Dan Bouchard: «Si on marque plus de buts, on pourra aussi mieux vendre le hockey»

30/09/2013 à 20:16:22Rédaction, B. MelliardArticle vu 6 595 fois
Pour les plus jeunes, le surnom de « la main de Dieu » fait référence à un autre grand athlète, mais dans le monde du ballon rond. En hockey, c'était le surnom de Dan Bouchard, qui a été été un gardien de but actif dans la NHL de 1972 à 1986 pour les Flames d'Atlanta, les Nordiques de Québec et les Jets de Winnipeg. C'était l'occasion de parler du poste, mais aussi du présent de la Ligue après le lock-out de 2012-13.

© Photo Photo PH - Dan Bouchard

En tant qu’ancien du Nordique du Québec, gardez-vous encore l’espoir de voir le championnat de NHL s’arrêter à nouveau dans cette ville ?
Il y a encore des atouts qui militent pour un retour de Québec dans la Ligue nationale : le principal d’entre eux est la nouvelle patinoire en phase de finition. 

Mais il n’y a plus de franchise de libre…
Non, c’est vrai. Tout le monde s’attendait à voir celle de Phoenix se défaire et possiblement revenir à Québec. Je pense que ce sera difficile maintenant de libérer une franchise pour aller sur Québec. On regardait également sur les Islanders. Mais ceux-ci s’en vont vers un nouveau domicile à New York même. 

Mais on ne prévoit pas non plus d’extension de la NHL…
Je ne pense pas qu’une extension viendra à se reproduire. Mon aperçu de cela, c’est que l’on pourrait plutôt avoir des équipes en moins dans la Ligue nationale. Car souvent l’on pense que le hockey de la HL, c’est une mine d’or. Or c’est loin d’être le cas pour tous. 

On a parfois l’impression que la direction de la NHL regarde au-delà du Québec, voire ailleurs qu’au Canada, pour l’avenir du hockey ?
Il le faut presque. Parce que si l’on enlève tous les joueurs européens de ce championnat, pensez-vous qu’il aurait une qualité équivalente du jeu en NHL ? 

Certaines pensent que Gary Bettman n’aime pas le Canada francophone ?
Oui, il y a une très forte possibilité que ce soit le cas et je crois même que la Ligue nationale n’aime pas le Canada francophone. Prenez le Canadien de Montréal : ils ne sont apparemment pas dans le bon pays lorsqu’il s’agit d’émettre un avis. 

Après la signature en janvier dernier des ententes qui ont mis officiellement fin au lock-out, les problèmes qui en étaient à l’origine ont-ils été aplanis ?
Non, je ne le crois pas. Car si on étude la question de près, on voit qu’on a un drap sur un lit qui avait besoin d’un duvet. Certains aspects ont été traités d’une manière simpliste et s’ils ont été signés pour 10 ans, je crains que ce contrat ne se révèle comme étant faible sur une telle durée. 


© Photo
Vu les niveaux des salaires, n’y a-t-il pas des risques de faillite de franchises ?
On voit que le plafond salarial monte constamment et les marchés comme la Caroline, comme Nashville, comme encore St-Louis, Phoenix ou Tampa sont sensibles. Si ces marchés ne sont pas bien soutenus, il y a potentiellement quatre marchés de moins dans la Ligue nationale. Certes, Seattle, Vegas ou Québec veulent leur club, mais ces villes auront de la peine à payer les USD 60 millions de salaires nécessaires à cela et je crains que cela ne joue pas. 

Un autre problème menace le hockey sur glace, c’est la question des commotions qui touchent un trop grand nombre de joueurs. Va-t-on par exemple vers des procès ?
En ce qui concerne les procès, je ne crois pas qu’il y ait beaucoup à faire au niveau légal parce que ce soit des événements passés et qu’il n’est pas possible de prouver à postériori un lien de causalité. Bien que peut-être dans les nouvelles conventions, les joueurs (et leurs agents) pourraient se protéger de ce côté-là. Actuellement, je travaille au niveau de la réhabilitation des joueurs au Carrick Brain Centers (Ndlr. : Pat Carrick est l’un des grands spécialistes mondiaux dans le domaine) et l’on commence à faire des profils par anticipation qui pourront démontrer la sévérité de la blessure. Mais actuellement, les équipes ne font pas faire systématiquement ces profils, bien que les commotions soient des réalités qui touchent le bon fonctionnement d’une organisation. Les meilleurs joueurs en ont subies et quand par exemple, Pittsburg joue sans Crosby, ce n’est pas la même chose. 

Le jeu n’est-il pas devenu trop rapide ?
Oui certainement. Il faudrait réintégrer le hors-jeu par des passes sur deux lignes. Si on ne le faut pas, cela va continuer car l’on rentre dans les zones trop vite. Et encore, élargir la zone d’action réservée aux gardiens, ce qui serait d’ailleurs bénéfique puisque l’on verra plus de déplacements et de capacités à jouer le puck. 

Pouvez-vous nous parler de votre contribution au programme de prévention des commotions ?
Il y a deux ans, la grande star de Pittsburgh a su, après avoir subi une commotion, qu’à Atlanta il y avait le Carrick Institute. Il a donc pris contact avec nous pour voir s’il pourrait rejouer normalement… 

Vous parler là de Sidney Crosby ?
Exactement. On a pu le réhabiliter en cinq semaines au total et finalement, il a eu médicalement le droit de jouer dans des conditions normales de jeu. Depuis là, nous avons vu arriver plusieurs joueurs nord-américains ou européens et globalement, les résultats prouvent que les joueurs peuvent retourner au jeu à moindre risque. 


