WC 2022 - Présentation du groupe A de la Suisse

13/05/2022 à 12:19:06Planète Hockey / Philippe Ducarroz   Article vu 1 254 fois
© Photo SIHF - La Suisse est ambitieuse

IIHF

WC 2022 - Présentation groupe A (Helsinki)

Sans la Russie, le groupe le plus facile?

Par Philippe Ducarroz

L'absence de la Russie à ce championnat du monde (et sans aucun doute aussi au minimum pour le suivant) redistribue un peu les cartes. Et les équipes pas toujours habituées à se battre pour un podium (à l'exemple de la Suisse ou de l'Allemagne, qui ont de la peine à rester constantes) se mettent à rêver de consécration. Le tour préliminaire sera donc très intéressant avec quelques tendances qui devraient se dégager avant les quarts de finale.

Groupe A

Les probables quarts de finalistes

Comme d'habitude, le Canada se profile comme un médaillé potentiel. Les joueurs de Claude Julien représentent plutôt un Canada de troisième catégorie, mais cela sera suffisant pour jouer un rôle intéressant. Avec seulement trois joueurs présélectionnés qui faisaient partie de l'équipe à Pékin avant de poser les 23 noms sur la liste (O'Dell, Johnson, Tomkins), la sélection a un visage inédit. Mais avec des joueurs de la qualité de Thomas Chabot, Matthew Barzal, ou Pierre-Luc Dubois, on oubliera assez vite que les meilleurs disputent les playoffs outre-Atlantique.

La Suisse aurait pu posséder la meilleure équipe de son histoire si elle avait pu encore compter sur le trio Josi, Fiala, Niederreiter. Mais entre raisons personnelles, problèmes d'assurance et playoffs en cours, les trois hommes ont renoncé. À ceux-ci s'ajoutent encore les absences regrettables sur blessures notamment d'Andrighetto et Hollenstein et pour saturation d'Hoffman. Ce qui ne va pas empêcher les Helvètes d'être très confiants. Le discours a d'ailleurs changé: c'est bien une médaille que les hommes de Fischer veulent ramener au pays. Les derniers Beijer Hockey Games ont été très positifs. Avec neuf joueurs évoluant en Amérique du Nord, la Suisse peut quand même voir venir. Il ne faudra par contre pas se planter devant des adversaires comme le Danemark, le Kazakhstan, la France ou l'Italie, des nations que traditionnellement la Suisse peine à dompter parce que favorite. Un (nouveau) rôle qu'elle doit maintenant maîtriser après l'avoir découvert dans la douleur.

En théorie, l'Allemagne devrait pouvoir atteindre les quarts de finale aisément. Pourtant, la vice-championne olympique de 2018 vit encore sur le souvenir de sa mortifiante défaite en finale face à la "Russie" et ressort d'une période pour le moins trouble en matière de gouvernance. Avec trois joueurs "seulement" venus de NHL (le gardien Grubauer, Seider et Stützle), l'équipe est moins clinquante qu'on aurait pu le penser. Draisaitl et Sturm sont encore engagés en playoffs de NHL et le Bernois Kahun ne peut pas participer, ayant perdu sa lutte contre la montre pour retrouver ses moyens. Par contre, les champions de DEL avec Berlin (Wissmann, Müller, Pförderl, Noebels) sont en pleine confiance et vont insuffler à l'Allemagne une énergie qui lui a un peu manqué lors de ses derniers matchs de préparation (victoire contre l'Autriche 3-1, mais revers face à la Slovaquie deux fois et la Suisse en ne marquant qu'un seul but lors de chaque rencontre).

La Slovaquie, elle, ne fait pas beaucoup de bruit mais continue son opération rajeunissement (un peu comme la Suisse le fait depuis cette saison). Résultat: elle se profile comme une énorme puissance mondiale dans les quatre-cinq ans à venir et se montre ambitieuse, sans le dire trop fort. Faut-il rappeler qu'elle a connu une sorte de première consécration avec le bronze de Pékin, vingt ans après son premier titre mondial dû à l'éclatement de la légendaire Tchécoslovaquie? En nous penchant sur la liste des absents pour diverses raisons (Gernat, Jaros, Cajkovsky, Jurco, Hudacek, Kelemen, etc) et en comptant sur l'apport futur des NHLers Studemic, Tatar, Fehervary ou Cernak, on sent que cette Slovaquie-là pourra bientôt sortir d'une certaine réserve et regarder droit dans les yeux les meilleures formations européennes.

Les outsiders

Si l'on se remémore le superbe parcours du Danemark aux derniers JO, nous pourrions le placer dans le Top 4 du groupe. Mais les Danois valent d'abord par leur hermétisme défensif qui leur permettra de se maintenir sans difficulté, mais pas de glâner un quelconque honneur. Le Danemark vit d'abord par son système de jeu ultra-défensif, son engagement hors-pair et les coups de gueule de son coach Heinz Ehlers. Ce n'est pas le seul joueur de NHL présent dans le contingent, son fils Nicolaj Ehlers, qui y changera quelque chose.

La France est déjà très heureuse d'avoir récupéré sa place dans l'élite sur le tapis vert, après la honteuse relégation enregistrée face à la Grande-Bretagne. La non-qualification pour les JO de Pékin ayant aussi été mal vécue, les Tricolores essaieront surtout de se recréer une image positive. Quelques jeunes ont remplacé des retraités un peu frustrés par leur fin de carrière en queue de poisson et essaieront d'abord d'assurer leur maintien. Objectif dans un premier temps: battre l'Italie, le Danemark et la... Suisse (histoire de rester sa bête noire).

Le Kazakhstan est la grande inconnue de ce tournoi. Formée exclusivement de joueurs de KHL (mais pas de premier plan), la sélection ne sait pas vraiment elle-même où elle en est. Sa préparation a été réduite à sa plus simple expression en raison de la situation politique, difficile de se projeter plus loin pour l'instant. Mais par habitude, ses dirigeants disent vouloir atteindre les quarts de finale. Ce serait possible si l'équipe était sur sa dynamique de Riga 2021 qui lui avait permis de battre la Finlande.

Reste l'Italie. Trop occupée à se défendre, elle en oublie de marquer. Candidate principale à la relégation avec la Grande-Bretagne, il n'y a pas grand chose à attendre d'un groupe toujours dirigé par Greg Ireland, mais avec le soutien désormais de Larry Huras. Cela changera-t-il quelque chose pour des Azzuri qui en oublient même parfois leur fond de commerce: un engagement à outrance, parfois aux limites de l'acceptable?

 

 


 

 

 

 

Actu précédente et suivante NHL - Le "Morning Skate" du vendredi 13 mai SCB: premier contrat pro pour Vincent Ryser
Derniers résultats
di 01.05.22 - 3 - 1
voir tous les résultats
Fil actualités en continu
Derniers articles
Classement
1 EHC Kloten 52 j 132 pts
2 ZSC Lions 54 j 102 pts
3 EV Zoug 52 j 100 pts
4 HC Fribourg-Gottéron 51 j 94 pts
5 SC Rapperswil-Jona Lakers 52 j 94 pts
6 HC Davos 51 j 88 pts
7 Genève-Servette HC 52 j 88 pts
8 Lausanne HC 51 j 87 pts
9 HC Bienne 52 j 87 pts
10 HC Lugano 52 j 76 pts
11 HC Ambri-Piotta 52 j 66 pts
12 CP Berne 52 j 65 pts
13 SCL Tigers 50 j 35 pts
14 HC Ajoie 51 j 26 pts
voir le classement détaillé
Partenaires
Derniers tweets