Gregory Hofmann: «Zoug va monter en puissance»

16/11/2019 à 09:37:09Zoug, Vincent CriblezArticle vu 2 712 fois
Planète Hockey vous propose l’interview de Grégory Hofmann, l’actuel meilleur buteur de National League (13 buts pour un bilan total de 21 points). Le soleil luganais, Zoug, son nouveau club, la NHL et l’équipe nationale : tout y passe ! Confessions d’un homme bien dans sa peau et dans ses patins.
� Photo Photopress / Alexandra Wey -

Grégory Hofmann, en fin de saison dernière vous avez été courtisé par l’ensemble de la National League. En quoi le EV Zoug a-t-il fait la différence par rapport à la concurrence ?
C’est une accumulation de plusieurs facteurs. Déjà, il y a le projet global avec une équipe hyper-compétitive et un centre de perfectionnement qui ouvrira ses portes la saison prochaine. Ensuite, j’avais envie de revenir en Suisse alémanique. J’aime la mentalité des gens, elle me correspond bien. Ce côté carré, bien organisé, c’est quelque chose que j’essaie de retranscrire au maximum dans ma façon d’être. Cela provient certainement du fait que je suis né à Bienne et que j’ai grandi dans le Jura bernois (rires).

Mais pour dire oui à Zoug, vous avez dû dire au revoir au soleil luganais…
En effet. Mais je dois avouer être surpris en bien du temps dans la région de Zoug. Et il faut voir le côté positif : j’ai peut-être moins de soleil, mais les déplacements sont presque divisés par deux lorsqu’on joue à Zoug plutôt qu’à Lugano. On ne peut pas tout avoir (rires).

Quelques mois après être arrivé à Zoug, avez-vous trouvé ce que vous vous étiez imaginé ?
Complètement, oui. On m’avait parlé d’un club familial, mais avec des grandes ambitions et un projet incluant les jeunes joueurs. Et c’est exactement cela que j’ai découvert. J’ajouterais également qu’on a un chouette groupe, avec un bon mélange de jeunes joueurs et de plus expérimentés. Même s’il y a des grands noms dans le vestiaire, personne ne joue à la star. Je me sens bien à Zoug, sur et hors de la glace.

Sur la glace, si vos performances personnelles sont exceptionnelles (réd : Grégory Hofmann a marqué 13 buts et 21 points en 17 sorties), votre équipe semble encore être sous courant alternatif. Après un bon tiers du championnat disputé, quel premier bilan tirez-vous ?
A mon avis, l’équipe s’est mis trop de pression en début de saison. Tout le monde a fait de nous le favori numéro un. Du coup, on s’est un peu crispés. En plus, nos adversaires voulaient tous battre le favori et jouaient à 200% contre nous. Jouer avec l’étiquette du favori n’est pas évident, on doit apprendre à le faire. Mais j’ai bon espoir, à mon avis on va monter en puissance au fil des matches.

Monter en puissance jusqu’à terminer premier du tour qualificatif, soit la place ou tout le monde voit le EV Zoug à la fin du mois de février ?
Il y a une dizaine d’années, terminer premier ou tout du moins dans le Top 4 était hyper important car l’avantage de la glace était considérable. Aujourd’hui, tout est différent. Les matches sont devenus tellement serré, tout le monde peut gagner partout. Une nouvelle saison commence en play-off, peu importe à quelle place tu te situes tu as autant de chance de gagner que les équipes classées plus haut. Donc oui, on veut progresser et gagner quelques rangs au classement, mais je pense qu’il ne faut pas faire une fixation de la première place.

Après déjà 26 rencontres officielles pour votre club depuis le début de la saison, la pause est-elle arrivée au bon moment ?
Entre la Champions Hockey League, la Coupe de Suisse et le championnat, le début de saison était intensif. Personnellement, et même si j’aime jouer trois matches par semaine, j’ai manqué de lucidité lors des 4-5 matches avant la pause. Donc oui, souffler quelques jours à fait du bien à tout le monde.

Malgré ce léger passage à vide, vous culminez déjà à treize réussites après dix-sept sorties. De quoi chasser le record de Peter Jaks, établi en 1987 (réd : l’attaquant d’Ambri avait inscrit 39 filets, une marque depuis inégalée) ?
Je ne sais pas, j’essaie de ne pas me mettre de pression par rapport à cela. Si cela doit arriver, tant mieux. On m’en parle souvent, du coup j’ai ceci dans un petit coin de ma tête également. En début de saison, personne n’en parlait, et les buts se sont enchainés. Et depuis qu’on y fait allusion, je ne marque plus. Je dois retrouver une certaine constance, une ligne de travail et les buts reviendront. Mais de toute manière, je n’aimerais vraiment pas que les gens se focalisent sur celui qui marque : un but, c’est tout un travail, englobant tout ce qui se passe avant.

