Kevin Fleuty: «Je n’ai pas tiré un trait sur la NLB»

10/11/2014 à 13:28:21Neuchâtel, Kevin VaucherArticle vu 8 890 fois
Du haut de ses 175 cm pour 70 kilos, Kevin Fleuty entre dans la catégorie des poids plume en hockey sur glace. Une caractéristique qui n’a de loin pas freiné l’évolution du jeune homme de 25 ans.
© Photo Photo Kevin Vaucher -

A force de travail et de volonté, le Loclois d’origine a toujours su se faire une place parmi les meilleurs de sa génération. Actuellement 2ème meilleur compteur de première ligue, avec une moyenne dépassant les deux points personnels par match, il contribue ardemment au bon début de championnat d’Université Neuchâtel.

C’est avec dix bonnes minutes d’avance que Kevin Fleuty arrive au rendez-vous fixé avec Planète Hockey. Sourire aux lèvres, il explique alors qu’il se trouve en plein déménagement. Après vingt-cinq années de fidélité à la Mère Commune du Locle, il a décidé de s’établir à Neuchâtel afin de se rapprocher de son secteur d’activité. Il faut dire que depuis six mois, le Neuchâtelois travaille à 100% comme conseiller clientèle privée au sein d’UBS Lausanne. Une situation pas toujours facile à concilier avec son statut d’hockeyeur.

Issu d’une famille dans laquelle le puck est roi, Kevin Fleuty enfile les patins pour la première fois à l’âge de trois ans. Ancien joueur lui aussi, c’est son papa qui lui transmet l’amour de la glace. «Il a joué avec le HC Le Locle et le HC Les Brenets, mais ça date maintenant», se marre gentiment le fiston. Excepté une pige d’une saison au Locle, Fleuty dispute toutes ses classes juniors à La Chaux-de-Fonds, comme tous les meilleurs joueurs de la région. «J’évoluais avec des copains comme Michael Loichat, Evgenï Chiriaev ou encore Samuel Grezet, c’était donc un bon cru», se rappelle-t-il.

Alors qu’un bel avenir lui était promis, la faillite de Neuchâtel Young Sprinters en 2009, club avec lequel il venait de signer un contrat, brisa net ses rêves de ligue nationale. Engagé à Université Neuchâtel depuis cet épisode malheureux, Kevin attend (im)patiemment qu’une nouvelle chance lui soit offerte par une formation de NLB. Et il la mérite assurément! Entrevue.

***************************************************************

Kevin Fleuty, dans un sport aussi physique que le hockey, votre petit gabarit n’a-t-il pas été un handicap dans votre évolution?
Oui et non. C’est sûr que certains entraîneurs préfèrent engager des joueurs virils et robustes donc c’est un inconvénient pour attirer l’attention et gravir les échelons. Mais il faut aussi savoir en faire un avantage et en tirer profit sur la glace. J’ai su développer une rapidité de patinage, une vivacité et une technique supérieures à celles de joueurs plus costauds. Cela ne m’a d’ailleurs pas empêché d’être appelé plusieurs fois en sélection romande. Je me suis imposé grâce à mes qualités et non par ma taille.

Vous semblez moins frêle que par le passé, avez-vous suivi un programme particulier pour vous renforcer musculairement?
Effectivement, cela fait maintenant deux ans que je travaille chaque été avec un coach personnel, Clavien Kuenzi. Le but étant que je prenne de la masse musculaire sans perdre en explosivité, l’une de mes forces. Grâce à son aide et à ses conseils j’ai pris sept kilos de masse maigre. Bien que je n’ai jamais évité les contacts dans les bandes, cela me donne un plus indéniable mentalement. Et si je dois encaisser une belle mise en échec alors je l’encaisserai, cela fait du bien parfois, ça réveil (rires). J’ai la chance de n’avoir jamais été blessé de manière sérieuse, je touche du bois pour que ça continue ainsi.

