Sarah Forster: « Jusqu'à la saison passée, nous n'étions pas dédommagées pour nos frais »

20/07/2018 à 10:28:10Porrentruy, Mauricette SchniderArticle vu 9 916 fois
Peu avant son départ en Suède, Sarah Forster s'est confiée à Planète Hockey. Elle nous parle avec franchise des difficultés qu'elle rencontre pour vivre sa passion au quotidien et de son nouveau contrat en Suède, pays qu'elle connaît déjà pour y avoir déjà été trois mois durant la saison 2014-2015, mais au HC Linköping.
© Photo Mauricette Schnider -

Sarah Forster, tout le monde sait que le hockey féminin n'est pas professionnel en Suisse, mais pouvez-vous nous en dire plus sur ce que ça représente en termes de sacrifices financiers pour une joueuse telle que vous ?
Jusqu'à la saison 2017-2018, nous n'étions pas dédommagées pour nos frais. Par année, je parcours 10'000 kilomètres entre les entraînements, les camps de l'équipe suisse et les trajets pour les clubs. Par contre, nous sommes nourries et logées.

Pour notre médaille de Sotchi, nous avons reçu CHF 1'000.- par joueuse et CHF 850.- pour le diplôme olympique des JO de Pyeongchang. En comparaison, durant les Jeux Olympiques 2018, chaque joueuse finlandaise a reçu 10'000 euros pour la médaille de bronze et les 8 meilleures joueuses finlandaises 5'000.- de plus pour mieux se concentrer au hockey.

Un changement positif pour 2018-2019 est intervenu : les joueuses seront dédommagées par camp, selon le nombre de matchs internationaux joués (150 me concernant). Mais je tiens à préciser qu'au-delà de l'argent, j'ai toujours eu du plaisir à faire partie de l'équipe nationale et si ce plaisir n'était pas là, j'aurais arrêté bien avant. Je joue avec les filles depuis l'âge de 14 ans et même si mes parents m'ont aidée jusqu'à mes 18 ans et plus, ça fait sept ans que je trouve des solutions au cas par cas.

Un mot sur le drapeau jurassien que vous aviez brandi lors de la cérémonie des JO de Pyeongchang et qui avait été passablement critiqué à l'époque ?
A Sotchi, défiler avec le drapeau de mon canton à la cérémonie d'ouverture était un clin d'oeil à ma région et j'avais l'autorisation du chef de mission. Et par ailleurs je n'étais pas la seule à avoir un drapeau différent, on a aussi pu voir les couleurs d'Uri... Mi-janvier 2018, j'ai téléphoné à Swiss Olympic pour savoir s'il y avait possibilité de prendre mon drapeau jurassien, étant la seule sportive de mon canton. On m'a dit ok et j'ai redemandé enfin au chef de mission sur place.

A plusieurs occasions j'ai posé la question pour être sûre de faire les choses dans les règles et même au moment de défiler, on m'a donné l'autorisation. Je n'ai jamais eu de commentaires de Swiss Olympic après leur accord. J'étais en ordre et mon geste était un hommage, sans aucune connotation politique, je tiens à le préciser. Je suis fière de porter les vêtements, les couleurs de mon pays, et avec un papa St-Gallois, je suis Suisse avant tout. Mais nous, les Jurassiens, nous sommes comme ça ;-)

Pourquoi dès lors avoir pris la décision de partir à l'étranger ?
J'ai 25 ans et ça fait 20 ans que je fais du hockey. J'ai toujours la flamme, mais ce n'était plus possible d'assumer 10'000 kilomètres par saison et des entraînements tardifs.

Mes possibilités :
1: jouer en Suisse, mais plus en équipe nationale,
2: aller à l'étranger et jouer en équipe suisse ou
3: jouer à l'étranger et arrêter l'équipe natonale.

Mais après toutes ces saisons, j'avais envie de vivre un nouveau challenge: j'ai signé pour une année avec l'équipe suédoise de Brynäs, au nord de Stockholm, que je rejoins début août. C'est un encadrement professionnel avec de bonnes infrastructures, des horaires d'entraînement au top (tous les jours), des matchs tous les week-end et aussi en semaine. Je ne serai pas rémunérée, mais dans mon contrat, il est écrit que le club va me trouver un travail à 50%. Je ne sais pas encore ce que ce sera, mais je suis prête à tout parce que ça fait partie de l'expérience, même si c'est pour monter des meubles IKEA (rires...). Ca sera une expérience humaine, loin de chez moi, dans une autre langue. Tout est nouveau, mais je me réjouis.

