n’y avait pas de place pour les joueurs britanniques. Aujourd’hui, il y a moins d’importés.

 

Quel est votre parcours en tant qu’entraîneur?

Ma carrière a commencé à Nottingham, puis je suis allé 4 ans en Italie (deux saisons à Renon, une à Cortina et une à Gardena). Sur les quatre saisons, deux équipes ont terminé en tête du classement (Renon et Cortina). Je garde de bons souvenirs de mon expérience italienne.

 

Qu’est-ce qui vous a donné l’envie de déposer vos valises au HC Ajoie?

C’était une opportunité pour moi de venir en Suisse, de connaître quelque chose de différent. Je suis venu passer une entrevue à la fin de la saison passée. Il y avait beaucoup de candidats et je savais que ce serait difficile. Au final, je suis content d’avoir été choisi. Pour le moment, tout se passe bien et c’est important de bien commencer pour quelqu’un de nouveau. Ça répond à plusieurs interrogations.

 

Et au niveau des objectifs, que vous ont demandé les dirigeants ajoulots?

Nous n’avons pas vraiment parlé d’objectifs. Je pense que le but premier est de faire les play-off et ensuite, on verra. Ca ne sert à rien de mettre de la pression sur le club. Il faut vivre match après match. Pour moi, c’est la manière qui fonctionne le mieux.

 

Qu’exigez-vous de vos joueurs?

Il faut donner du crédit aux joueurs et travailler fort. Ce n’est pas toujours la meilleure équipe sur le papier qui gagne, mais la formation qui joue soudée et qui a un bon état d’esprit. Nous avons cela ici. Tous les joueurs ont une excellente attitude. Depuis que je suis en fonction, c’est cela qui m’a le plus impressionné. Nous sommes une grande famille.

 

Comment trouvez-vous le niveau de la NLB?

Très bon. Je savais en arrivant en Suisse que le niveau allait être de qualité, mais pas à ce point. En jouant avec seulement deux joueurs étrangers par équipe dans la ligue, c’est vraiment très bien d’avoir une telle compétition.

 

Quelle est la formation qui vous a le plus impressionné lors du premier tour de championnat?

Nous avons joué contre beaucoup de bonnes équipes. La compétition est très serrée. Je retiens surtout les deux dernières parties contre La Chaux-de-Fonds. C’était du très bon hockey, quasiment comme en série. Ils ont une très bonne formation, notamment avec Benoît Mondou. Malgré sa présence sur la glace, nous sommes quand même parvenus à trouver une manière de l’emporter. Ce qui prouve que nous avons du caractère.

 


© Photo Photo Stéphane Mure
Quel est votre avis sur l’ambiance des supporters ajoulots?

J’aime énormément cela. Quant ils chantent, ça nous donne du support. Avoir beaucoup de supporters dans la patinoire qui mettent de l’ambiance, ça peut équivaloir à un but en quelque sorte.

 

Après cette première partie de championnat, on se rend compte que jusqu'à présent, au HCA, il n’y a pas que la première ligne qui compte des buts...

C’est bien que les autres lignes marquent des buts. Contre La Chaux-de-Fonds, mardi passé, la quatrième ligne a scoré deux fois. C’est bien que d’autres joueurs contribuent au succès du club. Il y en a qui commencent à prendre confiance et remarquent que eux aussi sont capables. L’instinct est très important dans le monde du hockey.

 

Patrick Hauert vous a annoncé, ainsi qu’à vos joueurs, que le HC Ajoie n’avait plus été premier du championnat depuis dix ans. Un peu de fierté?

C’est bien d’avoir commencé ainsi le championnat, mais il est encore très long. Je pense que beaucoup de personnes sont surprises de nous voir à cette place. C’est mieux d’être premier en ce moment que dans les profondeurs du classement. Les points acquis jusqu’ici sont en banque. Il est préférable de les obtenir maintenant, au lieu d’aller batailler avec d’autres équipes en janvier.

 

L’ambiance doit être bonne dans les vestiaires du HCA et on dit que Geoffrey Vauclair serait le clown de service. Vous confirmez?

L’ambiance était déjà bonne avant de commencer le championnat. Elle l’a été également lors de nos premières rencontres amicales que nous avons perdues. Les joueurs aiment jouer ensemble. Et oui, Geoffrey fait rire beaucoup de gens. Il a un très bon caractère, toujours positif et il a toujours le sourire. Je suis content de l’avoir dans l’équipe.

 

Vous avez deux joueurs étrangers (James Desmarais et Stéphane Roy) de grande qualité, comment les décrivez-vous?

James a un caractère de gagnant, c’est certain. Il est un joueur qui peut changer le match en cinq secondes avec son talent offensif. Il l’a déjà prouvé à plusieurs reprises. Stéphane est également un très bon joueur, autant offensivement que défensivement. Il est un excellent complément pour Desmarais. Vous ajouter Steven Barras dans l’alignement et vous avez la meilleure ligne de la ligue. Au-delà de ses qualités de patineur, Stéphane Roy est aussi un excellent capitaine. Il garde les joueurs ensemble dans le vestiaire et sur la glace, ce qui est très important et inestimable à mes yeux.


Commentaires

Le reste des interviews

05/12/2017 à 10:52:48

Serge Pelletier: «Mon but est que l'équipe recommence à gagner régulièrement»

Planète Hockey vous propose l’interview de Serge Pelletier. Nommé à la tête du HC La Chaux-de-Fonds le 11 novembre dernier, le Québécois dresse un premier bilan, alors qu’il a dirigé sa nouvelle équipe à sept reprises depuis son arrivée en terres neuchâteloises....
14/11/2017 à 11:55:29

Josh Holden: «A la Zoug Academy, je suis le grand frère»

Planète Hockey vous propose l’interview de Josh Holden, employé par Zoug Academy mais également régulièrement aligné en National League avec le EV Zoug. A 39 ans, le sympathique Canadien espère prochainement obtenir un passeport helvétique afin de pouvoir continuer sa carrière au plus haut niveau....
voir tous les interviews

Autres actualités de HC Ajoie

Les derniers matchs de HC Ajoie

samedi 09 décembre 2017
vendredi 08 décembre 2017
mardi 05 décembre 2017
samedi 02 décembre 2017
vendredi 01 décembre 2017
Derniers résultats
je 14.12.17 - 3 - 4
voir tous les résultats
Fil actualités en continu
Actualités les plus lues
Derniers articles
Classement
1 CP Berne 30 j 66 pts
2 HC Lugano 30 j 56 pts
3 ZSC Lions 31 j 52 pts
4 HC Davos 31 j 50 pts
5 EV Zoug 30 j 48 pts
6 HC Fribourg-Gottéron 29 j 46 pts
7 HC Bienne 31 j 46 pts
8 Genève-Servette HC 32 j 45 pts
9 SCL Tigers 30 j 40 pts
10 Lausanne HC 31 j 40 pts
11 HC Ambri-Piotta 30 j 33 pts
12 EHC Kloten 31 j 27 pts
voir le classement détaillé
Partenaires
Derniers tweets