Noah Rod: «Le seul objectif reste une qualification en play-off»

17/01/2020 à 12:03:16Genève, Vincent CriblezArticle vu 1 738 fois
Planète Hockey vous propose l’interview de Noah Rod, capitaine du GSHC. Brillant troisième avec son club formateur après 37 parties disputées, l’attaquant de 23 ans fait le point sur la saison de Genève-Servette. Signalons que l’interview fut réalisée mercredi, soit avant que la Ligue ne rende un jugement par rapport à la faute commise sur Alessio Bertaggia mardi soir. Logiquement, l’enquête en cours n’a donc pas été abordée.
� Photo Mauricette Schnider -

Noah Rod, après 37 parties disputées, Genève se trouve en troisième position de National League. Quel est le secret de votre équipe, qui était pourtant programmée pour une place en deuxième moitié de tableau ?
Je dirais que la recette est assez simple : tout le monde joue le jeu et tire à la même corde. Les jeunes veulent se faire une place en National League, les plus anciens ne veulent pas la perdre. Du coup on est tous à fond et cela porte ses fruits.

Est-ce que le fait que tous les suiveurs du hockey suisse pronostiquent un effondrement de Genève depuis bientôt deux mois vous donne un soupçon de motivation supplémentaire ?
Nous, on n’écoute pas ce que disent les gens. Avec l’énergie qu’il y a dans cette équipe, on se pousse mutuellement à être meilleurs. Tous ces jeunes joueurs qui sont arrivés dans le contingent ont amené de la concurrence et une nouvelle atmosphère de travail, c’est vraiment très agréable. On bosse dur, chaque jour, et c’est probablement la raison principale de notre constance. Depuis le début de la saison, on n’a jamais connu de crise de résultats.

Au beau milieu de ce joli petit monde, il y a Patrick Emond, le nouvel homme fort des Vernets qui n’est forcément pas étranger à la bonne marche des Grenat. La méthode Emond, c’est quoi exactement ?
Déjà, c’est quelqu’un d’humain, de très proche de ses joueurs. Ensuite, il sait parfaitement comment donner de la confiance aux joueurs, notamment les plus jeunes éléments. En les alignant par exemple en supériorité numérique, il sait les responsabiliser. J’ajouterais que c’est un coach qui demande beaucoup à ses joueurs, sur et hors de la glace. On a tendance à l’oublier, mais il est très exigeant. Par contre, de l’autre côté, il sait récompenser son groupe lorsque celui-ci a bien travaillé. Tout cela rend sa méthode très appréciée par les joueurs.

Alors que les deux prédécesseurs de Patrick Emond étaient plutôt des sanguins (réd : Chris McSorley et Craig Woodcroft), est-ce qu’il arrive à votre entraîneur de hausser la voix ?
Il est dans un autre registre, avec une façon différente de fonctionner. « Pat », c’est quelqu’un qui sait reconnaître un problème et le régler. Si on fait une connerie, il va nous prendre à part, nous expliquer le souci, comment le résoudre et c’est reparti de plus belle. Par contre, on n’a pas intérêt à reproduire la même erreur (rires).

Et vous, Noah Rod, du haut de vos 23 ans, quel est votre rôle au cœur de cette juvénile équipe ?
Déjà, au vu du fait que je suis le capitaine, je parle peut-être un peu plus avec l’entraîneur. Régulièrement, Patrick Emond me demande comment est l’équipe, s’il y a des soucis. Ensuite, j’essaie d’encadrer les plus jeunes, de leur donner des conseils. Je n’ai que 23 ans, mais déjà pas mal d’expérience derrière moi puisque j’ai connu l’Amérique du Nord et que j’ai disputé des Championnats du monde avec l’équipe nationale. Ce rôle de leader, c’est finalement assez naturel chez moi et je l’accepte avec plaisir.

Autre changement massif à Genève : la relative absence de blessures cette saison. Ce ne fut pas le cas lors des derniers hivers, puisque votre club s’est régulièrement retrouvé amputé de plusieurs joueurs pour des raisons médicales. Quelles sont les raisons de cette meilleure forme physique ?
Il y a plusieurs raisons à cela. Premièrement, depuis le changement de préparateur physique en fin de saison dernière, on bosse deux fois plus qu’avant (sic). Que ce soit durant l’été, ou pendant la saison en parallèle des entraînements sur la glace, c’est le jour et la nuit. Ensuite, nous avons beaucoup de jeunes joueurs dans l’équipe, du coup il y a moins d’antécédents de blessures. Enfin, je pense qu’il faut toujours un petit facteur chance également.

