Sami El Assaoui: «La NLA a toujours été mon but ultime!»

25/02/2013 à 17:48:03La Chaux-de-Fonds, Kevin VaucherArticle vu 12 076 fois
Sami El Assaoui joue actuellement un quart de finale de NLB avec le HCC (Olten mène 3-2 dans la série). Mais dès la saison prochaine, ce talentueux défenseur bataillera au sein de l’élite du hockey helvétique. Un moment charnière dans sa carrière de hockeyeur et le moment propice de l’interviewer. Il a accepté avec une très grande franchise de nous parler de ses débuts, de la NLB, du HCC et ses problèmes ainsi que de son transfert quelque peu polémique.

© Photo Photo Kevin Vaucher - Sami El Assaoui en plein dans le mille

D’origine marocaine de par son papa, Sami El Assaoui a cependant toujours vécu en Suisse puisqu’il est né à Sion le 21 juillet 1991. Un jour, une amie de sa maman amène son fils à Vissoie pour un entrainement de hockey et propose de l’y emmener. Bien que «branché» plutôt football, il accepte l’invitation, en grande partie car la patinoire se trouve juste à côté de chez lui.

Depuis ce jour (il a alors 8 ans), il n’a plus réussi à s’en passer. Très vite il rejoint les juniors du HC Sierre. Il y fait ses classes jusqu’en mini. Puis à 14 ans il part à Lausanne avant de signer aux GCK Lions son premier contrat pro à l’âge de 18 ans. Deux ans plus tard, il décide de poser son sac de hockey du côté des Mélèzes. Un choix judicieux puisqu’en à peine une saison, il a littéralement explosé au sein du HC La Chaux-de-Fonds. De quoi attiser le regard de plusieurs clubs de NLA. Et c’est finalement à Langnau qu’il évoluera la saison prochaine. Une ascension fulgurante.

Sami El Assaoui, après deux saisons complètes aux GCK Lions, vous avez décidé de rejoindre le HCC. Pourquoi ce choix?
Les GCK Lions désiraient vraiment me garder. Même si je dois beaucoup à cette équipe, mon but ultime a toujours été d’évoluer en NLA. Après un rapide coup d’œil du côté des ZSC Lions, le club partenaire, j’ai vite compris qu’il n’y avait pas de place pour moi puisque dix défenseurs étaient déjà sous contrat. Donc si je devais rester en NLB, autant que cela soit avec un club de pointe de NLB. Je voulais me montrer et le HCC constituait la meilleure vitrine selon moi. Si j’arrivais à m’y imposer comme un joueur clé, les clubs de NLA m’accorderaient enfin un peu de crédit.

Cette saison, vous explosez votre compteur points (27 points en 38 matchs contre 22 en 85 matchs aux GCK Lions). Comment expliquez-vous ce net progrès?
Aux GCK Lions, nous avions un rôle d’outsider. Le jeu était basé en premier lieu sur la défense et notre power-play était peu productif. A La Chaux-de-Fonds, il est clairement plus facile de faire des points. Le jeu est plus tourné vers l’offensive et notre power-play marche mieux car on peut compter sur deux bons étrangers. Concernant plus spécifiquement mon rôle, je dirais que je m’adapte en fonction de l’adversaire. Je suis un «joueur caméléon». Lorsqu’on doit courir derrière le score je me porterai plus facilement vers l’attaque alors que lorsqu’on joue contre Ajoie par exemple, je suis dans la «checking-line» qui doit contrer la ligne de Desmarais. Mais comme au HCC il manque des défenseurs offensifs, j’essaie de tenir ce rôle. Je suis un joueur qui aime créer le jeu, monter le puck et créer le danger en mettant de l’intensité. Idéalement j’aimerais encore améliorer mon tir du poignet et prendre quelques kilos afin de pouvoir m’imposer à l’échelon supérieur.

Quel regard portez-vous sur votre 6ème place au terme de ce championnat régulier?
Cette place est décevante. Nous nous devions de finir dans le top 3 ou au minimum dans le top 4 afin de commencer les play-off à domicile. Pour ma part, même si je n’étais pas complétement remis de la charge de Shawn Heins, j’ai tenu à jouer dès le premier match de notre série. C’est la preuve de ma motivation. J’ai d’ailleurs annoncé à Langnau qu’il ne fallait pas m’attendre trop vite car on risquait d’aller loin avec le HCC.

A la fin de cette saison, vous quitterez donc vos coéquipiers du HCC. Lesquels vous auront le plus «marqué»?
Incontestablement Lee Jinman. Avoir une telle forme et un tel impact sur le jeu encore à son âge (37 ans) c’est très impressionnant. Je dis "respect", sincèrement. Même si au niveau qualité-prix, je pense avoir été le meilleur transfert, Lee est à coup sûr le top transfert au niveau du jeu. Sinon, Deny Bärtschi aurait d’après moi sa place en NLA. En plus d’être humainement super, il a les qualités et le gabarit pour s’imposer plus haut. Malheureusement, au HCC, il est sous-estimé et mal utilisé.

