Joueurs importés: les conséquences d'un choix à 4 ou 6 étrangers

14/11/2018 à 11:20:14 Berne , RVPP Article vu 2 460 fois
Planète Hockey a laissé la plume à un entraîneur émérite de Ligue nationale -un retraité actif dirons-nous- qui s'est entretenu à bâtons rompus avec une sommité mondiale, voulant rester anonyme, sur le thème du nombre de joueurs étrangers -4 ou 6- par clubs en National League.
© Photo Hervé Chavaillaz - Auston Matthews, un exemple de développement pour des jeunes joueurs, si on leur laisse le temps de le faire !

De cette problématique de quatre ou six étrangers par clubs, qu’en penser ?
Le jeu défensif est devenu une priorité pour tous les entraîneurs (94% d'entre eux), qui appliquent ce dispositif appelé la «trappe». Tout est donc devenu prévisible.  Une majorité de coachs appliquent les mêmes consignes et mettent les mêmes «œillères» à leurs joueurs. D’ailleurs, les journalistes et anciens joueurs y ajoutent les mêmes nuances et commentaires, du type: «aller où ça fait mal, se sacrifier (un langage bien religieux !), obstruer la vue du gardien, finir ses mises en échec».  Or si vous ne marquez pas 3 buts ou plus par match, vous ne gagnerez pas le titre… On (les coachs) a tué la créativité chez les joueurs talentueux.

C'est donc comme l’a démontré Pierre Pagé, récemment, dans son livre: «le différentiel: buts marqués / buts encaissés correspond à 94%  de la victoire de l’équipe gagnante (hockeyanalytics.com)»  ?
En effet, pas mal d'entraîneurs veulent gagner leurs matchs par 1-0 ou 2-1. Or ceux-là ne seront jamais champions, du moins s’ils ne marquent pas plus de 3 buts / match, en moyenne.  En effet, 42 des 50 derniers gagnants de la Coupe Stanley ont réussi à marquer plus de 3 buts en moyenne / match ! Et ce nombre monte même à 60 au cours des derniers 75 ans.

Pourquoi importer des Top Scorers ?
Une réponse paraît évidente : les joueurs suisses ne marquent pas assez.

Comment les Américains sont-ils devenus, en peu de temps champions du monde des U18, des U20 et qu'ils ont rattrapé en pourcentage (26 %) le nombre des joueurs européens évoluant en NHL (28%) ?
C’est qu’ils ont développé leur propre modèle et il est simplement excellent.  Durant ce temps, les Canadiens, s’étant «endormis», ont passé de  80% (en 1980), à actuellement 46% des joueurs évoluant en NHL.  Pourquoi ne fait-on pas comme les Américains qui ont étudié chez les meilleurs, emprunté énormément aux autres nations et se sont inspirés aussi des Suédois et des Finlandais ? Ils ont mis en pratique un système de développement tellement efficace et adapté à leur culture que les Européens tentent maintenant, eux, de le développer et de le perfectionner.

Et pourquoi ne le fait-on pas en Suisse ?
Les Suisses sont très, très, conservateurs. Ils attendent trop souvent trop longtemps (le wait and see) pour voir si ce sera bien ou si on se cassera la figure. Puis, le risque est d’emboîter le pas trop tard, parce que les autres auront affiné leur ancien modèle et pris encore de l’avance.

Est-on prêt, en Suisse, à construire un nouveau modèle dynamique de hockey sur glace; à «casser toutes les normes standardisées» ?
Einstein disait : les problèmes ne peuvent pas être résolus avec le même état d’esprit, que celui (ou ceux) qui les a (ont) créés.

Pourquoi alors les Suisses ne marquent-ils pas ?
Pourquoi n’apprend-on pas aux Suisses à marquer très tôt, à 14, 15, 16 ans ?

Revenons à nos joueurs importés...
Au lieu de blâmer la présence des joueurs importés et de masquer, il faut bien le dire, le problème de la formation et du développement des jeunes joueurs suisses, il faudrait  nuancer les choix de ces joueurs importés: si on décidait d’importer des joueurs repêchés, âgés de 18 ans à 22 ans, à l’exemple d’Auston Matthews, très motivé, qui rêvent de faire le saut en NHL, cela ne serait-il pas mieux ?  Matthews est venu aux ZSC Lions dans l’optique d’apprendre et de jouer avec des adultes professionnels, alors nous offririons aux yeux de nos jeunes hockeyeurs suisses d’autres exemples très motivants. Plusieurs de ces joueurs sont prêts à imiter Auston Matthews, ce qui serait mieux plutôt que d’aller ajouter une année dans une Ligue junior.