Alors qu’il ne vous reste « que » treize parties à jouer d’ici la fin du tour qualificatif et que votre équipe sera, à moins d’un tremblement de terre, en play-off, vous êtes-vous déjà fixé un nouvel objectif à atteindre à l’issue de la 50ème journée ?
Non, pas du tout. Avant la saison, le but du club était de jouer les play-off. Tant que nous ne serons pas officiellement qualifiés, il est hors de question de penser à autre chose. En hockey, tout peut aller si vite, il faut savoir rester prudent. Après, si une fois que nous serons qualifiés on peut aller chercher l’avantage de la glace, on ne va pas se gêner non plus (rires).

Pensez-vous votre équipe, avec son manque d’expérience dû au rajeunissement des cadres, sera capable de performer lors de séries pour le titre ? Les play-off ne sont-ils pas qu’une question d’expérience ?
Le fait que nos jeunes aient reçu des responsabilités durant tout le tour qualificatif va justement les aider en séries finales. A Genève, les jeunes ne jouent pas pour reposer les autres, ils jouent dans toutes les situations de jeu, notamment en supériorité numérique. Cela va nous aider à grandir plus rapidement. Je ne me fais pas de soucis par rapport à cela, que ce soit durant la saison régulière ou en play-off, le hockey reste du hockey.

Dernière question, Noah Rod. Si on vous dit qu’à 23 ans, vous disputez la meilleure saison de votre jeune carrière au niveau personnel, vous êtes d’accord ?
Je pense, oui. Je n’attache pas beaucoup d’importance à mes statistiques personnelles, mais ces dernières montrent que je suis à un meilleur niveau que lors des dernières années. Dans le jeu, je sens que je suis devenu plus complet, j’ai plus confiance en moi. En phase offensive, j’arrive à créer des choses que je ne faisais pas forcément avant.

Le reste des interviews

16/02/2020 à 18:49:37

Nathan Marchon: «Ne jamais se reposer sur ses acquis»

Le jeune attaquant de Fribourg-Gottéron, en pleine lutte avec son équipe pour une qualification pour les playoffs, a répondu brièvement à nos questions.
...
04/02/2020 à 14:18:47

Mathias Joggi: «Nos supporters étaient en transe, comme fous»

Quelques heures après la victoire du HC Ajoie en finale de la Coupe de Suisse face au HC Davos, Planète Hockey vous propose l’interview de Mathias Joggi. Ailier du HCA, le Seelandais s’est illustré en inscrivant un doublé face aux Grisons. Il est encore sur son petit nuage......
23/01/2020 à 00:42:04

Serge Pelletier: «Comme un retour à la maison»

Entraîneur de Lugano depuis le 21 décembre dernier, Serge Pelletier a remis le club tessinois sur le droit chemin en remportant six des dix parties disputées par les « bianconeri » depuis son intronisation. Planète Hockey vous propose l’interview de l’ancien entraîneur de Fribourg et de La Chaux-de-Fonds, qui avait déjà transité par Lugano voici trente ans....
voir tous les interviews

Autres actualit�s de Genève-Servette HC

Les derniers matchs de Genève-Servette HC

mardi 18 février 2020
samedi 15 février 2020
mardi 11 février 2020
samedi 01 février 2020
jeudi 30 janvier 2020
Derniers résultats
ma 18.02.20 - 2 - 3
ma 18.02.20 - 1 - 2 ap
ma 18.02.20 - 2 - 3 tab
voir tous les résultats
Fil actualités en continu
Derniers articles
Classement
1 EV Zoug 45 j 87 pts
2 ZSC Lions 46 j 82 pts
3 HC Davos 45 j 80 pts
4 Genève-Servette HC 46 j 77 pts
5 HC Bienne 46 j 69 pts
6 Lausanne HC 45 j 68 pts
7 HC Lugano 46 j 66 pts
8 HC Fribourg-Gottéron 45 j 64 pts
9 CP Berne 45 j 60 pts
10 SCL Tigers 45 j 59 pts
11 HC Ambri-Piotta 46 j 57 pts
12 SC Rapperswil-Jona Lakers 46 j 50 pts
voir le classement détaillé
Partenaires
Derniers tweets