Cela a-t-il concrètement changé votre façon de jouer?
Pas fondamentalement, j’ai simplement essayé de gommer une de mes faiblesses pour devenir encore plus efficace. Comme mon but est d’évoluer en NLB cela ouvrira peut-être certaines portes fermées jusque-là. Mais sur le fond, mon jeu n’a pas diamétralement évolué. Etant un joueur de centre, je ne néglige pas le travail défensif tout en étant un créateur de jeu malin et rapide en phase offensive.

Comment se sont déroulées vos années juniors avec le HC La Chaux-de-Fonds?
Très bien, j’en garde pratiquement que des bons souvenirs. J’ai eu la chance de jouer contre de grands joueurs comme Nino Niederreiter (ndlr: qui a passé ses juniors au HC Davos et qui évolue aujourd’hui en NHL avec le Wild de Minnesota) et de remporter le titre romand avec la catégorie Mini Top. J’ai aussi une pensée pour mes parents qui m’ont suivi partout et qui continuent à la faire, un grand merci. Par contre, le feeling ne passait pas du tout avec Jaroslav Jagr qui s’occupait du mouvement junior du HCC à l’époque. Il m’avait envoyé jouer au Locle à la fin de mes novices. Heureusement, j’ai très vite pu revenir au HCC sous l’impulsion de Serge Volet qui avait repris son poste.

A la fin de votre période avec les Juniors Elites en 2009, quel était votre plan de carrière?
Comme la plupart des jeunes qui finissent leur formation, mon objectif était de trouver une équipe de NLB prête à m’accueillir. Neuchâtel Young-Sprinters s’est alors approché de moi pour me proposer un contrat. J’ai immédiatement accepté car c’était l’opportunité parfaite. Le club ne jouait pas les premiers rôles et faisait extrêmement confiance aux jeunes, c’était la vitrine idéale. Malheureusement, Young-Sprinters a fait faillite après seulement quelques matches de championnat, quelle poisse! J’espère que j’aurai une réelle chance de prouver ma valeur en NLB, cela restera un objectif tant que je n’aurai pas arrêté la compétition.

Pensez-vous avoir toutes les qualités requises pour pouvoir vous imposer en NLB?
Je le pense et j’espère en avoir l’opportunité un jour. Je travaille fort quotidiennement pour me perfectionner. Ces années en première ligue ou j’ai réalisé de bonnes statistiques personnelles m’ont apporté une confiance énorme. Je me suis aussi familiarisé avec le «hockey d’adultes», je sais donc à quoi m’attendre. Il me faudrait certes un temps d’adaptation pour prendre le rythme mais je suis prêt à faire un essai de trois mois si le club ne souhaite pas prendre de risque. Je veux juste avoir ma chance en NLB afin de n’avoir aucun regret lorsque je mettrai un terme à ma carrière.


© Photo Photo PH

Comment voyez-vous la suite de votre carrière aujourd’hui?
Pour le moment je suis pleinement concentré sur le championnat de première ligue avec mon équipe d’Université Neuchâtel. Cependant, il est clair que je regarde plus loin et pas très loin de Neuchâtel il y a le HC La Chaux-de-Fonds (sourire). Je ne regarde qu’avec les yeux mais je ne demande qu’à toucher. C’est un club sain et c’est une chose à laquelle j’accorde de l’importance. En effet, j’ai presque vécu une deuxième faillite il y a de cela deux ans. J’ai effectué la préparation avec le HC Sierre lors de la saison 2012/2013 mais finalement j’ai préféré rester à Uni Neuchâtel car je n’avais pas suffisamment de temps de jeu en Valais. Quelques mois plus tard, Sierre faisait malheureusement faillite. A croire que je les attire (rires).

Suite à la faillite de Young-Sprinters vous avez très vite rebondi  en signant avec le club d’Université Neuchâtel. Comment cela s’est-il passé?
Tout s’est fait rapidement et de façon très naturelle. Le club m’a contacté pour me proposer de racheter ma licence afin que je joue un rôle de locomotive dans leur projet. Les dirigeants avaient dans l’optique de recréer une nouvelle dynamique et un nouvel engouement à Neuchâtel autour du HC Université. L’idée m’a séduite.

