Aller au contenu principal
19:45
vs
Match terminé SO
19:45
vs
Match terminé
19:45
vs
Match terminé
19:45
vs
Match terminé
19:45
vs
Match terminé
19:45
vs
Match terminé
16:00
vs
Match terminé
17:30
vs
Match terminé OT
18:00
vs
Match terminé
18:00
vs
Match terminé OT
20:00
vs
Match terminé
17:00
vs
Match terminé
17:00
vs
Match terminé
17:15
vs
Match terminé OT
17:30
vs
Match terminé OT
18:30
vs
Match terminé
20:00
vs
Match terminé

RUSSIE - Le junior Dmitri Komarov suspendu 8 mois

Image
IIHF Dopage
— Photo © IIHF

La Fédération internationale de hockey sur glace (IIHF) a imposé une période de suspension de huit mois à compter du 23 mars 2022 au joueur de hockey sur glace russe Dmitri Komarov après un contrôle antidopage positif effectué dans la ligue junior russe MHL.

L'IIHF a obtenu le contrôle des contrôles antidopage et de la planification des tests de la Kontinental Hockey League, basée en Russie, à laquelle appartient la MHL.

Le défenseur de Chaika Nizhni Novgorod a été testé après le match de MHL contre Sibirskie Snaipery Novosibirsk le 30 novembre 2021. Le laboratoire a constaté la présence de tuaminoheptane, une substance interdite figurant sur la liste des interdictions de l'AMA de 2021 sous la rubrique S6 Stimulants en tant que substance spécifiée.

Le 23 mars 2022, le joueur a soumis sa première explication et a volontairement accepté une suspension provisoire. Le 13 mai 2022, le joueur a soumis une autorisation d'usage à des fins thérapeutiques rétroactive, qui a été rejetée.

Sur la base des explications du joueur, l'IIHF a estimé que la violation des règles antidopage n'était pas intentionnelle et a jugé établi que la substance interdite avait été prise hors compétition. Dans la liste des interdictions de l'AMA pour 2022, la substance est répertoriée comme un stimulant S6b et n'est donc interdite qu'en compétition.

Par conséquent, étant donné que la faute du joueur résidait simplement dans le fait qu'il est retourné à la compétition avant que la substance ne soit éliminée de son système lors d'un contrôle de dopage en compétition, l'IIHF a considéré que le joueur a commis la violation des règles antidopage sans faute significative et qu'un degré normal de faute peut être attribué au joueur.

En outre, l'IIHF a pris en compte le fait que le médicament avait été prescrit au joueur par un médecin pour une maladie dont il souffrait, la jeunesse et l'inexpérience du joueur, et le manque d'éducation antidopage reçue par le joueur. En conséquence, l'IIHF a estimé qu'une période de suspension de huit mois était appropriée.