Saison après saison, la défense du HCC est pointée comme étant le point faible de l’équipe. Êtes-vous d’accord avec cette analyse?
Indéniablement. A quoi cela servirait de le nier? C’est très clairement notre point faible. C'est aussi une conséquence de notre système de jeu qui privilégie l’attaque au détriment de la défense. En quantité et en qualité, on ne fait pas partie du top 5 de NLB. Langenthal, Lausanne, Viège, Ajoie et Red Ice nous devancent. Ensuite, il y a Olten et nous. Heureusement pour nous, on peut compter sur un grand gardien en la personne de Damiano Ciaccio. C’est vraiment l’arbre devant la forêt. Ce n’est pas pour rien que plusieurs clubs de NLA ont un œil sur lui. Concernant mon rapport avec l’entraîneur, Gary Sheehan, je dirais qu’il est très humain. J’ai senti qu’il était derrière moi et qu’il croyait en moi. Il m’a apporté un bon capital confiance et en hockey, c’est extrêmement important.


© Photo Photo Maria Wunderlin
Récemment, vous avez été élu meilleur défenseur de NLB pour la saison 2012/2013. Comment avez-vous reçu une telle récompense?
J’ai été assez surpris je dois dire car je suis comme le petit jeune au milieu des vieux loups que sont par exemple Heldstab, Guyaz, Keller ou encore Vacheron. Mais je dois avouer que c'est gratifiant, d’autant plus que ce sont mes adversaires qui ont voté. Cette récompense, je la dois et la dédie entièrement à Simon Schenk, le directeur sportif des GCK Lions. Lorsque je jouais avec l’équipe de Suisse M19, il m’a repéré lors d’un tournoi en Suède. Le lendemain, j’avais une offre pour un contrat professionnel en NLB. C’est lui qui m’a fait prendre conscience de mes capacités. Encore un grand merci.

Cette saison a été marquée par des tensions entre le mouvement juniors (plus particulièrement les juniors-élites) et la première équipe. Les joueurs de la première équipe ont-ils été déstabilisés par ces tensions?
Honnêtement, non. Après j’aurais trouvé légitime de voir plus de joueurs avec nous. Car mis à part Jason Fuchs, je pense que trois autres joueurs auraient pu venir plus souvent. Il s’agit de Nicolas Dozin, Cédric Boss et Robin Vuilleumier.

Certaines voix se sont élevées au sein même du club, estimant que Gary Sheehan avait pris trop d’importance et de pouvoir au HCC. Qu’en pensez-vous?
Le club devrait effectivement revoir son organigramme et définir les fonctions plus clairement. Gary est au four et au moulin. Peut-être qu’il en fait trop effectivement mais s’il ne faisait pas tout ce travail, qui le ferait? Il faudrait revoir l’organisation du club pour alléger son travail. Pour l’instant, heureusement qu’il le fait.

Entre novembre et décembre, le HCC a connu un passage à vide passablement long (2 victoires en 13 matches). A quoi imputez-vous cette série de défaites?
Nous jouions les premiers rôles et avions alors une bonne avance sur le 3ème du classement. On s’est tout simplement relâché alors qu’il n’aurait pas fallu le faire. Le relâchement a d’abord été mental et on est tombé dans une spirale négative. Ensuite, les blessures se sont enchainées et on n’a pas eu assez de caractère pour stopper l’hémorragie. Il n’y a eu aucune révolte, on n’a pas su jouer avec nos émotions. Et lorsque nous étions au complet, il y a eu une sur-concurrence, du moins en attaque, que Gary Sheehan n’a pas su gérer. Quand tu as 15 attaquants sous le coude, c’est au coach de faire des choix clairs.

La responsabilité de l’entraîneur est donc engagée?
Je ne veux juger personne. Cependant, et même si j’ai vécu ça un peu de l’extérieur puisque j’ai évolué quelques matchs avec Langnau, je pense que oui. Perdre tous les matches, même contre les GCK Lions ou Bâle, et ne rien voir bouger c’est quand même étrange. Je pense que le contrat de trois ans de Gary Sheehan a joué en sa faveur. Pour moi, le choix de le garder s’est plus basé sur des critères financiers que sportifs. Concernant les dirigeants, il y a bien eu des réunions et des tables rondes mais toujours avec le comité et l’entraîneur. Cela ne servait donc à rien: comment voulez-vous vous exprimez librement dans ces conditions? Il y a également eu le sondage. Pour moi, tout cela a été du charabia inutile. C’était au vestiaire de se rebeller, je pense qu’il y a assez de joueurs intelligents dans notre vestiaire pour trouver d’autres solutions et ne pas en arriver là.