Vous entamez votre cinquième saison complète au Littoral, comment avez-vous vu le club évoluer depuis votre arrivée?
Le club a connu une impressionnante évolution durant ces cinq années. Lorsque j’ai débarqué, mes coéquipiers venaient d’être promus en première ligue et tout devait être mis en place. Les dirigeants ont alors relevé les manches pour professionnaliser les structures en profondeur. Grâce à leur engagement sans faille, Uni Ne fait désormais partie des meilleurs clubs de la catégorie et peut viser le titre romand. Il nous manque encore un peu de régularité pour être champion mais tout est réuni pour atteindre cet objectif.

L’arrivée de Gil Montandon au poste d’entraîneur en 2011 a-t-elle accéléré ce processus de professionnalisation?
C’est indéniable, dès son entrée en fonction il a réussi à faire passer son message à l’équipe qui s’est aussitôt mise derrière lui. Depuis ce jour, quelque chose d’intéressant est en marche. L’équipe s’améliore d’année en année (ndlr: 10ème du championnat en 2012, 6ème en 2013, 4ème en 2014) et offre un spectacle de qualité. Cette saison, nous avons effectué un particulièrement bon départ puisque nous sommes qu’à deux unités de la deuxième place. Nous espérons atteindre notre objectif qui est le top 4. Seul petit point négatif, les Neuchâtelois peinent encore à se déplacer pour voir du hockey.  

Avec Yann Langel et Nicolas Gay, vous formez le meilleur trio offensif de la ligue. Quelle est votre recette magique?   
Gil Montandon ne nous prépare pas de potion magique avant chaque match je vous assure (rires). Plus sérieusement, cela fait deux ans qu’il nous fait jouer ensemble  et il a eu raison de miser sur la continuité. Chacun connait les forces et les faiblesses de ses deux compères de ligne, ce qui nous a permis de créer des automatismes qui fonctionnent à merveille. De plus, nous avons la chance de posséder trois blocs équilibrés donc tout ne dépend pas que de nous et c’est bien comme cela. Par contre, la profondeur de banc nous fait encore défaut. Pour être au top durant toute la saison, c’est important de pouvoir faire tourner l’effectif et malheureusement nous ne pouvons pas le faire.

Lors des 1/16 de finale de Coupe de Suisse, vous avez eu la chance d’affronter le HC Fribourg-Gottéron (défaite 1-10). Un mois après cette rencontre, qu’en retenez-vous?
J’en retiens énormément de beaux souvenirs. Une super ambiance, de grands joueurs, presque 2000 spectateurs. Comme je soutiens l’équipe de Fribourg depuis que je suis tout petit c’était le tirage parfait pour moi. C’était sympa de me retrouver à l’engagement face à Adam Hasani avec qui j’ai passé toutes mes classes juniors. De plus, je trouve que cette compétition représente une excellente opportunité pour les «petits clubs» de NLA de décrocher un titre.

Que pensez-vous des deux principales nouvelles règles entrées en vigueur en début de saison (la diminution de la zone neutre et le dégagement interdit hybride)?
Ces nouveautés n’ont pas beaucoup changé la façon de jouer au hockey, aucun club n’a baser sa stratégie de jeu sur ces changements. Mais il était important de les intégrer au plus vite afin d’essayer d’en profiter au maximum et de surprendre nos adversaires. Le jeu de notre équipe étant essentiellement ancré sur la vitesse d’exécution, cela est plutôt une bonne chose pour nous. L’agrandissement des zones offensives apporte davantage de danger devant les buts, notamment en power-play, c’est un plus pour le spectacle.    

***************************************************************

Quizz « si vous ne deviez retenir qu’un seul….. »

Coéquipier: Samuel Grezet, un super pote. Avec lui dans ton équipe tu ne t’ennuies pas (rires)

Entraîneur: Gil Montandon, ses qualités ont beaucoup apporté au club et il respecte vraiment ses joueurs.

