Serge Pelletier: «Comme un retour à la maison»

23/01/2020 à 00:42:04Lugano, Vincent CriblezArticle vu 7 092 fois
Entraîneur de Lugano depuis le 21 décembre dernier, Serge Pelletier a remis le club tessinois sur le droit chemin en remportant six des dix parties disputées par les « bianconeri » depuis son intronisation. Planète Hockey vous propose l’interview de l’ancien entraîneur de Fribourg et de La Chaux-de-Fonds, qui avait déjà transité par Lugano voici trente ans.
� Photo Laurent Daspres -

Serge Pelletier, le 17 décembre, vous étiez sur le plateau de « MySports » lors de la gifle reçue par Lugano à Ambri (réd : défaite 7-2 pour les Luganais à la Valascia). Ce soir-là, des mots durs ont été lâchés sur le plateau pour qualifier la « prestation » luganaise. Avez-vous senti que votre avenir pourrait vous mener à Lugano quelques heures plus tard, durant la rencontre ?
Non, j’étais là pour analyser une rencontre et amener un feedback par rapport à ce que je voyais à la TV. Quand on est sur un plateau de télévision, il est difficile de penser à autre chose que son boulot de consultant. Mais tout le monde savait que Lugano avait perdu une dizaine de matches lors des semaines précédentes et que quelque chose pouvait se passer là-bas.

72 heures après la défaite à Ambri, le club de la Resega annonçait votre signature. Comment les choses se sont-elles déroulées ?
C’est très simple : le lendemain, j’ai reçu un appel de Hnat Domenichelli (réd : directeur sportif du HC Lugano). Il m’a dit qu’il cherchait quelqu’un pour remettre Lugano sur les bons rails et tenter de qualifier le club pour les play-off. De mon côté, après mon départ de La Chaux-de-Fonds au printemps, je me sentais plus que prêt à reprendre du service. J’ai rapidement dit oui à Lugano.

Un semestre sans hockey, lorsqu’on est passionné comme vous, cela a dû être long à meubler…
De mon côté, j’aurais aimé retrouver quelque chose en septembre déjà. Je me sentais prêt à travailler et accepter une nouvelle mission à ce moment-là. Lorsque les premiers matches amicaux ont été disputés, lorsque le championnat a repris, j’avoue que cela m’a titillé. Mais au final, je n’aurai manqué que trois mois de compétition, je ne peux pas me plaindre.

Lugano a été votre première étape lors de votre arrivée en Suisse, en 1989. Au final, vous y êtes resté onze années, en occupant les fonctions d’entraîneur des Elites et d’assistant de la première équipe. Lugano, après Montréal et la région de Fribourg, c’est comme votre troisième chez-vous ?
Oui, c’est un peu comme un retour à la maison. Retrouver un endroit où on se sentait bien, trente ans après y être arrivé pour la première fois, cela m’a procuré de jolies émotions. De plus, dans l’encadrement du club, il y avait encore quelques personnes que j’ai connu à l’époque !

Lorsqu’on arrive dans un club en crise, quelles sont les premières mesures à prendre ?
J’ai surtout essayé de redonner de la confiance et du plaisir aux joueurs. Ce fut ma première mesure, car j’ai bien senti que l’équipe avait le moral dans les chaussettes. Nous avons directement joué deux parties face à Davos et Lausanne, un jour après mon arrivée. Je n’avais donc pas le temps de changer beaucoup de choses. Dans un deuxième temps, j’ai ensuite eu plus de temps durant la pause de Noël pour amener quelques petits ajustements tactiques.

Tout cela semble porter ses fruits, puisque votre bilan de six victoires en huit parties disputées en 2020 est excellent. Etes-vous satisfait de ces chiffres ?
Oui, je pense que l’équipe va mieux. On a su trouver une certaine constance dans nos prestations et nous sommes sur un rythme de points qui est celui d’une équipe de haut de classement.

Après votre victoire face à Rapperswil mardi soir (réd : 2-1 à la Resega), Lugano pointe à une prometteuse sixième place dans un championnat qui, entre Bienne le 5ème et Fribourg 11ème, est ultra serré. Que faudra-t-il faire pour attraper le wagon des play-off ?
Je pense que cela se jouera sur des petits détails, mais surtout sur la forme du jour. Là, nous sommes sixièmes, mais avec 1-2 rencontres en plus par rapport aux autres et cela peut vite basculer. Les équipes qui arriveront avec un pic de forme optimal lors du dernier tour feront les play-off. On arrive vraiment dans une phase de la saison où il est impératif de présenter son meilleur niveau.

