Sandy Jeannin: «Fleurier est prêt pour une éventuelle promotion» 

12/03/2018 à 14:55:01Fleurier, Kevin VaucherArticle vu 6 217 fois
A quelques heures du coup d’envoi de la deuxième manche face à Delémont (20h30), l’entraîneur fleurisan Sandy Jeannin s’est livré à Planète Hockey.
© Photo Archives Pascal Corbat -

Actuellement opposé à Delémont en finale du groupe 1 de deuxième ligue, le Fleurier de Sandy Jeannin a remporté le premier acte samedi sur le score de 7 à 2. La meilleure défense du championnat a parfaitement réussi à maitriser la machine à buts jurassienne emmenée notamment par l’ex-ajoulot Steven Barras. Le vainqueur de cette série jouée au meilleur des cinq matchs défiera Red Ice ou Sion II en finale romande qui offrira la promotion à son lauréat. Le CP Fleurier se dit prêt à accepter cette promotion potentielle même s’il n’y a aucune urgence dans le Val-de-Travers.

Sandy Jeannin, depuis que vous avez repris la première équipe de Fleurier (en plus du mouvement juniors) il y a deux ans, elle semble métamorphosée. Qu’avez-vous fait?
Comme j’ai pris ma retraite de joueur en 2015 et que j’ai entrainé les novices élites de La Chaux-de-Fonds la saison suivante, je ne connais pas exactement le parcours du CP Fleurier ces deux années-là (ndlr : 6e place du classement en 2016 et 5e place en 2015).

Tout ce que je peux dire c’est que je suis venu dans le Vallon avec mes principes et ma vision des choses sans copier quiconque. L’idée était de bâtir un groupe avec les jeunes talents du club et de la région à qui j’ai demandé de respecter quelques règles: s’investir au sein de l’équipe ou partir ailleurs, prendre du plaisir sur la glace et mettre le jeu collectif au cœur du système. Finalement, j’ai aussi demandé une meilleure discipline car j’ai entendu dire que Fleurier était beaucoup pénalisé les saisons précédentes. Chacun de mes joueurs sait qu’il doit respecter les adversaires et ses coéquipiers.

Cette rupture avec un jeu rugueux et physique «à la scandinave» instauré par votre prédécesseur Valeri Chiriaev entre 2012 et 2016 s’est faite naturellement?
Naturellement je ne sais pas, mais étant donné que je prône un jeu rapide, mes joueurs savaient qu’un bon patinage était plus utile qu’une série de mises en échec pour jouer un rôle important sous ma direction. Et je crois que le résultat est plutôt intéressant (ndlr: deux fois 1er du classement depuis l’arrivée de Sandy Jeannin).

Ce qui était surtout important cette année, c’est de réussir à maintenir notre niveau malgré la perte de plusieurs éléments expérimentés partis en deuxième équipe. Chose que nous sommes parvenus à faire même si j’espère pouvoir compléter l’effectif avec quelques «anciens» pour affronter les défis futurs. Attention, je ne parle pas d’intégrer des «anciens» qui se contenteraient d’un investissement à la carte en venant jouer uniquement quand cela les arrange ou dans les moments importants de la saison. J’aurai les mêmes exigences avec eux qu’avec les autres.

Votre vision est partagée par l’équipe dirigeante actuelle ?
Totalement. Les dirigeants sont jeunes, dynamiques et ils font beaucoup pour que les joueurs de la première équipe soient non seulement des moteurs pour les juniors du club sur la glace mais aussi des exemples en dehors de la patinoire. Le club leur offre un bon environnement pour jouer au hockey donc il attend logiquement une attitude positive de leur part en contrepartie. C’est aussi valable pour moi: il me reste une année de contrat à Fleurier et même si les résultats suivent pour le moment, je cherche continuellement à améliorer ce qui peut l’être.

J’ai moi-même été formé jusqu’à 17 ans au CP Fleurier et mon papa Philippe a lui aussi joué sous ce maillot avant d’en devenir l’entraineur dans les années 1980/1990. Ce club, c’est avant tout une famille ! Les dirigeants sont d’ailleurs des amis d’enfance. Revenir aux sources était une façon de faire profiter l’organisation de mon expérience, tout en retrouvant une certaine confiance que j’avais perdue à la fin de ma carrière de joueur.


«Investissement, plaisir, collectif
et respect, voilà mon système»



Actuellement, vous disputez la finale du groupe 1 de deuxième ligue contre Delémont avant d’affronter Red Ice ou Sion II en finale romande en cas de succès, vous y attendiez-vous?
Même si nous avons terminé premier de la saison régulière, c’est toujours compliqué de faire des pronostics pour les play-off, car certaines équipes se sont passablement renforcées pour cette échéance. L’année passée, nous avons rencontré Delémont en demi-finale et la formation jurassienne nous avait éliminés 3 à 0 dans la série alors qu’elle s’était classée à la cinquième place du Masterround.