Club: Le HC le Locle, mon club de cœur évidemment.

But: Lors de mon premier match en première ligue contre Star Lausanne, j’avais fait trembler les filets deux fois ce qui m’a mis en confiance pour la suite.

Victoire: Le cinquième match de quart de finale de l’année dernière face à Guin, nous avions remporté l’acte décisif sur notre patinoire et nous nous étions donc qualifiés pour les demi-finales.

Défaite: Le cinquième match de quart de finale de la saison 2012/2013, nous avions perdu le match décisif. Un crève-cœur.  

Public: Le public de Fribourg lors du match de Coupe de Suisse, il a rappelé sur la glace toute l’équipe d’Université à la fin du match. C’était vraiment très sympa. 

Commentaires

Le reste des interviews

17/08/2019 à 20:15:12

Mark French: «Nous voulons être dans le jeu!»

1-0, c’est le score avec lequel le HC Fribourg-Gottéron a tiré son épingle du jeu face aux Moscovites à la Vallée de Joux, dépassant les résultats de Lausanne et Genève. Revenue sur la glace depuis quelques jours, l’équipe fribourgeoise peut notamment compter sur une nouvelle première ligne formée de deux nouveaux joueurs étrangers, Stalberg et Desharnais, ainsi que de Julien Sprunger. Présent pour sa troisième saison consécutive, l’entraîneur Mark French se trouve obligé de réaliser avec son équipe un meilleur score que la saison passée, laquelle s’était soldée par une exclusion des play-offs pour un petit point d’écart....
16/08/2019 à 10:19:07

Ville Peltonen: «Nous ne cherchons pas de raccourcis»

Présent dans la Vallée de Joux pour réaliser ses premiers matchs d’entraînement, le LHC et sa nouvelle formation rencontrait le CSKA Moscou. Face à un tel adversaire, le club vaudois a su maintenir une défense disciplinée qui a souvent permis de garder à flot sa présence sur la glace, terminant la rencontre sur une courte défaite 0-2. En passe de débuter sa deuxième saison en tant que head-coach lausannois, Ville Peltonen nous a livré ses premières impressions....
15/08/2019 à 10:32:08

Matti Alatalo: «Viège mérite sa nouvelle patinoire»

De retour sur la glace, le HC Viège entamait ses matchs de préparation en rencontrant le champion suisse, le CP Berne. Le coach viégois Matti Alatalo a la charge de préparer son équipe à la hauteur des ambitions du club, imagées par la grandeur et la modernité de la Lonza Arena, la nouvelle patinoire dont le club prendra possession en septembre....
voir tous les interviews

Autres actualités de HC Université Neuchâtel

Les derniers matchs de HC Université Neuchâtel

samedi 09 février 2019
mercredi 06 février 2019
dimanche 03 février 2019
samedi 26 janvier 2019
samedi 19 janvier 2019
Derniers résultats
lu 04.03.19 - 4 - 3
lu 04.03.19 - 4 - 1
lu 04.03.19 - 3 - 2
lu 04.03.19 - 4 - 2
lu 04.03.19 - 3 - 4
lu 04.03.19 - 2 - 3 ap
voir tous les résultats
Fil actualités en continu
Derniers articles
Classement
1 HC Davos 0 j 0 pts
2 CP Berne 0 j 0 pts
3 HC Bienne 0 j 0 pts
4 Lausanne HC 0 j 0 pts
5 SCL Tigers 0 j 0 pts
6 HC Ambri-Piotta 0 j 0 pts
7 EV Zoug 0 j 0 pts
8 HC Fribourg-Gottéron 0 j 0 pts
9 HC Lugano 0 j 0 pts
10 SC Rapperswil-Jona Lakers 0 j 0 pts
11 ZSC Lions 0 j 0 pts
12 Genève-Servette HC 0 j 0 pts
voir le classement détaillé
Partenaires
Derniers tweets