On imagine que si vous parvenez à qualifier Lugano pour les séries finales, votre contrat – qui n’est valable que jusqu’au 30 avril prochain – sera automatiquement prolongé ?
Non, il n’y a aucune clause de cette sorte dans mon entente avec Lugano. Hnat Domenichelli m’a demandé d’aider Lugano pour les prochains mois, ce que j’ai accepté, et on n’a pas discuté au-delà de cette saison. De mon côté, je ne me mets aucune pression pour la suite, je donne toute mon attention au présent et à une qualification pour les play-off. La suite, nous en discuterons en temps voulu.

Avez-vous demandé à votre directeur sportif des changements au niveau du contingent pour la suite ? Lugano dispose d’encore une licence pour un étranger, alors que vous ne pouvez compter que sur trois attaquants. Peut-on imaginer l’arrivée d’un avant supplémentaire ?
On garde un œil ouvert, mais disons que ce n’est pas quelque chose dont nous discutons tous les jours avec Hnat Domenichelli. J’ai le choix actuellement entre une variante deux défenseurs et deux attaquants ou un défenseur et trois attaquants. On a gagné des matchs avec les deux options, même si là je suis plus sur la deuxième variante en raison de nombreuses absences au niveau des attaquants suisses.

Dernière question, Serge Pelletier : votre départ du HC La Chaux-de-Fonds a surpris bien du monde puisque vous aviez réussi à mener le club en finale de Swiss League. Que s’est-il passé, aux Mélèzes ?
Disons que mon aventure là-bas était dès le départ prévue sur du court terme. J’étais arrivé en cours de saison 2017/18 alors que le club n’allait pas bien. Puis, la saison suivante, nous avons atteint la finale. Mais le club a opté pour une solution avec un entraîneur nordique et mon contrat n’a pas été prolongé. C’est aussi simple que cela. Mais avec le HCC, il n’y a aucun problème. 

Le reste des interviews

16/02/2020 à 18:49:37

Nathan Marchon: «Ne jamais se reposer sur ses acquis»

Le jeune attaquant de Fribourg-Gottéron, en pleine lutte avec son équipe pour une qualification pour les playoffs, a répondu brièvement à nos questions.
...
04/02/2020 à 14:18:47

Mathias Joggi: «Nos supporters étaient en transe, comme fous»

Quelques heures après la victoire du HC Ajoie en finale de la Coupe de Suisse face au HC Davos, Planète Hockey vous propose l’interview de Mathias Joggi. Ailier du HCA, le Seelandais s’est illustré en inscrivant un doublé face aux Grisons. Il est encore sur son petit nuage......
17/01/2020 à 15:03:02

Robin Leibzig: «Quand j'entends l'hymne suisse je suis toujours très touché»

A deux jours du premier match de la Nati U16, nous avons rencontré le défenseur genevois Robin Leibzig qui vit de supers moments. Un joueur de 15 ans qui fait déjà preuve d'une grande maturité....
voir tous les interviews

Autres actualit�s de HC Lugano

Les derniers matchs de HC Lugano

samedi 15 février 2020
vendredi 14 février 2020
mardi 11 février 2020
samedi 01 février 2020
vendredi 31 janvier 2020
Derniers résultats
ma 18.02.20 - 2 - 3
ma 18.02.20 - 1 - 2 ap
ma 18.02.20 - 2 - 3 tab
voir tous les résultats
Fil actualités en continu
Derniers articles
Classement
1 EV Zoug 45 j 87 pts
2 ZSC Lions 46 j 82 pts
3 HC Davos 45 j 80 pts
4 Genève-Servette HC 46 j 77 pts
5 HC Bienne 46 j 69 pts
6 Lausanne HC 45 j 68 pts
7 HC Lugano 46 j 66 pts
8 HC Fribourg-Gottéron 45 j 64 pts
9 CP Berne 45 j 60 pts
10 SCL Tigers 45 j 59 pts
11 HC Ambri-Piotta 46 j 57 pts
12 SC Rapperswil-Jona Lakers 46 j 50 pts
voir le classement détaillé
Partenaires
Derniers tweets