Comment jonglerez-vous les différents rendez-vous avec l'équipe suisse?
Si je suis sélectionnée en équipe nationale, je serai présente pour les camps. C'est d'ailleurs le cas très bientôt: j'ai des tests hors glace à Tenero le 4 et 5 août, puis je rentre au Jura le 6 et je pars en Suède le 7. Je reviens pour la deuxième partie du camp sur glace à Albertville prévu du 13 au 19 août. Je retourne en Suède le 21. Pour le second camp en octobre, je serai absente pour cause de championnat dans mon nouveau club, mais je serai de retour en novembre durant la pause des équipes nationales. De retour également en décembre, février et mars.

Dans le Jura vous aviez un travail depuis plusieurs années, comment avez-vous géré votre départ?
C'était une décision difficile à prendre ; j'ai donné ma démission à mon employeur après dix années passée comme employée de commerce (dont trois d'apprentissage). Je tiens d'ailleurs à  le remercier pour les facilités qu'il m'a octroyées afin de pouvoir jongler entre travail et hockey durant toutes ces années. Je remercie également toutes les personnes qui m'ont aidée, de près ou de loin, ma famille, les médecins, les masseurs, les sponsors. Merci aussi aux journalistes, à Planète Hockey, d'avoir toujours joué le jeu pour la mise en valeur du hockey féminin et le suivi de mon parcours.

Quelle serait le rêve ultime dans votre carrière sportive ?
Je pense que c'est celui que je suis en train de vivre, parce qu'après je pourrai dire que j'ai fait le tour. J'ai joué dans différents clubs suisses, participé à plusieurs Championnats du Monde, deux Jeux Olympiques, j'ai gagné deux médailles, des tournois, des qualifications et là, j'ai la chance de partir huit mois et de jouer une saison complète à l'étranger. Je pense que c'est ça mon rêve ultime.

Jusqu'à quel âge espérez-vous jouer ?
Les prochains Jeux Olympiques restent un objectif, j'y pense, parce que jamais deux sans trois dit-on !  Mais il faut que le plaisir soit toujours là, ne pas avoir de problèmes de santé et que j'aie toujours cette flamme qui m'anime. Le jour où tout ça deviendra une charge, cela voudra dire que j'ai tout donné. Il faut aussi se rendre compte que derrière, il y a beaucoup de concurrence, les jeunes poussent.. . Avant j'étais tirée par les anciennes et maintenant, c'est moi qui suis devant. Mais c'est une motivation supplémentaire pour gagner ma place.

Commentaires

Le reste des interviews

14/03/2019 à 10:34:32

Alain Bonnet: «Nous voulons monter en Swiss League en gagnant sportivement»

En finale de MySports League, le HC Sierre attend le voisin du HCV Martigny pour valider une promotion qui a d’ores et déjà été accordée par la ligue. Planète Hockey vous propose l’interview du Président du club sierrois, Alain Bonnet. A 48 heures du début de la finale, la tension monte à Sierre....
09/03/2019 à 00:45:37

Vincent Criblez: «Je partirais sur une finale opposant Berne à Lausanne»

D’ici le début des quarts de finale des play-off, agendés à samedi soir (20h), Planètehockey vous propose, chaque jour, les pronostics d’une personnalité suivant le hockey sur glace de près. Après les pronostics de Gil Montandon, de Marc-André Berset puis de Dany Gelinas, retrouvez aujourd’hui les pronostics de Vincent Criblez, membre de la rédaction de Planete Hockey....
07/03/2019 à 23:26:55

Dany Gelinas: «Je mets une pièce sur le CP Berne comme futur champion»

D’ici le début des quarts de finale des play-off, agendés à samedi soir (20h), Planète Hockey vous propose, chaque jour, les pronostics d’une personnalité suivant le hockey sur glace de près. Après les pronostics de Gil Montandon et de Marc-André Berset, retrouvez aujourd’hui les prévisions de Dany Gelinas, l’entraîneur à succès du HC Sierre....
voir tous les interviews

Autres actualités

Derniers résultats
lu 04.03.19 - 4 - 3
lu 04.03.19 - 4 - 1
lu 04.03.19 - 3 - 2
lu 04.03.19 - 4 - 2
lu 04.03.19 - 3 - 4
lu 04.03.19 - 2 - 3 ap
voir tous les résultats
Fil actualités en continu
Derniers articles
Classement
1 CP Berne 50 j 101 pts
2 EV Zoug 50 j 97 pts
3 Lausanne HC 50 j 82 pts
4 HC Bienne 50 j 79 pts
5 HC Ambri-Piotta 50 j 79 pts
6 SCL Tigers 50 j 78 pts
7 HC Lugano 50 j 78 pts
8 Genève-Servette HC 50 j 75 pts
9 ZSC Lions 50 j 74 pts
10 HC Fribourg-Gottéron 50 j 74 pts
11 HC Davos 50 j 51 pts
12 SC Rapperswil-Jona Lakers 50 j 32 pts
voir le classement détaillé
Partenaires
Derniers tweets