Nolan Diem: «Langnau m'offrait les responsabilités que je recherchais»

05/12/2018 à 20:48:09Langnau, Vincent CriblezArticle vu 4 313 fois
Après sept saisons passées à Zoug, Nolan Diem, aujourd’hui âgé de 25 ans, a changé de club durant l’été dernier. A la recherche d’un nouveau défi, le centre formé à Villars, puis à Lausanne et Zoug s’est établi à Langnau pour les deux prochains exercices. L’attaquant se dit ravi de son choix.
© Photo SCL Tigers -

Nolan Diem, après un long périple à Zoug, vous voici à Langnau depuis quelques mois. Comment vous sentez-vous ?
Bien ! La région me plaît, les gens sont sympas et tous fous de hockey en Emmental, tout va bien pour moi. En plus, on gagne des matches et l’équipe tourne. Donc que demander de plus ?

N’était-ce pas compliqué de quitter une organisation comme celle du EV Zoug, avec son encadrement, sa patinoire flambant neuve et les ambitions qui vont avec ?
Cela a été dur de quitter un vestiaire hyper-chouette surtout. Mais disons que j’étais en recherche de responsabilités. A Zoug, je jouais, mais je n’avais pas l’influence que j’aurais voulu avoir. C’est exactement ce que Langnau m’a offert. Et puis, l’hiver dernier, Zoug a un peu fait traîner les choses en me disant qu’il fallait que j’attende un peu avant de savoir si le club allait me soumettre une offre de prolongation. Au final, il n’y aura même pas eu d’offre vu que j’ai accepté celle de Langnau. Pour résumer, je dirais qu’il y a eu un peu de tristesse au départ, mais qu’elle a été compensée par la joie de découvrir un nouvel endroit.

La présence d’un coach comme Heinz Ehlers, qui est réputé pour mettre l’accent sur l’aspect défensif, a-t-elle été décisive pour vous qui êtes un centre à vocation défensive ? Ou les raisons de votre choix furent-elles financières ?
Non, ce n’était pas l’argent qui m’a fait choisir Langnau. Ce qui a vraiment compté c’est que j’avais l’opportunité d’avoir plus de temps de glace, de pouvoir continuer à me développer. Et là, je suis servi pour le moment puisque je suis aligné en box-play et power-play notamment. C’est exactement ce que je recherchais.

Votre entraîneur est-il autant un adepte de la tactique défensive que ce que tout le monde veut bien dire ?
Disons qu’il met l’accent sur la défense et sur une organisation parfaite dans ce secteur de jeu. Mais en attaque, nous avons des libertés, ce qui est plaisant. De mon côté, j’ai effectué ma dernière année de juniors Elite à Zoug sous l’égide de Leo Schumacher. Lui aussi, c’était un peu dans le même genre que Heinz Ehlers. Pour ma part, ce style d’entraîneur me convient bien.

Votre club n’a plus disputé les play-off depuis la saison 2010/11. Après être passé à plusieurs reprises proches des séries finales ces dernières années, cela semble être la bonne année pour Langnau. Se trompe-t-on ?
Nous sommes bien partis, l’équipe tourne bien. Mais on n’est même pas encore à la mi-championnat, donc c’est encore beaucoup trop tôt pour parler de play-off. Ce qui est frustrant, c’est qu’on a l’impression de remporter énormément de matches mais qu’au final, l’écart sur la 9ème place est minuscule (réd. : actuellement six points sur Genève, qui est neuvième). Une chose est sûre, on ne peut se permettre aucun relâchement.

Quelle sera la clé pour enfin revivre des play-off à l’Ilfis ?
Il faudra être constant et ne surtout pas connaître de série de 5-6 défaites consécutives. Le championnat est tellement serré qu’aucune équipe ne peut se permettre une longue période de disette.

Justement, vous qui êtes dans le circuit professionnel depuis six saisons déjà, remarquez-vous que le championnat est devenu nettement plus compétitif et serré, ces dernières années ?
Oui, complètement. Je me souviens qu’à l’époque, on arrivait à gagner des matches en jouant mal. Aujourd’hui, ce n’est plus possible. Mais cela rend la ligue passionnant, et c’est tant mieux pour tout le monde.