Mais, sauf exception, la motivation et les «rêves» d’un joueur de 28 ans et plus ne sont plus les mêmes que dix années plus tôt ? 
Etant devenu un mercenaire, il devra être un joueur exemplaire et figurer parmi les meilleurs de la Ligue. L’apport bousculerait les standards actuels tout en joignant l’utile ... aux «rêves» des plus jeunes, ceux du même âge que Matthews.

On peut donc s’interroger sur les compétences des entraîneurs de ces jeunes de 13, 14, 15, 16 ans, sans parler d’une remise en question et du modèle suisse ?
Pourquoi les jeunes Suisses de 13 à 16 ans ne font rien de mieux que les Finlandais, les Suédois, les Russes et les Tchèques ? Un excellent coach d’habileté(s) américain (un "skill coach") entraîne quatre joueurs à la fois. Il ne prend pas d’assistant, mais préfère utiliser un jeune talent qui démontre aux autres le bon geste. Trop d’informations ou trop de théories sèment la confusion chez les jeunes, dit-on.



Sans vouloir abreuver le lecteur de statistiques, on note que parmi les problèmes relevés en Suisse, on relève l’absence inquiétante de joueurs d'âge junior en première division (ex-NLA): il n'y en a en gros que 7 sur 12 équipes.

Pire, en Swiss League (ex-NLB), qui est une ligue dite formatrice : on n'en trouve que 14 sur 11 équipes.  Et le pompon se trouve en MySports League où il n'y en a régulièrement que 4 sur 11 équipes. Seule exception:  Star Forward, qui est la 12ème équipe de cette division, aligne à elle seule 10 juniors provenant du LHC.

En comparaison internationale, la Finlande (un pays de 5,3 Millions d'habitants) a 15 équipes de 1ère division et aligne en gros 52 juniors, la Suède (10 Millions) a 14 équipes et met en moyenne 38 juniors.

A l'opposé, la Suisse (un pays de 8,5 Millons de personnes) entretient elle 12 équipes en 1ère division, qui n'utilisent que 7 juniors. Enfin, en bas de tableau, l’Allemagne (82,7 Millions) génère 16 équipes qui n'utilisent que... 2 joueurs d'âge juniors.

Il y a là quelques thèmes intéressants à développer et l'on y reviendra.

D’ici là, on pourra rêver d'un nouveau modèle suisse qui correspondrait à ce critère d'obtenir plus de 3 buts marqués, en moyenne, par match. Les hockeyeurs suisses apprendraient très tôt à (se) créer des occasions, à reprendre les retours de lancers, à récupérer plus de rondelles libres ou mettre rapidement la pression pour récupérer à nouveau la rondelle égarée et rester en zone offensive.

Comme le dit si bien le fameux Pep Guardiola: "dès qu’on a le ballon, tous doivent coopérer pour créer une chance de but ou marquer en 8 secondes…. Et si on perd le ballon, tous doivent faire pression pour le récupérer en 6 secondes ".

A méditer.

 

Commentaires

Le reste des articles

17/02/2019 à 02:13:02 Fribourg - Bienne | National League

NL: Fribourg-Gottéron reprend des couleurs face à Bienne

Les Dragons ont toujours mené au score dans ce match face aux Seelandais et surtout, ils sont parvenus à conserver leur court avantage, notamment en s'appuyant sur un Reto Berra déterminant. ...
16/02/2019 à 01:09:32 Genève - Davos | National League

NL: en jouant de cette façon, les play-offs s'éloignent pour Genève

GE-Servette ne mérite pas les play-offs au vu du spectacle présenté ce vendredi soir et ne pourra alors que s'en prendre à lui-même. Incapable de passer l'épaule face à des équipes de bas de classement, on a l'impression que les Aigles sont une équipe qui n'apprend pas de ses erreurs....
voir tous les articles

Autres actualités

Les derniers matchs

mardi 19 février 2019
mardi 19 février 2019
mardi 19 février 2019
dimanche 17 février 2019
dimanche 17 février 2019
Derniers résultats
ma 19.02.19 - 3 - 4
ma 19.02.19 - 3 - 6
ma 19.02.19 - 0 - 7
voir tous les résultats
Fil actualités en continu
Derniers articles
Classement
1 CP Berne 44 j 95 pts
2 EV Zoug 44 j 90 pts
3 Lausanne HC 45 j 74 pts
4 SCL Tigers 44 j 73 pts
5 HC Ambri-Piotta 44 j 70 pts
6 HC Bienne 44 j 68 pts
7 HC Lugano 44 j 66 pts
8 HC Fribourg-Gottéron 44 j 65 pts
9 ZSC Lions 44 j 65 pts
10 Genève-Servette HC 45 j 63 pts
11 HC Davos 44 j 37 pts
12 SC Rapperswil-Jona Lakers 44 j 29 pts
voir le classement détaillé
Partenaires
Derniers tweets