Cette fois-ci encore, les Jurassiens sont en finale après avoir terminé la saison régulière au 5e rang de la hiérarchie. Ils ont la chance de pouvoir compter sur d’anciens joueurs de ligue nationale comme Fabrice Membrez ou Steven Barras (huit matchs, vingt-deux points !), ce qui n’est pas notre cas. Ma philosophie est de jouer toute la saison à fond et c’est sans doute une accumulation de fatigue physique et mentale qui nous a coûté la finale l’an dernier. Malgré tout, je reste convaincu que c’est le moyen le plus efficace pour faire progresser mes joueurs. A Fleurier, nous ne bradons aucune partie de la saison.

Samedi, vous avez remporté la première manche de la finale (de groupe) 7 à 2 devant plus de 500 spectateurs à domicile, une belle récompense pour votre travail ?
Cela fait très longtemps que Fleurier n’avait pas joué de finale et nous sentons que l’engouement est bien présent et n’attendait qu’à s’exprimer. C’est surtout une récompense pour les joueurs qui ont énormément appris depuis septembre et qui font preuve d’une admirable régularité malgré une profondeur de banc moindre qu’il y a un an. C’est une bonne chose d’avoir gagné le premier match car nous avions mal commencé notre quart de finale contre Le Locle (victoire 3-1 après avoir été mené 0-1) et notre demi-finale contre Tramelan (succès 3-2 après avoir été mené 0-2).

Mon groupe est allé chercher la finale et je suis content qu’il prenne un maximum de plaisir sur la glace contre Delémont. Notre mouvement juniors se porte bien également, la patinoire vient d’être rénovée, les structures sont saines et la dynamique est excellente. Que demander de plus ?

Une promotion en première ligue peut-être ?
(Sourire) Tout est réuni à Fleurier pour accepter une éventuelle promotion, mais ce n’est pas l’unique objectif du club dans l’immédiat. Participer à la finale de groupe est déjà une nouvelle étape de franchie mais il faut encore la remporter, puis glâner le titre romand contre l’ambitieux Red Ice ou Sion II qui jouent actuellement la finale du groupe 2 (Red Ice mène 1-0 dans la série). Bref, décrocher la promotion n’est pas une obligation cette année, mais ce serait un beau challenge à relever.

Il ne faut pas oublier non plus que la nouvelle répartition des équipes de première ligue va passablement chambouler le monde du hockey amateur ces deux prochaines années (ndlr : la première ligue passera de 27 équipes réparties en trois groupes régionaux à 24 formations séparées en deux groupes nationaux dès 2019/20). Il pourrait donc y avoir plusieurs relégués en deuxième ligue à la fin du championnat 2018/19 pour ne garder que 24 clubs en première ligue. Si tel est le cas, Fleurier aurait tout autant intérêt à être promu lors du prochain exercice. Ce qui est sûr, c'est que nous ferons face à nos responsabilités quoi qu’il arrive et que nous sommes prêts à monter cette saison déjà.

Commentaires

Le reste des interviews

11/09/2018 à 14:05:50

Etienne Froidevaux: «Nous devrons devenir meilleurs, chaque jour et à chaque match»

A l'occasion de la conférence de presse d'avant-saison du Lausanne HC, aujourd'hui, nous avons posé quelques questions au nouveau capitaine du club vaudois, Etienne Froidevaux....
13/09/2018 à 12:07:09

Philipp Wetzel: «Nous voulons terminer dans le Top 4»

A 48 heures du début de championnat qui verra le HC La Chaux-de-Fonds se déplacer à Viège (samedi à 17h45), Planète Hockey vous propose l’interview du néo-Neuchâtelois Philipp Wetzel (33 ans). Biennois durant les onze dernières années, le grand ailier de 198 cm parle de sa nouvelle vie dans les montagnes neuchâteloises, mais revient également sur la dernière décennie qu’il a passé dans le Seeland....
07/09/2018 à 16:37:26

Reto Berra: «Fier d'avoir réalisé mon rêve»

Un mois après l’arrivée de Reto Berra en terres fribourgeoises, Planète Hockey vous propose l’interview du portier international. A 31 ans et après cinq saisons passées en Amérique du Nord (pour un bilan de 76 rencontres de NHL disputées), le cerbère fribourgeois est heureux d’être de retour en Suisse. Et impatient de débuter la saison avec son nouveau club....
voir tous les interviews

Autres actualités de CP Fleurier

Derniers résultats
ve 27.04.18 - 0 - 2
voir tous les résultats
Fil actualités en continu
Actualités les plus lues
Derniers articles
Classement
1 HC Davos 0 j 0 pts
2 CP Berne 0 j 0 pts
3 HC Bienne 0 j 0 pts
4 Lausanne HC 0 j 0 pts
5 SCL Tigers 0 j 0 pts
6 HC Ambri-Piotta 0 j 0 pts
7 EV Zoug 0 j 0 pts
8 HC Fribourg-Gottéron 0 j 0 pts
9 HC Lugano 0 j 0 pts
10 SC Rapperswil-Jona Lakers 0 j 0 pts
11 ZSC Lions 0 j 0 pts
12 Genève-Servette HC 0 j 0 pts
voir le classement détaillé
Partenaires
Derniers tweets