Guillaume Asselin: « La vie s’est bien rattrapée avec moi »

10/03/2021 à 18:14:10Sierre, Vincent CriblezArticle vu 4 681 fois
Québécois sous contrat avec le HC Sierre, Guillaume Asselin a le vent en poupe. Avec son club, il vient de se qualifier pour les playoff de Swiss League en terminant à une prometteuse quatrième place. En parallèle, l’attaquant de 28 ans sort de quelques rencontres disputées avec Genève-Servette lors desquelles il a collecté cinq buts en cinq sorties (pour une récolte totale de huit points personnels). A une semaine du début de la série opposant Sierre à Olten, Planète Hockey vous propose l’interview de l’ailier canadien.
� Photo Laurent Daspres -

Guillaume Asselin, voici 24 heures face à Ambri, vous inscriviez votre cinquième but en autant de rencontres disputées avec Genève-Servette en National League. Vivez-vous un rêve éveillé en ce moment ?
Oui, c’est sûr que je vis des magnifiques moments. Quand tu es hockeyeur, non seulement tu veux toujours pouvoir jouer le plus haut possible, mais tu veux également performer. J’ai réussi à le faire et c’est forcément une belle satisfaction.

Lorsqu’un joueur inscrit huit points en cinq sorties en NL, ne se dit-il pas que finalement, sa place serait peut-être dans cette ligue et non à un étage inférieur ?
Il ne faut pas oublier qu’à Genève, j’ai été mis dans les meilleures conditions pour pouvoir performer. J’étais aligné avec d’excellents partenaires, et Pat Emond m’a donné du temps de jeu dans toutes les situations. Je pense également que ma formation en Amérique du Nord au niveau du hockey pratiqué m’a beaucoup aidé. Mais pour répondre à votre question : je suis très heureux à Sierre et en Swiss League et pour moi, c’est déjà un privilège d’être là.

Finalement, la différence de rythme entre les deux ligues n’est-elle pas si importante ?
Oh si ! Je suis d’avis qu’il y a une grande différence. En Swiss League, lorsque tu as la rondelle, tu as beaucoup plus de temps à disposition. Du coup, parfois, j’essaie d’être trop créatif et cela peut me jouer des tours. En National League, tu n’as pas le temps de réfléchir, il faut aller à l’essentiel. C’est peut-être également pour cela que j’ai pu être efficace : je suis parvenu à simplifier mon jeu.

Vous reverra-t-on avec Genève-Servette ce week-end, puisque Sierre ne débutera les play-off que d’ici une semaine ?
Non, je suis de retour à Sierre pour la préparation des play-off depuis aujourd’hui (réd : mercredi). Sierre, c’est le club qui m’emploie et la priorité est donnée aux séries finales. C’est normal.

Le HC Sierre sort d’un tour qualificatif parfaitement réussi, bouclé à une inattendue 4ème place. On a l’impression que cet hiver, tout a parfaitement fonctionné pour Sierre. Se trompe-t-on ?
Je pense que le fait que personne ne nous accordait beaucoup de crédit avant le début de la saison a joué en notre faveur. Tout l’hiver, on a pu jouer sans pression, nous étions tous hyper relax dans le vestiaire. Il y a une ambiance tellement bonne entre nous tous à Sierre que la mayonnaise a pris et qu’on a surfé sur cette vague pendant tout le championnat. Le résultat est ce 4ème rang que personne n’attendait.

Pourtant, les choses sérieuses ne font que débuter, les play-off démarrant dans une semaine. Pour confirmer ce superbe tour de qualification, il faudra battre un coriace HC Olten. Que vous inspire cette équipe ?
C’est une équipe qui va certainement monter en puissance durant les séries, car on les attendait plutôt dans le top 3 de la ligue à l’issue du tour qualificatif. Il y a deux bons étrangers là-bas et pas mal d’expérience au niveau des joueurs suisses. Durant la saison, on a pu aller gagner deux gros matches chez eux, cela nous donne de la confiance. Mais je m’attends à une série engagée et serrée. Je pense que ce sera du 50/50.

Faudra-t-il jeter un œil particulier à Mason McTavish, le prodige de 18 ans qui, depuis qu’il a rejoint Olten, a inscrit neuf buts en treize sorties ?
C’est sûr que durant notre préparation de cette série, il y a aura plusieurs fiches de joueurs que nous allons devoir étudier. Il faudra savoir quel joueur est en forme, etc. En tout cas, je me réjouis d’affronter Mason McTavish. J’avoue avoir très souvent vu son nom sur la feuille des statistiques ces derniers temps (rires).

A 28 ans, vous sortez d’une saison pleine et avez prouvé que vous pouviez tenir la route au plus niveau du hockey suisse. Quelle est votre ambition pour la suite de votre carrière ?
On a toujours l’ambition d’aller le plus haut possible et je mentirais si je disais que je ne réfléchirais pas à une éventuelle offre d’un club de National League, même si je n’ai pas de clause dans mon contrat me permettant de partir au printemps 2021. Mais une chose est sûre :  je me sens comme à la maison en Valais. Les fans, la ville, tout me plaît. Même sans public présent à Graben, on sent un immense engouement autour du club et c’est un vrai privilège de jouer ici. Finalement, je préfère presque ma vie en Suisse que celle au Québec.