En comptant vos années juniors à Zoug, vous avez quitté la Romandie voici 7 ans déjà. Le Villardou que vous êtes n’aspire-t-il pas à jouer en Suisse-Romande ?
Ce n’est pas un but dans ma carrière, même si j’aurais forcément du plaisir à revenir en Romandie. En passant de Zoug à Langnau, je me suis déjà un peu rapproché (rires). Une carrière est courte et je me plaisais beaucoup à Zoug, c’est pour ça que je suis resté si longtemps là-bas. Et puis, Langnau était la meilleure option pour la suite de ma carrière. C’est comme ça, mais je ne fais pas une fixation sur le fait de devoir un jour jouer pour un club romand. Et puis, si on y regarde de plus près, il y a plus de Romands qui jouent à Langnau qu’à Lausanne…

Dernière question, Nolan Diem. Vous présentiez la particularité de porter le numéro 3, chose plus que rare pour un attaquant. Pouvez-vous nous en dire un peu plus sur le choix particulier de votre numéro ?
On m’a souvent posé la question, c’est vrai que le numéro 3 n’existe quasiment pas chez les attaquants. Comme le 2 ou le 4. Tout au long de ma vie, c’est un numéro qui m’a suivi. Par exemple, à la maison, nous étions trois frères. Ensuite, je suis né un 21, deux plus un faisant trois. Il y a plein de petites choses comme ça qui ont fait que j’ai pris le 3. Mais à Langnau, j’ai décidé de changer puisque j’ai choisi le 93, qui représente mon année de naissance. Au final, ce n’est qu’un numéro, rien de plus.

Commentaires

Le reste des interviews

20/05/2019 à 23:56:32

Yannick Rathgeb: «Bienne représentait le meilleur endroit pour continuer ma carrière»

Quelques heures après l’annonce de sa signature pour trois ans au HC Bienne, Planète Hockey vous propose l’interview de Yannick Rathgeb. Après une saison décevante à Bridgeport en AHL, le Haut-Argovien passé par Fribourg est persuadé qu’il a fait le bon choix en signant un contrat longue durée dans le Seeland...
24/04/2019 à 19:13:12

Olivier Keller: «Patrick Emond est le bon choix pour Genève»

Quelques jours après la nomination de Patrick Emond à la barre de Genève-Servette, Planète Hockey vous propose l’interview d’Olivier Keller. Conseiller technique sportif au sein du club Grenat, l’ancien international aujourd’hui âgé de 48 ans estime que le Québécois est bien l’homme de la situation....
22/04/2019 à 16:06:00

Maxime Montandon: « Les études sont un avantage dans une vie de hockeyeur »

Âgé de 25 ans, Maxime Montandon vante pas moins de quatre saisons en ligue professionnelle dans des clubs aussi variés que Fribourg, Viège, Biasca et Ajoie. Récemment devenu champion suisse de MSL avec le HC Sierre, Maxime est également en dernière année de la Haute Ecole Spécialisée de Suisse Occidentale (HES-SO). Loin d’être une évidence, la conciliation de hockey professionnel et hautes études est pourtant largement faisable, au dire du joueur dont le parcours peut servir d’inspiration à d’autres jeunes talents....
voir tous les interviews

Autres actualités de SCL Tigers

Les derniers matchs de SCL Tigers

lundi 04 mars 2019
samedi 02 mars 2019
vendredi 01 mars 2019
mardi 26 février 2019
samedi 23 février 2019
Derniers résultats
lu 04.03.19 - 4 - 3
lu 04.03.19 - 4 - 1
lu 04.03.19 - 3 - 2
lu 04.03.19 - 4 - 2
lu 04.03.19 - 3 - 4
lu 04.03.19 - 2 - 3 ap
voir tous les résultats
Fil actualités en continu
Derniers articles
Classement
1 CP Berne 0 j 0 pts
2 EV Zoug 0 j 0 pts
3 Lausanne HC 0 j 0 pts
4 HC Bienne 0 j 0 pts
5 HC Ambri-Piotta 0 j 0 pts
6 SCL Tigers 0 j 0 pts
7 HC Lugano 0 j 0 pts
8 Genève-Servette HC 0 j 0 pts
9 ZSC Lions 0 j 0 pts
10 HC Fribourg-Gottéron 0 j 0 pts
11 HC Davos 0 j 0 pts
12 SC Rapperswil-Jona Lakers 0 j 0 pts
voir le classement détaillé
Partenaires
Derniers tweets