Serge Pelletier en stand-by à... Bulle!

30/06/2021 à 13:14:38   source : Planète Hockey / Philippe DucarrozArticle vu 3 964 fois
© Photo Laurent Daspres

Serge Pelletier n'est pas du style à trainer dans les endroits où il ne se sent plus forcément le bienvenu. Contrat non-renouvelé au terme de l'exercice 2020/21, le coach a repris toutes affaires et a quitté les rives du Lac de Lugano pour son petit chez-soi historique, lorsqu'il se trouve en manque d'emploi : Bulle.

Et c'est donc dans le chef-lieu gruérien que le technicien attend le téléphone providentiel qui le hissera à nouveau à la tête d'une organisation, comme ce fut le cas désormais à Fribourg, Ambrì, Zoug, La Chaux-de-Fonds et Lugano. " Oui, je suis dans l'attente, je suis en train de me préparer pour un nouveau challenge. Le hockey est un monde en changement perpétuel. Et oui, c'est vrai, j'aimerais rester en Suisse. C'est le championnat que je connais le mieux en Europe.

Sans doute s'agit-il là d'une décision qui paraîtra injuste. Pourtant, le HC Lugano a bel et bien remplacé son coach Serge Pelletier par le revenant Chris McSorley. Non pas que, techniquement, le choix de l'ex-patron emblématique des Vernets soit une hérésie, bien au contraire: McSorley est l'homme qui a sans doute eu le plus d'impact sur l'évolution de l'élite du hockey suisse depuis son arrivée à Genève, en 2001. Mieux-même, McSorley a été (et reste) une source d'inspiration pour de nombreux clubs. Mais force est de constater que l'organisation tessinoise a peut-être dépouillé un Pelletier qui avait largement rempli sa mission jusque-là. Et ce n'est pas l'échec des derniers playoffs qui aura motivé la décision: selon nos informations, l'accord avec Chris McSorley avait été conclu début janvier déjà...

Serge Pelletier ne peut donc que se montrer patient, arrivé trop tard sur le très fermé mercato des entraîneurs. Lorsque Lugano lui a officiellement annoncé la fin de leur collaboration, toutes les places à repourvoir étaient déjà occupées. En mars encore, la direction du HCL lui faisait miroiter la suite de leur entente. Le technicien pensait pouvoir continuer son job à Lugano, où il commençait à récolter les fruits d'une équipe qui lui ressemblait de plus en plus, après avoir succédé le 21 décembre 2019 à un Sami Kapanen qui n'a jamais trouvé la bonne formule. Pour preuve, le bilan comptable du Finlandais: 29 matches, 34 points, 11e du classement et surtout un retentissant 2-7 dans les valises lors du derby de la veille face à Ambrì-Piotta.

Quelques semaines plus tard, Pelletier sauvait les meubles en accrochant le dernier siège qualificatif pour les playoffs, pour un petit point, au détriment du CP Berne. Devenu presqu'outsider, on ne saura jamais si le club tessinois allait créer d'autres surprises, les séries finales ayant finalement été annulées en raison de la pandémie.

Douze mois plus tard, et après une brillante deuxème place en saison régulière mais une élimination décevante en quarts de finale face à... Rapperswil (!), la présidente Wicky Mantegazza annonçait l'engagement du revenant Chris McSorley. " Lorsque les victoires s'accumulaient durant les mois de février et mars et que je n'avais aucune discussion sur mon avenir au club, ça a confirmé ce que je ressentais déjà depuis longtemps:  que ça continuerait sans moi ", poursuit Pelletier. Qui pense que des ouvertures se feront en cours de saison en National League, sans pour autant repousser une offre de l'étranger. " Je privilégie le championnat de Suisse, c'est là que j'ai le plus d'expérience. "

Même pour une équipe nationale en développement ?  " Bah pourquoi pas. J'ai déjà travaillé avec le Team Canada à trois occasions lors de la Coupe Spengler, c'était très intéressant. Vous savez, je suis patient. Je veux m'engager dans un projet intéressant et travailler avec des gens avec lesquels je peux collaborer, retrouver une bonne ambiance de travail. C'est surtout ça que je recherche..."

S'il ne paraît pas très enthousiaste à l'dée d'endosser un rôle d'assistant, même dans une grosse organisation, Pelletier ne cache pas son intérêt pour le job de directeur sportif, à défaut de (re)devenir coach en chef. Même en Suisse alémanique. Et l'homme de conclure, sans doute un peu blessé: " Le hockey, c'est du business et je n'ai aucun problème avec ça. Mais moi aussi j'ai été directeur sportif et j'ai eu le courage de dire aux joueurs qui n'avaient plus leur place que je ne le les conserverais pas. Ils pouvaient donc se mettre à la recherche d'un nouveau contrat en temps voulu. " Sous-entendu: à Lugano, on aurait pu faire la même chose avec le coach...

Actu précédente et suivante Les deux All-Star Teams de la NHL Ex-SCRJ, Flurin Randegger passe à Kloten

Autres actualités

Les derniers matchs

mardi 14 septembre 2021
mardi 14 septembre 2021
mardi 14 septembre 2021
mardi 14 septembre 2021
mardi 14 septembre 2021
Derniers résultats
ma 14.09.21 - 2 - 7
ma 14.09.21 - 4 - 3 ap
ma 14.09.21 - 3 - 1
ma 14.09.21 - 1 - 3
ma 14.09.21 - 3 - 1
voir tous les résultats
Fil actualités en continu
Derniers articles
Classement
1 EV Zoug 4 j 11 pts
2 HC Bienne 4 j 11 pts
3 HC Ambri-Piotta 3 j 8 pts
4 HC Fribourg-Gottéron 4 j 7 pts
5 HC Lugano 3 j 6 pts
6 Genève-Servette HC 3 j 5 pts
7 ZSC Lions 3 j 5 pts
8 SCL Tigers 3 j 4 pts
9 HC Davos 2 j 3 pts
10 Lausanne HC 2 j 0 pts
11 HC Ajoie 2 j 0 pts
12 SC Rapperswil-Jona Lakers 3 j 0 pts
13 CP Berne 4 j 0 pts
voir le classement détaillé
Partenaires
Derniers tweets