L’éventuelle passage à sept étrangers par équipe en National League à partir de 2022 pourra peut-être vous permettre de trouver plus facilement une place au plus haut échelon ?
D’un côté, c’est triste pour les joueurs suisses, mais c’est vrai que ce sera une chance supplémentaire pour nous les étrangers. Mon but est de jouer le plus longtemps possible en Europe. J’étais déjà heureux lors de mes deux années en Slovaquie, je le suis ici en Suisse également. Avec ma femme et notre fils de 5 semaines, hormis nos familles respectives qui nous manquent, nous sommes bien dans notre vie européenne.

L’Europe, où vous évoluez depuis maintenant quatre années, semble l’endroit idéal pour mettre en valeur votre style de jeu. Pourquoi n’avez-vous jamais reçu de vraie chance en Amérique du Nord, malgré plus de 300 points inscrits en cinq saisons de Ligue majeure juniors du Québec (QMJHL) ?
Il y a plusieurs facteurs qui entrent en ligne de compte. D’abord, à l’âge ou il aurait fallu percer, je n’étais pas assez musclé et physique. J’ai vraiment commencé à prendre de la masse lorsque j’évoluais à l’Université de Trois-Rivières. Avant cela, j’étais trop frêle et cela se ressentait sur mon patinage, qui était une lacune à l’époque. J’ai quand même pu signer un contrat avec le club ferme des Canadiens de Montréal, mais au final, je n‘ai joué que trois matches en ECHL avec Wichita. Avant cela, j’avais passé plus d’un mois avec le club école de AHL, mais je n’ai jamais été aligné.

Du coup, l’Europe était la meilleure porte de sortie pour vous…
Oui, après mes trois matches en East-Coast Hockey League, j’ai contacté un agent pour lui demander de me trouver une place en Europe. Le lendemain, il m’appelait en me parlant d’une offre de Banska Bystrica. Je n’avais jamais entendu parler de cet endroit... Du coup, je suis allé voir l’effectif sur internet et j’ai constaté qu’il y avait déjà trois Québécois dans l’équipe. Je les ai contacté et j’ai rapidement décidé de foncer et de partir en Slovaquie. Je n’ai jamais regretté mon choix. Et vous voyez, quatre ans plus tard, j’ai pu jouer quelques matchs en National League suisse avec Genève. Finalement, quand je repense au fait que je n’ai jamais vraiment eu ma chance en Amérique du nord, je me dis que la vie s’est bien rattrapée avec moi (rires).

Le reste des interviews

20/01/2021 à 17:31:09

Raeto Raffainer: « A Berne, mon travail sera de mettre en place une stratégie sportive »

A la surprise générale, le CP Berne, par un communiqué de presse publié ce matin, a annoncé l’engagement en tant que Chief Sport Officer (CSO) de Raeto Raffainer. Directeur sportif du HC Davos depuis un an et demi, l’ancien attaquant de 39 ans a choisi de rejoindre un club en pleine crise sportive....
05/11/2020 à 18:55:28

Denis Vaucher: « Nous ferons tout pour jouer cette saison jusqu’au bout »

Planète Hockey vous propose l’interview du Directeur de la National League, Denis Vaucher. En poste depuis août 2016, le Bernois fait le point alors que le sport qu’il représente subit de plein fouet les effets de la deuxième vague de la pandémie. Le patron de la ligue affirme que malgré la situation, tout sera mis en oeuvre pour que le championnat 2020-21 aille à son terme...
08/06/2020 à 12:23:34

Laurent Perroton: «Martigny sera encore plus fort cette saison»

Rencontre avec l'entraîneur du HCV Martigny, Laurent Perroton qui vient d'être confirmé à son poste d'entraîneur pour la saison 2020/21 et qui évoque notamment le partenariat avec le Lausanne Hockey Club....
voir tous les interviews

Autres actualit�s

Les derniers matchs

lundi 12 avril 2021
lundi 12 avril 2021
samedi 10 avril 2021
samedi 10 avril 2021
jeudi 08 avril 2021
Derniers résultats
ma 13.04.21 - 4 - 2
ma 13.04.21 - 6 - 2
ma 13.04.21 - 2 - 1
ma 13.04.21 - 3 - 2 ap
voir tous les résultats
Fil actualités en continu
Derniers articles
Classement
1 EV Zoug 52 j 119 pts
2 HC Lugano 52 j 92 pts
3 HC Fribourg-Gottéron 51 j 90 pts
4 ZSC Lions 52 j 90 pts
5 Lausanne HC 51 j 89 pts
6 Genève-Servette HC 50 j 84 pts
7 HC Bienne 48 j 78 pts
8 HC Davos 52 j 77 pts
9 CP Berne 49 j 56 pts
10 SC Rapperswil-Jona Lakers 50 j 56 pts
11 HC Ambri-Piotta 51 j 50 pts
12 SCL Tigers 52 j 34 pts
voir le classement détaillé
Partenaires
Derniers tweets