En restant dans les records, vous venez de fêter vos 27 printemps et avez déjà disputé 512 parties au plus haut niveau. En plus d’être précoce, vous n’êtes presque jamais blessé. Quel est votre secret ?
Déjà, il faut un peu de chance. Ensuite, j’ai une hygiène de vie qui est très bonne, et cela aide forcément. Ensuite, je pense qu’avec l’expérience j’ai su apprendre à éviter les mauvaises situations sur la glace. Il y a des moments où il faut savoir s’il faut y aller, ou si justement c’est trop dangereux. Je touche du bois et j’espère que cela continue. 

Grégory Hofmann, lorsque vous vous réveillez le matin, que vous allumez la TV et vous voyez que Gaëtan Haas a marqué un but en NHL, cela ne vous donne-t-il pas des idées ?
C’est marrant, car j’ai eu Gaëtan au téléphone hier soir (rires). Je l’ai appelé car c’est un ami et je voulais prendre de ses nouvelles, savoir comment était sa vie en Amérique. Je suis persuadé qu’il va réussir à se faire une place en NHL. Pour répondre à la question, oui tout le monde veut jouer en NHL, mais dans mon cas ce n’est pas très compliqué : il n’y a aucun club qui m’a contacté, aucun projet qui m’a été présenté. Du coup, je ne pense pas à l’Amérique du Nord.

Et qu’en est-il de Carolina, club qui vous a drafté en 4ème ronde en 2011 ?
J’ai fait le camp d’avant saison là-bas il y a deux ans, avec deux matches exhibition à la clé. Mais je n’ai pas forcément eu le sentiment d’avoir reçu une vraie chance. Je ne demandais pas d’être aligné en premier bloc et en powerplay, mais j’aurais aimé pouvoir montrer ce que je vaux. Cela n’a pas été le cas. Depuis, je n’ai plus de nouvelles de leur part.

Les championnats du monde 2018, avec cette magnifique médaille d’argent récoltée à Copenhague, n’auront donc pas été suffisants. Du coup, il faudra en faire encore plus au printemps 2020, à domicile ?
Plus, cela voudra dire une médaille d’or (rires). C’est un événement qu’on attend tous et forcément, je rêve de faire partie de cette équipe. A Copenhague, c’était une émotion énorme. Il y avait la frustration d’avoir perdu une finale mélangée à la joie d’avoir rendu un pays fier de nous. C’est difficile à expliquer, mais ce sont des moments inoubliables et qui donnent envie de tout donner pour continuer à être sélectionné.

Le reste des interviews

05/12/2019 à 17:33:03

Sébastien Pico, CEO HC Viège: «La nouvelle Lonza Arena est un vrai bijou»

Directeur général du HC Viège, Sébastien Pico inaugurait cette année Lonza Arena, œuvre titanesque pour une cité d’à peine 8'000 habitants et censée propulser le club vers le haut de tableau et peut-être un jour, vers une place dans la plus haute ligue suisse. Le club ayant fait peau neuve il y a maintenant plus de trois mois, l’occasion se présente pour faire le point avec son CEO....
02/12/2019 à 11:20:10

Etienne Froidevaux: «Le niveau de la ligue est meilleur»

Lors du derby romand entre Fribourg-Gottéron et le LHC à la BCF Arena, le Finnois Petteri Lindbohm déclenchait les compteurs lors de la 1ère période d’un tir de la ligne bleue suite à un engagement gagné en zone offensive. Une ouverture méritée pour les Lions, grands dominateurs du début de match.
...
29/11/2019 à 10:43:06

Tristan Scherwey: «Nous ne cherchons pas d'excuses»

Les temps sont durs pour le CP Berne, pris actuellement dans une spirale négative et sous la barre au classement. Contre Fribourg, un essai dans un angle impossible de Killian Mottet en début de match a permis aux locaux d’ouvrir le score et de se mettre d’emblée sur les bons rails. Symptomatique du malaise actuel des Bernois qui ne sont plus parvenus ensuite à remettre en question l’avantage des joueurs locaux dans ce derby des Zaehringen. Après le match, Tristan Scherwey nous a volontiers livré ses impressions :
...
voir tous les interviews

Autres actualit�s de EV Zoug

Les derniers matchs de EV Zoug

dimanche 08 décembre 2019
samedi 07 décembre 2019
vendredi 29 novembre 2019
jeudi 28 novembre 2019
samedi 23 novembre 2019
Derniers résultats
di 08.12.19 - 3 - 2 ap
voir tous les résultats
Fil actualités en continu
Derniers articles
Classement
1 ZSC Lions 27 j 51 pts
2 HC Davos 24 j 47 pts
3 HC Bienne 27 j 46 pts
4 Genève-Servette HC 28 j 46 pts
5 EV Zoug 25 j 44 pts
6 Lausanne HC 27 j 42 pts
7 SCL Tigers 26 j 36 pts
8 HC Fribourg-Gottéron 26 j 35 pts
9 CP Berne 27 j 35 pts
10 HC Lugano 28 j 34 pts
11 SC Rapperswil-Jona Lakers 27 j 32 pts
12 HC Ambri-Piotta 26 j 29 pts
voir le classement détaillé
Partenaires
Derniers tweets