Durant cette période difficile, il y eu cet échange entre Martin Stettler de Langnau et vous (jusqu’au 31 janvier). N’avez-vous pas eu de remords en laissant vos coéquipiers dans cette situation?
J’ai reçu un téléphone de Langnau. Ils m’ont dit qu’ils s’intéressaient à moi pour la saison prochaine mais aussi pour la fin de celle-ci. J’ai alors refusé de laisser tomber le HCC et exiger de pouvoir revenir au moins pour les play-off. D’où le transfert jusqu’au 31 janvier. C’est vrai, pour moi qui ai toujours eu comme objectif d’évoluer en NLA cela représentait une opportunité incroyable. C’était aussi l’occasion de progresser avec Langnau et de revenir avec une plus-value pour le HCC. De plus, je ne trouvais pas que j’affaiblissais mon équipe puisqu’en échange, Martin Stettler a fait le chemin inverse. C’est un très bon défenseur. Finalement, je n’ai jamais rechigné à venir porter main forte à La Chaux-de-Fonds durant mon prêt, donc non je ne me sens en aucun cas coupable. Le public et le soutien populaire extraordinaire me manqueront l’année prochaine c’est certain. Le HCC est une bonne adresse pour les jeunes, c’est un tremplin extraordinaire. Pour avoir aussi transité par le LHC, j’encourage plutôt les jeunes à venir ici.

Avec 5 points (dont 2 buts) en 14 matches à Langnau, vous avez bien négocié vos débuts en NLA. De quoi attiser l’intérêt de plusieurs clubs. Pourquoi avoir finalement porté votre choix sur Langnau?
C’est sûr, mes prestations ont suscité de l’intérêt et j’ai reçu trois offres de clubs de NLA: Genève, Ambri et Langnau. Genève aurait été intéressant pour mes activités extra-sportives, Ambri pour apprendre l’italien, mais Langnau me voulait vraiment et si j’ai recu d’autres offres c’est quand même grâce à ce club, qui m’a laissé ma chance. Ne serait-ce que par loyauté, je me devais d’y signer.


© Photo Photo Kevin Vaucher
A même pas 22 ans, vous faites déjà le grand saut vers la NLA. Comment appréhendez-vous cette expérience?
Bien, étant donné que je n’ai jamais grillé d’étape. J’ai toujours attendu de faire ma place là où j’étais avant de penser à «au-dessus». Cela aurait été une grosse erreur de ne pas le faire maintenant. Je ne veux avoir aucun regret. Thibaut Monnet, que j’ai côtoyé car il jouait à Zurich, et Alain Miéville avec qui je partage le même coach personnel (Fabien Zavattini) m’ont été de précieux conseils, je les en remercie. Maintenant, ils ne vont pas faire le travail pour moi, c’est à moi de montrer que j’ai ma place. Je dois m’imposer le plus rapidement possible afin de ne pas effriter cette confiance qui m’habite.

Avant de penser peut-être à la NHL?
Je dois dire que la NHL n’a jamais été un rêve pour moi. Je n’ai d’ailleurs pas encore eu le temps d’y penser. Mon but était d’arriver là où je suis maintenant. J’y penserai peut-être à l’avenir. Il faut dire que pour les jeunes défenseurs, les modèles ne manquent pas. Josi, Streit, Sbisa, etc. Personnellement, le défenseur que j’apprécie le plus est Rafael Diaz. J’aimerais avoir un style de jeu semblable. Même si Streit reste le premier à s’être imposé en NHL et qu’il a la classe mondiale.

Commentaires

Le reste des interviews

28/03/2018 à 23:53:42

Sascha Rochow: «Ma priorité est de rester en Swiss League»

Ancien international U20, champion suisse des Elite A avec Berne et champion suisse de NLB avec Ajoie en 2016, le portier Sascha Rochow a traversé quelques turbulences professionnelles depuis lors. Philosophe malgré tout, il s'est confié à Planète Hockey. Interview....
25/02/2018 à 01:14:26

Jeff Tomlinson: «Nous sommes favoris certes, mais six équipes peuvent gagner la Swiss League»

A quelques heures du début des play-off de Swiss League, Planète Hockey vous propose l’interview de l’entraîneur de Rapperswil, Jeff Tomlinson. A 47 ans, le natif de Winnipeg espère cueillir le titre de champion après deux échecs consécutifs en finale. Archi-favoris, les Rapperswil-Jona Lakers lancent leur campagne qui pourrait bien les mener en National League....
voir tous les interviews

Autres actualités de HC La Chaux-de-Fonds

Les derniers matchs de HC La Chaux-de-Fonds

mercredi 07 mars 2018
dimanche 04 mars 2018
vendredi 02 mars 2018
mardi 27 février 2018
dimanche 25 février 2018
Derniers résultats
sa 21.04.18 - 4 - 0
voir tous les résultats
Fil actualités en continu
Actualités les plus lues
Derniers articles
Classement
1 CP Berne 50 j 102 pts
2 EV Zoug 50 j 91 pts
3 HC Bienne 50 j 89 pts
4 HC Lugano 50 j 86 pts
5 HC Fribourg-Gottéron 50 j 77 pts
6 HC Davos 50 j 75 pts
7 ZSC Lions 50 j 75 pts
8 Genève-Servette HC 50 j 71 pts
9 SCL Tigers 50 j 67 pts
10 Lausanne HC 50 j 63 pts
11 HC Ambri-Piotta 50 j 57 pts
12 EHC Kloten 50 j 47 pts
voir le classement détaillé
Partenaires
Derniers tweets