© Photo Photo PH
En tant qu’ancien gardien, vous avez suivi les performances des deux gardiens de la finale 2012-13 de la Coupe Stanley.  Ce qui frappe, c’est que même le gardien des perdants a eu un % d’arrêts supérieur à 90%. Est-ce que l’on peut vraiment faire mieux ?
On peut toujours s’améliorer. Mais au niveau de la Ligue nationale, on parle de rétrécir l’équipement, surtout au haut du corps. L’équipement est tellement grand et large que l’on peut presque y accrocher l’étiquette du Bibendum Michelin !  Par rapport au passé, je ne pense pas que fondamentalement, les gardiens soient meilleurs que nous l’étions. Ils sont plus gros que nous et ils bloquent surtout le puck alors que nous, nous captions la rondelle. Par exemple, entre les débuts de Patrick Roy en 1986 et son retrait quinze ans après, son volume avait quasiment triplé.

On parle beaucoup de tandem gardiens/défenseurs. Peut-être plus qu’avant…
Exactement. On essaie de « marier » les défenseurs au style du gardien. On cherche à ce qu’ils récupèrent la rondelle en fonction de ce que sait faire le gardien. 

Ces dernières années, les gardiens européens ont souvent pris le pas sur leurs homologues nord-américains. Or maintenant, Hockey Canada a décidé que l'année 2013 serait la dernière au cours de laquelle les équipes pourront sélectionner des gardiens européens à l’Import Draft. Cela veut-il dire que cela fermera l’accès du hockey nord-américain aux gardiens européens ?
J’étais surpris de voir cette mesure, car je n’ai pas vraiment compris l’astuce. Comme entraîneur ou comme éclaireur, il s’agit de trouver le meilleur gardien là où on peut le trouver. Et tout à coup, ce règlement vient rétrécir cette latitude. Et si les gardiens de buts européens sont devenus meilleurs, c’est parce que l’enseignement des gardiens en Amérique est devenu moins bon. Je le vois au camp HMI de la Vallée de Joux : les jeunes Européens sont mieux entraînés que chez nous, surtout au niveau des débutants. On manque d’entraîneurs professionnels adaptés à eux dans les ligues mineurs. 

Ce n’est donc pas une très bonne mesure pour améliorer les capacités des gardiens canadiens ?
Non. Si l’on commence ainsi, qu’est-ce qui va suivre ?  Il faut se poser la question : on va avoir de moins bons gardiens. Un gardien doit arrêter des pucks, qu’il soit Chinois, Grec, Suisse… Peu importe d’où qu’il vienne !

Quel sera, selon vous, l’évolution du poste de gardien à l’avenir ?
Premièrement et comme je l’ai mentionné, il faudra rétrécir l’équipement tout en étant aussi bien protégé. Et deuxièmement, modifier les zones où le gardien peut jouer le puck et celles où il ne le peut pas. Un exemple : le Team Canada en 1976 comprenait 15 marqueurs de 50 buts par saison. Peut-être qu’il en reste un dans le Team Canada d’aujourd’hui !  Pour moi, le talent en Ligue nationale est trop dilué. Il faut comprendre que si l’on marque plus de buts, l’on pourra aussi mieux vendre le hockey.

Commentaires

Le reste des interviews

10/12/2018 à 21:09:59

Samuel Kreis: « Etre sélectionné pour la Lucerne Cup m'a surpris »

A trois jours du début de la Lucerne Cup (13-14 décembre), Planète Hockey vous propose l’interview de Samuel Kreis, le défenseur du HC Bienne. A 24 ans, le joueur formé au CP Berne est convoqué pour son second tournoi de la saison, lui qui déjà disputé la Deutschland Cup en novembre. Un bon signe pour le numéro 44 du HCB ?...
05/12/2018 à 20:48:09

Nolan Diem: «Langnau m'offrait les responsabilités que je recherchais»

Après sept saisons passées à Zoug, Nolan Diem, aujourd’hui âgé de 25 ans, a changé de club durant l’été dernier. A la recherche d’un nouveau défi, le centre formé à Villars, puis à Lausanne et Zoug s’est établi à Langnau pour les deux prochains exercices. L’attaquant se dit ravi de son choix....
28/11/2018 à 21:27:17

Chris Rivera: «Aucun regret d'avoir quitté la National League»

Planète Hockey vous propose l’interview de Chris Rivera, qui a remis les patins avec la deuxième équipe de Genève-Servette six mois après avoir résilié la dernière année de son contrat le liant à Fribourg-Gottéron. Après 659 combats en National League, le Genevois de naissance, aujourd’hui âgé de 32 ans, n’a pourtant pas encore tout à fait tiré un trait sur le plus haut niveau....
voir tous les interviews

Autres actualités

Les derniers matchs

dimanche 09 décembre 2018
samedi 08 décembre 2018
samedi 08 décembre 2018
samedi 08 décembre 2018
samedi 08 décembre 2018
Derniers résultats
di 09.12.18 - 3 - 4
voir tous les résultats
Fil actualités en continu
Derniers articles
Classement
1 CP Berne 25 j 50 pts
2 EV Zoug 24 j 48 pts
3 HC Bienne 26 j 46 pts
4 Lausanne HC 26 j 43 pts
5 SCL Tigers 25 j 42 pts
6 HC Fribourg-Gottéron 27 j 41 pts
7 HC Ambri-Piotta 25 j 40 pts
8 Genève-Servette HC 27 j 38 pts
9 ZSC Lions 24 j 37 pts
10 HC Lugano 24 j 35 pts
11 HC Davos 25 j 20 pts
12 SC Rapperswil-Jona Lakers 26 j 16 pts
voir le classement détaillé
Partenaires
Derniers tweets