Un Canada féminin absolument intouchable

17/02/2022 à 08:57:43Planète Hockey / PDUC   source : IIHFArticle vu 1 012 fois
© Photo IIHF - Et de cinq pour le Canada!

Jeux Olympiques

Tournoi féminin - Finale

Canada: cinquième titre et septième médaille!

On se demandait avant le début du tournoi si la dissolution de la Ligue canadienne de hockey féminin (CWHL) en 2019, suivie de dissensions entre la PWHPA (Professional Women's Hockey Players Association) et la PHF (Premier Hockey Federation, anciennement la National Women's Hockey League), allait avoir des conséquences négatives sur le hockey féminin au plus haut niveau. La réponse est maintenant claire: non!

Le Canada est à nouveau champion olympique, Il s'agit de la domination statistique la plus impressionnante du sport mondial, toutes disciplines confondues. Hockey Canada a désormais remporté cinq des sept médailles d'or olympiques possibles depuis le tournoi inaugural féminin de Nagano en 1998. Les États-Unis ont gagné l'or olympique en 1998 et 2018, tandis que le Canada a triomphé quatre fois de suite de 2002 à 2014. Et désormais 2022.

Un collectif canadien incroyable sur la longueur, emmené par une joueuse qui vient de marquer l'Histoire du sport mondial, avec un grand H: Marie-Philip Poulin. En finale ce matin, la capitaine canadienne s'est illustrée avec deux buts et un assist.

Poulin, la femme des grands évènements qui avait déjà inscrit le but décisif lors du dernier championnat du monde à Calgary, en prolongation (3-2), pour empêcher les Américaines de glâner un sixième titre planétaire consécutif et offrir au Canada le premier depuis 2012.

Supérieures un peu partout

Totalement intouchables, les Canadiennes ont donc reconquis ce matin le titre qu'elles avaient perdu contre les Américaines à PyeongChang, il y a quatre ans. Au vu des performances de ces derniers mois et de l'esprit conquérant (pour ne pas dire parfois guerrier) affiché par la formation à la feuille d'érable, on est loin d'une surprise.

Le tout personnifié par Marie-Philip Poulin, buteuse pour la quatrième finale olympique consécutive. Aucun autre joueur - homme ou femme - n'a égalé cet exploit. "Captain Clutch" a marqué deux fois, dont le but victorieux, en 2010 (Vancouver) et en 2014 (Sotchi), et a ajouté un but dans la finale perdue de 2018 (PyeongChang).

Finale à sens unique? Pas vraiment pourtant. Les États-Uis sont arrivés avec leurs arguments habituels. Un peu les même d'ailleurs, que ceux des Canadiennes. Mais simplement ces dernières ont été supérieures un peu partout: vitesse, combativité, physique et carrément technique pure en patinage et maniement de crosse.

Vous y rajoutez une gardienne, Ann-Renee Desbiens, au-dessus du lot qui a largement gagné son duel à distance avec sa vis à vis Alex Cavallini et vous avez sous les yeux la meilleure équipe du monde. Appelée à le rester. Intouchable. 

Les Canadiennes n'ont cadré que trois fois au 3e tiers!

Pourtant, les Américaines n'ont jamais baissé les bras. Le coach US Joel Johnson n'a même pas hésité à évoluer longtemps à deux blocs seulement pour utiliser au maximum ses meilleurs éléments. En vain.

Après un premier tiers équilibré, mais qui a vu le Canada prendre deux longueurs d'avance, les Américaines ont poussé, et poussé encore (16 tirs cadré à 3 dans le dernier tiers), sans autre résultat qu'un ultime espoir tombé à 13 secondes de la fin grâce au but d'Amanda Kessel. Treize secondes, c'était trop tard...

On ne sait pas si les États-Unis auraient pu prétendre à autre chose si Brianna Decker avait pu renforcer ses camarades. Decker s'était cassée la jambe dans une collision avec la Finlandaise Ronja Savolainen lors de la première rencontre. Mais comme les États-Unis n'avaient étonnamment pas emmené de "Taxi Squad" à Pékin, il a manqué un vrai argument offensif dans l'alignement américain.

Record de buts marqués

Ces Jeux olympiques ont vu une domination canadienne écrasante dans tous les sens du terme. L'équipe de l'entraîneur Troy Ryan est restée invaincue avec un effectif comprenant dix joueuses qui participaient pour la première fois aux Jeux olympiques. Les six meilleurs compteuses du tournoi sont toutes canadiennes.

C'était la sixième finale olympique sur sept avec un match Canada-États-Unis. La seule exception était en 2006, lorsque le Canada a battu la Suède 4 à 1. Dans toutes les finales précédentes entre le Canada et les États-Unis, la marge de victoire était de un (2002, 2014, 2018) ou deux (1998, 2010) buts.

Les Canadiennes ont établi un nouveau record de buts olympiques en un seul tournoi (57) en sept matchs. Le précédent record était de 48 en cinq matchs, établi par ce même Canada en 2010.

Comme les championnats du monde féminins se dérouleront pour la première fois au cours des années olympiques, les Canadiennes auront l'occasion de "faire le doublé" lors du mondial de 2022 au Danemark (Herning et Frederikshavn, du 26 août au 4 septembre déjà). 

Actu précédente et suivante Le "Morning Skate" du jeudi 17 février Le hockey 3x3, nouveau cheval de bataille de l'IIHF
Derniers résultats
di 01.05.22 - 3 - 1
voir tous les résultats
Fil actualités en continu
Derniers articles
Classement
1 EHC Kloten 52 j 132 pts
2 ZSC Lions 54 j 102 pts
3 EV Zoug 52 j 100 pts
4 HC Fribourg-Gottéron 51 j 94 pts
5 SC Rapperswil-Jona Lakers 52 j 94 pts
6 HC Davos 51 j 88 pts
7 Genève-Servette HC 52 j 88 pts
8 Lausanne HC 51 j 87 pts
9 EHC Biel-Bienne 52 j 87 pts
10 HC Lugano 52 j 76 pts
11 HC Ambri-Piotta 52 j 66 pts
12 SC Bern 52 j 65 pts
13 SCL Tigers 50 j 35 pts
14 HC Ajoie 51 j 26 pts
voir le classement détaillé
Partenaires
Derniers tweets